lundi 4 mai 2015

Comment ma femme m’a rendu fou - Dimitri Verhulst

A 74 ans, Désiré en a ras le bol de sa femme, insupportable mégère qui lui mène une vie infernale. Pour fuir cette épouse détestée, il simule une sénilité galopante et est placé en maison de retraite. L’occasion pour lui de retrouver un semblant de liberté et d’étudier les comportements parfois très étranges des autres pensionnaires.

J’avais adoré « La merditude des choses » et je me réjouissais de retrouver cet auteur belge à la plume au vitriol. Mais j’avoue que je n’ai pas tout compris et je n’ai pas saisi la démarche. Quel est l’intérêt finalement ? Une critique du mariage ? De la façon dont on traite nos vieux ? C’est une comédie ? Le but est de faire rire ? Je n’ai pris aucun plaisir à la lecture en tout cas. Le Désiré, s’il voulait fuir sa harpie, il n’aurait pas pu simplement faire ses valises et aller voir ailleurs plutôt que de s’obliger à chier dans son lit toutes les nuits afin de confirmer à tout le monde qu’il est bien un irrécupérable gâteux ? Franchement c’est une drôle de façon de finir sa vie, dans un carcan selon moi bien plus insupportable que s’il avait juste quitté sa femme. Clairement je n’ai pas tout compris !

Après, la description des mouroirs où le 4ème âge est « parqué » en attendant de faire le grand saut est plutôt bien vue. Le personnel qui se contente du strict minimum, les familles aux abonnés absents dont les visites ne cessent de s’espacer plus le temps passe, les jeux infantilisant pour occuper des après-midi sans fin… tout y est, et j’ai malheureusement trop fréquenté ce type d’établissement ces dernières années pour savoir que le portrait sonne juste. J’ai aussi par moments (trop rares) retrouvé le sens de la formule de Verhulst qui m’avait tant plu dans son premier roman. Pas suffisant cela dit pour apprécier ce texte manquant singulièrement de profondeur et dont je sais déjà qu’il ne me restera rien d’ici peu.

Comment ma femme m’a rendu fou de Dimitri Verhulst. Denoël, 2015. 142 pages. 14,90 euros.

Une nouvelle lecture commune que j’ai le plaisir de partager avec Noukette.









38 commentaires:

  1. Bon, la vie est trop courte pour tenter des titres auxquels mes deux stars n'ont pas adhéré ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu le dis je veux bien te croire ;)

      Supprimer
  2. Pareil que Stephie, je passe :-)

    RépondreSupprimer
  3. Ben il est pas content le Jérôme... ^^

    Franchement il aurait mieux fait de quitter sa femme avant, plutôt que de baigner dans son KK... Comme échappatoire il y a mieux !

    Bonne journée ! :D

    74 ans !!!! Quand même !!! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben voila, il aurait mieux fait. Et 74 ans, c'est quand même très jeune pour une telle sénilité.

      Supprimer
  4. Inutile de m'attarder plus longtemps. La lecture de ce billet suffira.
    Je note La merditude des choses en revanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La merditude des choses, c'est largement au dessus.

      Supprimer
  5. le sujet me laisse vraimetn perplexe, ça ne fait pas envie comme liberté retrouvée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas du tout une liberté retrouvée pour moi.

      Supprimer
  6. J'ai lu quelque part un avis rejoignant le tien. Je comprends ta frustration, l'auteur souhaitait-il faire rire ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois qu'il a voulu donner dans l'humour et l'exagération mais pour moi ce n'est ni assez absurde ni assez crédible.

      Supprimer
  7. Que d'avis négatifs sur ce livre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y en a aussi de positifs, heureusement ;)

      Supprimer
  8. Oh zut, je l'ai acheté la semaine dernière sans en avoir entendu parlé avant... Peut-être vais-je aimer malgré ton avis et celui de Noukette, qui sait ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est possible et je te le souhaite !

      Supprimer
  9. Bouh ! c'est démoralisant !

    RépondreSupprimer
  10. Le sujet étant déjà difficile, si le traitement ne suit pas, il vaut mieux éviter !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi en tout cas le traitement ne suit pas.

      Supprimer
  11. Réponses
    1. Il n'a pas été mieux le next, malheureusement !

      Supprimer
  12. C'est le côté surréaliste à la belge... et moi je n'ai aucune envie de lire l'histoire d'alcooliques de La merditude...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La merditude ce n'est pas qu'une histoire d'alcooliques, c'est bien plus profond ;)

      Supprimer
  13. Bon, je n'ai plus qu'à tester La merditude des choses, mais là tout de suite... je ne suis pas des masses pressée je dois dire ! Comme toi, je n'ai pas du tout compris où l'auteur voulait en venir. Et le pire... ce n'est même pas drôle...
    Allez, au suivant ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas drôle, non, et c'est là que le bât blesse le plus.

      Supprimer
  14. Il est drôlement triste ton billet, Noukette était seulement déçue, mais toi c'est un peu différent (je fuis tout ce qui se passe en maison)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai eu quelques réminiscence très récentes, ça a joué sans doute sur mon ressenti, je ne peux pas le nier.

      Supprimer
  15. Je n'avais aucune envie de découvrir ce roman qui ne m'attire pas et ton avis me conforte dans mon refus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est certain que je ne vais pas beaucoup donner envie avec ce billet !

      Supprimer
  16. Déjà que le sujet ne me tente pas, je vais le passer allègrement ;-)

    RépondreSupprimer
  17. Aaah c'était un titre que j'avais repéré en librairie et qui m'avait bien tentée, mais j'espéraus en avoir quelques échos avant de succomber. Ton avis tombe bien car du coup je le supprime de ma LAL sans scrupules. J'avais noté aussi La merditude des choses, je n'avais pas fait attention au fait que c'était le même auteur! Bon, celui-là reste dans ma LAL !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Reste sur "La merditude des choses", c'est largement préférable selon moi.

      Supprimer
  18. Ouch, tu es assez dissuasif. D'autant qu'après un job d'étudiant en maison de retraite, je n'ai pas très envie de replonger dans l'ambiance des "mouroirs". J'avais trouvé ça horrible, la façon dont les personnes âgées sont traitées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En ce qui me concerne j'espère ne jamais finir dans une de ces maisons.

      Supprimer
  19. Bon je passe ... pas de très bonnes pioches lectures chez moi non plus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des moments comme ça, il faut attendre que les bons titres reviennent vers nous ;)

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !