vendredi 18 août 2017

Zabor ou les psaumes - Kamel Daoud

« Écrire est la seule ruse efficace contre la mort. Les gens ont essayé la prière, les médicaments, la magie, les versets en boucle ou l’immobilité, mais je pense être le seul à avoir trouvé la solution : écrire ».

Zabor a un don. On fait appel à lui « pour contrer la dernière page d’une vie avec la première page écrite de [sa] main ». En écrivant, il prolonge l’existence de celui dont il couche l’histoire sur les lignes de ses cahiers. Dans son village perdu à la frontière du désert, il est une bête curieuse : 30 ans, célibataire, vierge, non circoncis, mère morte en couches, rejeté par son père sur l’insistance de sa belle-mère, élevé par sa tante dans une grande maison vide auprès d’un grand-père mutique, Zabor ne mange pas de viande, dort le jour et sort la nuit.

Un soir, l’un de ses demi-frères vient le chercher. Leur père est au plus mal et lui seul peut retarder l’échéance. Mais arrivé près du mourant, le garçon est incapable de trouver les mots. Pour la première fois, il hésite et se demande s’il doit exercer son don et sauver la vie de celui qui l’a abandonné.

Kamel Daoud compose une fable habitée par le monologue intérieur fiévreux d’un homme trouvant dans la force des mots un remède à l’ignorance et à l’obscurantisme. La narration est dense, heurtée, gonflée par « le torrent d’un récit unique, sans queue ni tête, qui emporte dans son cours violent des murs, des portiques, des odeurs de café moulu ou des mystères d’aisselles féminines, des couleurs de robes, des amandiers étincelant en jet d’eau pétrifiée, qui mêle des dates de naissance, des prénoms et des mains dans une crue totale et ravageuse ».

Un texte magnifique, traversé par de très belles pages sur l’éblouissement devant l’infinie diversité offerte par les livres, cette entrée dans « une sorte de terrain vague parsemé de nouvelles pierres ». Zabor est un roman engagé, politique, qui dit les pouvoirs de la lecture et de l’écriture, la richesse de la langue française face à la pauvreté de la langue vernaculaire, la supériorité de la littérature sur « le livre sacré » dont on apprend les sourates par cœur mais qui n’est « jamais expliqué, commenté ou raconté ». Un hommage à la force de l’imaginaire et à son absolue nécessité, aussi intense que puissant.

Zabor ou les psaumes de Kamel Daoud. Actes, 2017. 330 pages. 21,00 euros.





56 commentaires:

  1. J'ai lu avec difficultés "Minotaure 504", ce texte-ci est peut-être plus abordable...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux pas te dire je n'ai pas lu Minotaure.

      Supprimer
  2. Déjà repéré, tu enfonces le clou! Merci!

    RépondreSupprimer
  3. il me fait très envie celui-ci !

    RépondreSupprimer
  4. Ok, je file chez ma libraire ... (ce n'est pas comme si j'en avais encore 40 qui m'attendait sur ma commode hein, mais là bon, le thème. Il me le faut.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un incontournable de la rentrée !

      Supprimer
  5. Je n'avais pas du tout apprécié Meursault contre enquête, l'écriture un peu ampoulée, le jeu littéraire qui ne menait nul part ... C'est peu sévère, je sais, mais malgré ta note très positive, et le thème, j'ai bien peur de connaître la même déception !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu n'avais pas aimé Meursault pas la peine de te plonger dans celui-ci je te le confirme ;)

      Supprimer
  6. une force et un style, cet écrivain ne laisse pas indifférent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après je conçois que l'on n'accroche pas du tout à son écriture.

      Supprimer
  7. Finalement, je ne peux pas attendre demain pour lire ce billet. Cet homme, je l'admire, cet auteur, il m'enthousiasme. Bien sûr, je vais le lire et je suis ravie de voir que ce roman t'a conquis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que te ne sortiras pas déçue de ta lecture.

      Supprimer
  8. Il me tente plus que son précédent (du moins, après ton avis !) par son thème. Il faudrait juste que je voie si l'écriture ne me rebute pas.

    RépondreSupprimer
  9. J'adore l'écriture de cet auteur ! C'est du très bon, de l'excellent ! Et tu en parles très bien. Je le lirai, assurément.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'adore ce genre d'écriture.

      Supprimer
  10. Bon je n'aime pas l'écriture de l'auteur (son précédent m'a fait mourir d'ennui) ni ce genre d'histoire très à la mode (la fable ou le conte moderne, blablabla). Pour autant j'ai quand même envie de le lire. La raison ? Je dois être masochiste ou stupide, ou les deux. Plus sérieusement, ton billet suscite ma curiosité :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as peut-être envie de le lire pour te prouver que tu as raison ;)

      Supprimer
  11. je veux toujours lire son précédent roman et voir si le style me plaît. Lecture très sérieuse Jérôme !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, parfois ça ne rigole pas par ici ;)

      Supprimer
  12. Voilà un livre fort qui me tente !
    Et un de plus tssssssssssss :)

    Euh... ca veut dire quoi ""Vernaculaire" ? ^^

    RépondreSupprimer
  13. Ben maintenant je sais ! je dormirai moins bête ce soir :-D J'ai appris un nouveau mot !
    Un jour nouveau, un mot ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un nouveau mot par jour c'est une bonne façon d'enrichir son vocabulaire ;)

      Supprimer
  14. Je vais attendre d'autres avis mais il me tente bien... Je n'ai pas lu non plus son premier roman alors on verra bien par lequel je vais commencer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le premier était très différent je trouve.

      Supprimer
  15. Il fait partie de ceux qui me font très envie en cette rentrée, tu confirmes !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu devrais l'aimer, il n'y a pas de raison.

      Supprimer
  16. Autant te dire que je suis plus que tentée !

    RépondreSupprimer
  17. Ouille ouille ouille ! Tu frappes fort avec celui-là. Je pensais me sortir indemne de la RL mais là ça commence mal. Bon, je mets ça sur le compte de la fin de semaine et du petit coup de fatigue, mais ça me tente bien tout ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne sortiras pas indemne de la RL, j'en fais un défi personnel :p

      Supprimer
  18. Après t'avoir lu, on ne peut qu'avoir envie de s'y plonger...

    RépondreSupprimer
  19. J'attendais les premiers avis. Cela commence bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas sûr que tout le monde partage mon enthousiasme cela dit. A voir...

      Supprimer
  20. Un peu peur de l'écriture "ampoulée", mais il reste dans un coin de ma tête ... si il croise mon chemin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux aussi attendre la sortie en poche ;)

      Supprimer
  21. Donc rien à voir avec la contre-enquête au final.
    Je ne suis pas toujours hyper fan des fables, je crains un côté peut-être trop symbolique, mais ton enthousiasme fait plaisir à voir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien à voir avec la contre enquête. Si tu aimes les mille et une nuits, pourquoi pas ;)

      Supprimer
  22. Hum, très intéressant !! Noté. ;)

    RépondreSupprimer
  23. Pas grand chose ne me tente en cette rentrée littéraire mais j'avais repéré celui-ci pour sa couverture; tu viens d'ajouter un argument :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La couverture offre une jolie perspective, c'est vrai.

      Supprimer
  24. Tu m'as convaicue, je suis passée l'acheter cet après-midi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super, reste plus qu'à attendre ton avis maintenant.

      Supprimer
  25. J'ai très envie de le lire, mais je vais être raisonnable et attendre son arrivée en bibliothèque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça ne devrait pas tarder, ça va être une des acquisitions prioritaires pour nombre de médiathèques je pense.

      Supprimer
  26. J'ai failli l'acheter. Je vais le lire, c'est sûr ! Bises

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !