lundi 12 octobre 2015

Petit éloge de la jouissance féminine - Adeline Fleury

« La jouissance féminine est une grande fête. Elle est puissante, belle, c'est une joie qui transporte, dans laquelle on lâche prise, on lâche tout, on laisse échapper. »

Je sais, nous ne sommes pas le 1er mardi du mois. Et alors ? Je suis un homme imprévisible vous savez. Et puis comment résister à un tel titre, croisé par le plus grand des hasards sur une table de librairie la semaine dernière (je vous jure que c’est vrai !).

« Cette nuit j’ai joui, j’ai joui pour la première fois de ma vie. J’ai senti cette chaleur intense m’emplir de l’intérieur, du vagin au cerveau, partout dans le ventre, la poitrine gonflée de plaisir, la bouche et les papilles pleines de saveurs inconnues. Mon corps a tressauté, j’en ai perdu le contrôle. Je suis émerveillée par ce que mon corps est capable de faire, de l’avoir confronté à ses limites. »

Adèle a 35 ans lorsqu’elle jouit pour la première fois. Cette journaliste, mariée et mère d’un petit garçon avait jusqu’alors aimé tendrement mais d’un amour où le sexe n’était pas primordial. Il a suffi d’une rencontre, avec celui qui allait devenir son amant, celui qu’elle qualifie « d’homme-électrochoc », pour que sa vie bascule, qu’elle s’éveille au désir et accède au plaisir.

Le désir est le point central de ce texte 100% autobiographique. Adèle est le double littéraire d’Adeline. Elle raconte sa transformation, ce que cette naissance du désir à impliqué comme changement, dans sa sexualité bien sûr, mais aussi dans ses relations sociales, son regard sur son statut de femme et sur un corps qu’elle n’avait jusque là jamais mis en valeur, qu’elle n’était jamais parvenue à habiter pleinement. Du désir naît l’accomplissement, du désir naît l’épanouissement : « Dans la jouissance, la distinction entre le corps et le sexe est gommée, la jouissance l’emporte sur tout, la jouissance est le grand Tout ».

Au cœur de cette métamorphose, « l’homme-électrochoc ». Une espèce rare, sans doute en voie de disparition, et que beaucoup de femmes ne croiseront jamais au cours de leur existence : « Mon amant fait partie de cette caste rare d’hommes qui font l’amour avec héroïsme, qui aiment faire jouir les femmes avant d’envisager de jouir eux-mêmes. […] Auprès de l’homme électrochoc, « je suis » à fond, pour la première fois, je n’intellectualise pas une relation, je la vis. Je suis en pleine catharsis inversée. Pour une fois, je ne transforme pas mes émotions en pensées, mais je ne suis qu’émotions et j’arrête de penser. »

J’ai beaucoup aimé cette réflexion sur la jouissance féminine, parfois crue, toujours profonde (la réflexion), n’idéalisant jamais totalement cette métamorphose qui suscita aussi de nombreuses souffrances. Et puis adoré les nombreuses références cinématographiques et les extraits littéraires cités tout au long du récit (Simone de Beauvoir, Flaubert, Henry Miller, Despentes, Louise Labé, Anaïs Nin, Sappho, Yourcener, etc.). Seul bémol, une vision « universelle » dans l’avant propos qui m’a quelque peu gêné, affirmant qu’une vie sans désir sexuel est une vie « sans envie, sans élan, une existence statique, immobile. » Dans son cas particulier, certes. Mais de là à généraliser à l’ensemble des femmes, il me semble que c'est loin d'être aussi simple, et heureusement d'ailleurs.

Je recommande chaudement cette lecture à tous les hommes. Pas parce que l’on donne ici dans le guide pratique, mais au contraire parce que ce livre est tout sauf un guide pratique. Et aussi parce que ce parcours individuel, ce témoignage sans fard, en toute franchise et en toute liberté, ne peut pas nous faire de mal.Un beau portrait de femme en tout cas. Entière, qui assume et s’assume. Vibre, souffre, aime, s’interroge. Et s'épanouit. 

Petit éloge de la jouissance féminine d’Adeline Fleury. Editions François Bourin, 2015. 145 pages. 18,00 euros


PS : par contre, beaucoup de coquilles pour si peu de pages, l’éditeur a moyennement fait le job niveau correction, c’est le moins que l’on puisse dire.





30 commentaires:

  1. Ce titre est noté depuis un petit moment. Je sens qu'à ma prochaine virée en librairie, je vais l'acheter. Ce thème m'intéresse beaucoup et j'ai lu de bons papiers dessus. Des commentaires crétins d'hommes, aussi, mais bon...
    Dommage que le non-travail sérieux de l'éditeur nuise à l'objet. il y a des auteurs qui n'ont vraiment pas de bol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Impossible d'échapper aux commentaires crétins, ce serait trop facile...

      Supprimer
  2. Intéressant, vraiment intéressant ! Je suis une femme mais je suis attirée par ce titre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un titre qui s'adresse avant tout aux femmes il me semble.

      Supprimer
  3. voilà qui donne chaud dans ce lundi tout gris et pluvieux ;-) merci merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chaud je ne sais pas ais c'est assez instructif ;)

      Supprimer
  4. pas mal! un petit plaisir du lundi tout gris!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour elle ça a plutôt été un gros plaisir ;)

      Supprimer
  5. M'enfin on est pas mardi :-O et c'est pas permis ... Hihihihihi je rigole comme diraient les jeun's.
    Si c'est une reflexion profonde alors ;-)
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, il y a de la profondeur malgré les apparences ;)

      Supprimer
  6. Tout comme Didi.:-) Ah je ne sais pas trop si ça m'intéresserait moi cette lecture. Ça m'a l'air trop intello.^^ Bouclier en top forme !

    RépondreSupprimer
  7. Il est vrai que la jouissance féminine n'est pas souvent prise en compte. Je note

    RépondreSupprimer
  8. Alors on n'attends plus le premier mardi du mois pour être coquin?!
    Un livre sur la jouissance féminine, je crois qu'il en existe peu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas celui-là est entièrement consacré au sujet !

      Supprimer
  9. C'est tout de même dommage toutes ces coquilles.
    Dis donc, tu nous proposes des textes érotiques qui semblent de qualité ces derniers temps. Est-ce que le genre propose désormais davantage de qualité ou c'est un hasard?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si c'est un hasard mais je ne me fourvoie plus avec des textes dont la médiocrité est la première (et seule) qualité.

      Supprimer
  10. Oh le mardi c'est pas permis !! dixit Didi ;-) Bon je comprends bien ce thème (j'ai eu la chance de rencontrer l'homme électrochoc bien plus tôt qu'elle) et je trouve ça bien d'en parler - mais je ne ressens pas le besoin de le lire ... dis-donc ton libraire l'a fait exprès de mettre ce livre en évidence ?? ;-)

    RépondreSupprimer
  11. Une sacrée trouvaille ! Tu tombes sur des textes atypiques en ce moment, et tu donnes sacrément envie de les découvrir ! C'est bien ma veine tiens...! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je suis assez chanceux en ce moment, à ce niveau-là du moins ;)

      Supprimer
  12. Homme électrochoc trouvé ... manque plus que ce titre !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sera sans doute plus facile à trouver :)

      Supprimer
  13. Jolie critique ! Merci du partage ! Je me suis notée ce titre du coup. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis ravi, c'est un petit texte qui mériterait de nombreuses lectrices ;)

      Supprimer
  14. Oui, bien sûr c'est chouette (statistiquement je crois que le premier véritable orgasme des femmes se situe vers la quarantaine, donc c'est raccord), ce qui me gêne néanmoins, c'est que c'est toujours l'amant extraordinaire qui apporte cela, j'attends quand même le bouquin érotique - mais néanmoins profond et qui s'interroge aussi sur la jouissance féminine- qui parlera du partenaire officiel (quelqu'il soit). Pourquoi n'est-il jamais question de mari, boyfriend ou compagnon mine de rien...comme si le sexe ne pouvait forcément être réussi que dans un contexte d'interdit social.
    Bon je le note quand même hein.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, c'est toujours comme ça, l'élément "déclencheur" doit être nouveau, inconnu, comme si c'était la règle et qu'il ne pouvait y en avoir d'autres.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !