vendredi 15 mai 2015

Mama Black Widow - Iceberg Slim

Un roman qui clôt une « trilogie du ghetto » unique dans la littérature américaine. Un roman lu il y a quinze ans. Un roman que j’avais envie de relire depuis longtemps. Un roman que j’avais envie de partager avec Valérie, pour lui faire découvrir un écrivain vraiment particulier et parce ce que je me demandais ce qu’elle pourrait bien en penser.

Iceberg Slim (1918-1992), venu à l’écriture sur le tard, fut un des plus célèbres proxénètes de Chicago dans les années 40-50. Une trajectoire qu’il raconte dans « Pimp », premier volet de la trilogie. Dans le second (« Trick Baby »), il plonge dans l’univers sans pitié des arnaqueurs. « Mama Black Widow », le dernier donc, est la biographie à peine romancée d’un travesti noir au terrible destin. Dans la préface, Slim explique sa démarche :

« En début de soirée, dans la première semaine de février 1969, je rendis visite à Otis Tilson. C'était un travesti incroyablement beau et tragique, rencontré de temps à autre, tout au long de ces vingt-cinq ans où moi-même j'étais un maquereau noir, à Chicago dans l'Illinois. Otis vivait dans un hôtel de troisième ordre à l'intersection de la 47e Rue et de Cottage Grove Avenue.
Nous nous installâmes sur un canapé défoncé dans son studio kitchenette. "Tout ce que tu as à faire c'est de raconter ton histoire." [...]
Lorsque j'ai écrit le livre, il m'a fallu restructurer des scènes, remettre en ordre des événements dans le récit d'Otis qui parfois s'égarait ou se noyait dans les larmes. Il n'y a pas de psychologie, de sermons ou de notes dans ce récit d'une vie. Les dialogues sont dans la langue crue des pédés, du ghetto noir, du Sud profond, des bas-fonds. Si peinture critique de la société il y a, elle se trouve dans l'âpreté de cette lutte tragique qu'Otis Tilson mène pour se libérer de la garce perverse brûlant en lui. »

Inutile de vous dire que je suis totalement fan d’un texte aussi décapant. L’histoire d’Otis dit les espoirs brisés d’une famille noire du Mississipi débarquant à Chicago en 1936 en pensant, comme beaucoup, y trouver un eldorado. Or c’est un autre enfer qui leur tend les bras, un enfer urbain où la ségrégation est toujours aussi présente. Son père ne trouve pas de travail, son grand frère va tomber peu à peu dans la délinquance et l’une de ses grandes sœurs dans la prostitution. Otis n’est qu’un enfant à cette époque et il voit le délitement progressif d’une cellule familiale pourtant soudée au départ. Sa mère jouera un rôle central dans la déchéance des siens (d’où le titre du roman), et lui ne pourra que constater les dégâts. Violé par un diacre, tiraillé entre sa volonté d’être un « homme comme les autres » et une homosexualité qui le dévore de l’intérieur, Otis va sombrer et enchaîner les coups durs. Tragique, il n’y a pas d’autres mots pour qualifier une existence à laquelle l’épilogue donne une terrible conclusion en quelques lignes…

J’adore Iceberg Slim  (en tant qu’auteur du moins parce l’homme en lui-même était plus que détestable, la lecture de Pimp vous le confirmera), c’est un écrivain de la rue, direct et sans concession, dont l’art des dialogues est un régal. Son écriture très orale et très crue retranscrit l’ambiance du ghetto noir, ses codes et sa violence. J'aime autant vous prévenir, certaines scènes sont d'un réalisme difficilement supportable, âmes sensibles s'abstenir !

Vous l’aurez compris et vous le savez si vous passez régulièrement par ici, c’est typiquement la littérature que j’aime. Il est bon parfois de se replonger dans des textes qui ont fait de nous des lecteurs passionnés et insatiables, et je ne remercierai jamais assez Valérie d’avoir accepté de m’accompagner dans cette relecture.

Mama Black Widow d’Iceberg Slim. L’Olivier, 2000. 302 pages. 20,10 euros.








23 commentaires:

  1. Ah bah si... (rapport au comm' laissé sur le billet de Valérie) Il a l'air très glauque non ? au fait je lis "swan peak" de James Lee Burke, il FAUT que tu le lises !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais le lire la semaine prochaine, apparemment je ne vais pas le regretter !

      Supprimer
    2. Tu sais quoi, j'ai envie de te faire confiance les yeux fermés ;)

      Supprimer
  2. J'apprends avec toi que ce roman clôt une trilogie. Val n'y faisait pas référence. Il peut donc se lire indépendamment des deux autres ouvrages (un peu comme la trilogie de Khadra sur le conflit israelo-palestinien ?)
    En tout cas, vos avis m'interpellent. Je note la référence ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, chaque tome peut se lire de façon indépendante et il n'y a pas d'ordre précis à respecter.

      Supprimer
  3. c'est quand même super sombre pour moi (disons que je ne suis pas amatrice d'une telle lecture en ce moment : j'ai besoin de légèreté et de gaieté). Ziboux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon là, pour la gaieté et la légèreté, tu repasseras ;)

      Supprimer
  4. C'est bien de reparler d'un livre lu longtemps et qui t'a fortement marqué. Effectivement, un maquereau - j'imagine qu'il avait une vision des femmes mais par contre l'histoire d'Otis a l'air très intéressante.
    Sinon, ça me rappelle les 12 tribus d'Hattie où la "fuite vers le Nord" n'est en effet pas synonyme d'eldorado.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette "fuite vers le Nord" a tourné au cauchemar pour à peu près tout le monde. Les bluesmen en ont aussi beaucoup parlé dans leurs chansons.

      Supprimer
  5. Bam ! Quelle droite ! Mon bouclier n'a pas fait long feu sur ce coup-là ! Trois titres notés en un billet ! Je pense que pour les prochains, tu as intérêt à faire fort, très fort !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les prochains, je vais plutôt redescendre d'un cran, histoire que on bouclier s'en remette ;)

      Supprimer
  6. Je ne connaissais pas du tout ! Mais je note, c'est tout à fait la littérature que j'aime !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un auteur qui gagne à être connu.

      Supprimer
  7. Quand tu pointes un coup de coeur, on a forcément envie de découvrir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je ne le fais pas si souvent que ça finalement ;)

      Supprimer
  8. Je préfère de très loin l'auteur à l'homme. C'est un univers vraiment différent de ce que je connaissais de la littérature noire américaine et ce fut donc une belle découverte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile d'apprécier l'homme je pense. Ravi de t'avoir fait découvrir l'écrivain en tout cas.

      Supprimer
  9. Comme Phili, je suis un peu réticente car ça m'a l'air très glauque... Sûrement très intéressant, mais ce sera pour plus tard !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te confirme que c'est très glauque ;)

      Supprimer
  10. Pas certaine d'être à l'aise dans cet univers... mais tu me donnerais presque envie de sortir de ma zone de confort, presque !

    RépondreSupprimer
  11. Je le note si un jour j'ai besoin d'une découverte, d'autant plus que Valérie est elle aussi enthousiaste :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que ce sera une vraie découverte pour toi ;)

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !