mercredi 1 février 2017

Tim Ginger - Julian Hanshaw

« Après moi, plus de Ginger. L’arbre généalogique ressemblera à une souche. »

Tim Ginger vit seul dans une caravane à la lisière du désert du Nouveau-Mexique depuis le décès de sa femme Suzan. Ancien pilote d’essai aéronautique pour le gouvernement américain, il a écrit un ouvrage qui passionne les milieux conspirationnistes. Son existence solitaire et contemplative est bousculée le jour où, sur un salon du livre, il retrouve Anna, qu’il avait connu sur une base militaire en Angleterre vingt ans plus tôt. Elle aussi est célibataire depuis son divorce et elle a réalisé une BD regroupant les témoignages de couples ne souhaitant pas avoir d’enfants par choix. Des témoignages qui résonnent fortement pour Tim puisque Suzan et lui n’avaient jamais ressenti le besoin ni l’envie d’avoir une progéniture et avaient dû passer leur temps à se justifier auprès de leurs proches…

Un roman graphique abordant un sujet de société sensible avec une finesse déroutante. Julian Hanshaw dresse le portrait de personnages à la marge, de ceux que l’on regarde avec pitié l’air de dire « Pauvre untel, sans enfants… comme s’il lui manquait un bras ». De l’égoïsme assumé (« pas question qu’un enfant s’immisce entre nous ») à ceux qui balaient la question en brandissant comme un bouclier une prétendue stérilité en passant par les tenants d’excuses bien plus légères (« je refuse d’installer un trampoline dans mon jardin »), l’auteur multiplie les points de vue et place ce choix de vie radical (aux yeux des autres du moins) au cœur des discussions entre Tim et Anna.

Pour autant, il avance dans son récit avec lenteur et sans lourdeur, recentrant en permanence sa caméra sur le visage de Tim, sur son statut d’homme seul, de veuf incapable de faire le deuil d’une épouse décédée depuis des années, de sexagénaire constatant que l’avenir lui semble bien limité. C’est triste et mélancolique comme une nouvelle de Carver, comme un tableau de Hopper. Le dessin parfois un peu naïf et les traits anguleux pourront rebuter certains mais il serait dommage de passer à coté de cet album pour une simple question de forme tant le fond est d'une grande profondeur et d'une touchante justesse.

Tim Ginger de Julian Hanshaw. Presque Lune éditions, 2016. 152 pages. 21,00 euros.

PS : beaucoup de jolie phrases dans ce texte, de réflexions pleines de lucidité :

« Bientôt, nous n’existerons plus, et il n’y aura ni petits enfants en deuil, ni photos de nous sur les cheminées de nos filles et fils éperdus de douleur ».

« Quand les jeux seront faits, je crois que je quitterai ce monde sans faire plus de bruit qu'à mon arrivée. Sans histoire ». (celle-là me convient tellement !)


Un livre offert par Moka et dédicacé par l’auteur à Angoulême le week-end dernier. Comme une modeste façon de prolonger des moments en tout point inoubliables…

















42 commentaires:

  1. Les citations sont effectivement très belles et me rappellent une conversation autour d'un... deux... trois... quatre... "et quelques" mojitos. ^^
    Ravie qu'il t'ait plu. (Et je crois que tous les moyens sont bons à prendre pour prolonger ce week-end un peu fou. <3)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y a intérêt qu'il se prolonge ce week-end, le plus longtemps possible même <3

      Supprimer
  2. Non mais, j'le veux, ce roman graphique. Ne serait-ce que pour le thème abordé. Le dessin, pour ce que j'en vois, me plaît assez. Merci pour le découverte!

    RépondreSupprimer
  3. Toutes ces petites pépites qu'on a débusqué chez les Indé ! Je ne connais pas du tout cet auteur. J'irai regarder de plus près ;)

    RépondreSupprimer
  4. Triste et mélancolique ? humm... comment dire...

    RépondreSupprimer
  5. On ne s'attend pas du tout à un tel sujet en regardant la première de couverture. Encore une belle découverte sur ce salon !

    RépondreSupprimer
  6. La couverture ne m'attirait pas plus que ça mais je suis plus qu'intriguée après avoir lu ton billet ! Bonne pioche !

    RépondreSupprimer
  7. Un thème qui me parle ! Merciiii

    RépondreSupprimer
  8. Uhhhh tout comme Mo' vais aller jeter des yeux à cette BD !
    Prolongeons jusqu'à nos retrouvailles <3

    RépondreSupprimer
  9. un thème original et traité avec humanité, je trouve ça très intéressant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a trouvé un angle d'attaque parfait je trouve.

      Supprimer
  10. Une découverte intéressante ! Le dessin ne me rebutant pas, je note.

    RépondreSupprimer
  11. malgré ce que tu en dis je ne suis pas plus tentée que ça :D

    RépondreSupprimer
  12. J'ai lu quelque part qu'il y avait une groupe très actif sur Facebook regroupant ces personnes ne voulant pas avoir d'enfants... un endroit où ils peuvent s'exprier sans tabou. Je trouve cela bien qu'on en parle, et il faudrait que ce soit moins tabou... ah le poids de cette pression sociale !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La question est traitée de façon très subtile dans cet album.

      Supprimer
  13. Je peine avec les romans graphiques, m^me si le sujet est intéressant, je passe mon tour

    RépondreSupprimer
  14. C'est un sujet qui m'intéresse mais j'ai peur que ce soit trop plombant au niveau de l'ambiance. Je note pour plus tard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas si plombant que ça. Et la fin est plutôt positive.

      Supprimer
  15. Un thème intéressant en effet, et comme le dessin ne me rebute pas ...

    RépondreSupprimer
  16. Pas certaine de le lire, mais j'aime bien les citations.

    RépondreSupprimer
  17. ho j'ai très envie de le découvrir!

    RépondreSupprimer
  18. Oh je sens que ça me plaira rien que pour la thématique abordée. Moi je pense que le monde entier devrait juste se foutre la paix et les gens arrêter de regarder ce que font ou ne font pas les autres, de juger la vie de gens qu'ils ne connaissent pas, et s'occuper de leurs fesses...:-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le coup, je suis 100% d'accord avec toi.

      Supprimer
  19. De belles citations! Et un graphisme qui pourrait me tenter. Je le note.

    RépondreSupprimer
  20. Les préjugés nourrissent le monde et l'ignorance collective, c'est écoeurant!
    Super cette BD, un thème qui m'est cher..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une super découverte d'Angoulême en ce qui me concerne ;)

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !