lundi 11 mai 2015

Le caillou - Sigolène Vinson

La narratrice quitte Paris pour la Corse à la mort de son voisin Monsieur Bernard. Là-bas, elle veut retrouver le portrait d’elle que le vieil homme sculptait dans la roche à chacun de ses voyages sur l’île. Une forme d’hommage au disparu mais aussi un nouveau départ pour une jeune femme seule et sans ambition particulière, une jeune femme « pas très en accord avec le fait d’exister ». Sur place, elle croise une « faune » étrange et un environnement minéral dans lequel elle va peu à peu se fondre avec l’ambition de devenir, à terme, un caillou.

Un roman qui, à bien des égards, m’a rappelé « La dictature des ronces », lu tout récemment. Même personnage enfoncé dans la solitude et mal dans sa peau, même départ vers une île où les autochtones sont de sacrés numéros, même attachement soudain à un décor qui les fascine et les « enracine », même fausse légèreté de ton où l’humour de façade cache des réflexions bien plus profondes qu’il n’y paraît, même écriture nerveuse où le sens de la formule est un régal. Il y a peut-être là une nouvelle génération de jeunes auteurs français modernes et décomplexés, enfin prêts à botter les fesses de cette autofiction que j’exècre.

Un texte qui se lit tout seul et avec plaisir, bourré d’audace et de lâcher prise, sans la moindre trace de timidité. Une liberté de ton et une originalité qui font mouche, incontestablement.

Le caillou de Sigolène Vinson. Le Tripode, 2015. 200 pages. 17,00 euros.


Une lecture commune partagée en nombre aujourd’hui avec Aifelle, Evalire, Noukette, Philisine, Une Comète et Zazy.






42 commentaires:

  1. Pour ma part, je me suis beaucoup ennuyée :( Ton avis est intéressant car radicalement opposé au mien. Bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu ça. Ce sont des choses qui arrivent, tes prochaines lectures te conviendront davantage j'espère.

      Supprimer
  2. Je n'aurais pas pensé à le comparer à "la dictature des ronces", mais je vois ce que tu veux dire. C'est sûr que c'est une voix originale qui ne s'appitoie pas sur son existence !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'elle n'est pas du genre à se plaindre.

      Supprimer
  3. Il va bien falloir que je le lise. Il m'intimide...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucune raison d'être intimidée, je te rassure ;)

      Supprimer
  4. L'écriture m'a rappelé celle de Carole Fives (même génération). Il y a des choses intéressantes dans ce roman mais je n'ai pas accroché à deux endroits précis (l'un concernant les personnages corses, l'autre la période de la bosse même si tout s'explique). D'ailleurs, je ne targue pas cette histoire d'illogisme et je reconnais que la prose de Sigolène se lit bien. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Carole Fives, je n'ai lu que ses romans jeunesse. Mais je trouve formidable ce regain de fraîcheur chez les jeunes auteurs.

      Supprimer
  5. C'est vrai qu'il y a un sacré culot dans ce texte, ça bouscule sacrément les habitudes. On ne sait pas où l'auteure veut réellement nous emmener mais elle le fait tellement bien qu'on se laisse porter sans trop se poser de questions. Un joli brin de talent cette madame Vinson !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le genre de texte que l'on apprécie toi et moi, à force je commence à connaître nos goûts communs ;)

      Supprimer
  6. Je ne te sens pas complètement enthousiaste, non ? Ou je cherche dans ton billet ce que j'ai envie d'y trouver, puisque ce roman ne me tente pas trop... pas en ce moment, en tout cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si on peut être enthousiaste avec un texte comme celui-là, c'est un autre ressenti en fait.

      Supprimer
  7. Tu n'as donc pas trouvé de longueurs.

    RépondreSupprimer
  8. Je viens de lire tous les commentaires à la suite de ton billet et je suis très curieuse maintenant. Alors je note ! Et j'aimerais bien lire ce qu'elle raconte sur la Corse.

    RépondreSupprimer
  9. Je ne connaissais pas du tout et je dois avouer que tu m'intrigues :)

    RépondreSupprimer
  10. La couverture me rebuterait plutôt...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en ai pas parler mais je la trouve affreuse !

      Supprimer
  11. Comme toi j'ai aimé l'écriture mais j'ai trouvé des longueurs dans le récit et un manque de chaleur dans la partie corse, une seconde partie nettement moins intéressante que la première. je ne connais pas la dictature des ronces

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La seconde partie m'a désarçonné au départ mais je n'ai trouvé aucune longueur.

      Supprimer
  12. Venant de lire le billet d'Aifelle, je confirme que je suis intriguée, même si je ne partage pas du tout ton point de vue sur l'autofiction, qui ne manque parfois pas d'intérêt ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un long débat, l'autofiction, mais c'est un genre que je déteste vraiment.

      Supprimer
  13. je suis très tentée - j'aime l'audace dans les romans - et je voudrais bien savoir pourquoi je ne peux plus commenter depuis mon téléphone, la technique m'en veut voilà :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faut plus me parler des commentaires sur blogger, ça devient l'enfer !

      Supprimer
  14. Hmmm, je ne sais pas... Je le sens comme moyen (bouclier anti-PAL en forme ce soir, je rembarre tous les livres des blogs visités^^). Et puis le comm' de Comète me conforte dans l'idée que je ne rate peut-être rien.;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu cherches une bonne excuse, quoi ;)

      Supprimer
  15. Voilà qui a le mérite d'éveiller ma curiosité.

    RépondreSupprimer
  16. Très bon roman qui visite des sentiers assez rares en littérature, original et bien écrit, une réussite

    RépondreSupprimer
  17. Tiens c'est drôle, tu es le dernier avis que je lis, et tu as l'air d'avoir été emballé beaucoup plus que les autres. Je n'aurais lu que l'avis de Noukette et le tien, j'aurais peut-être passé la pas mais les autres me font dire que ce n'est pas du tout un livre pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce qui est bien avec tous ces avis, on des ressentis très différents d'une personne à l'autre.

      Supprimer
  18. Avec tous vos avis, je l'ai acheté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On saura bientôt si tu as apprécié alors !

      Supprimer
  19. Avec tous ces avis positifs, difficile de résister. Je retiens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tellement original en même temps.

      Supprimer
  20. bon moi très clairement voir ce livre partout m'a tout simplement mis en état de saturation absolue, je ne suis pas certaine qu'il soit pour moi (les billets mitigés commencent à émerger), trop autocentré (et certains blogueurs parlaient quand même d'éléments tr!s autobiographiques je crois, ou je confonds?). Par contre, tu me fais peur de la rapprocher de Siaudeau...on vient de m'en offrir un ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas s'il est vraiment autobiographique, ce qui m'importe ici c'est la forme originale et la prise de risque ;)

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !