mercredi 10 octobre 2012

Les tribulations du Choucas 2 de Lax

Lax © Dupuis 2008
Après un mémorable trekking payant au Népal, les tribulations du Choucas nous emmènent cette fois-ci en Afrique. Pour ceux qui ne le connaissent pas, le Choucas est un détective privé désabusé, anti-héros attachant qui a le chic pour s’embarquer dans des affaires dont aucun autre ne voudrait. Engagé par les parents adoptifs de Benoit, un jeune homme d’origine malienne qui a disparu après un contrôle d’identité musclé dans les rues de Paris, le Choucas retrouve la trace de l’adolescent à Mopti, la Venise du Mali. Fuyant les répressions de la police française, Benoit veut également partir en guerre contre les passeurs qui font miroiter aux Maliens les chimères de la vie en Europe. Mais la mafia locale ne l’entend pas de cette oreille…

J’adore le Choucas. Ce privé a d’abord vécu six aventures dans la série éponyme (regroupées dans une magnifique intégrale en noir et blanc publiée en 2006 et aujourd'hui épuisée). Lax y rend hommage aux titres de la série noire de Gallimard avec des intrigues aux connotations très sociales. « Une plongée dans les eaux troubles de l’humaine condition » aux propos gauchisants dénonçant les méfaits de l’ultralibéralisme. C’est pêchu, drôle, cynique, joyeusement pessimiste et surtout dessiné avec une rare puissance expressive qui n’est pas sans rappeler le très du génial Delitte.

Ce second tome des tribulations du Choucas est éminemment politique, sans doute trop. En forçant le trait sur la dénonciation sociale (les méfaits de la droite française ultra-sécuritaire et l’inhumanité des passeurs africains) au détriment de l’intrigue, Lax fait perdre beaucoup d’intérêt au récit. Même si les dialogues sont savoureux et les références à la série noire toujours présentes, l’absence de nuances (tous les policiers sont d’affreux racistes) affaiblit au bout du compte le propos et lui fait perdre toute crédibilité. Finalement, le scénario très linéaire et sans surprise laisse comme un goût d’inachevé.

Si le scénario déçoit, il n’en est rien du dessin. On retrouve avec plaisir le trait sec et nerveux qui fait de Lax un des grands dessinateurs actuels. Le découpage est simple et efficace, l’alternance entre les grandes cases et les plans plus serrés donnant du rythme à l’ensemble. Au niveau des couleurs, le jaune et l’orange dominent chaque planche. Ces tons mordorés donnent à l’Afrique un côté crépusculaire qui colle parfaitement à l’étouffante chaleur ambiante.

Ce nouvel épisode du Choucas est sans doute le moins bon de la série (en comptant les 6 volumes parus dans le cycle précédent). Faire passer le message politique avant la qualité de l’histoire est une erreur majeure qui pénalise l’ensemble de l’album. Néanmoins je persiste et je signe : si vous avez la chance de tomber sur l’intégrale en noir et blanc et que vous aimez les polars, vous pouvez foncer les yeux fermés.

Les tribulations du Choucas T2 : La brousse ou la vie de Lax. Dupuis, 2008. 48 pages. 14,50 euros.


Lax © Dupuis 2008


La couverture de l'intégrale en noir et blanc,
aussi magnifique qu'épuisée (mais moi je l'ai, na !)




14 commentaires:

  1. Bonjour !
    Le trait et les couleurs donnent un ton vintage aux dessins. Non ? Je ne connais pas pas encore l'auteur et son privé. Je note cette série...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que les couleurs n'ont pas l'air de sortir de photoshop, du coup, elles ont une patine plus vintage.

      Supprimer
  2. Très belle couverture pour l'intégrale ^^ Le choucas est dans les classiques des incontournables !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette intégrale en noir et blanc est une petite merveille. Dommage qu'elle soit épuisée.

      Supprimer
  3. Malgré les points négatifs que tu soulignes pour ce tome, tu vends bien la série. Je vois que les six tomes sont disponibles sur demande particulièreà la médiathèque centrale, celle où je ne peux pas aller faute d'horaires compatibles grrrr Mais je retiens !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu parviens à résoudre tes problèmes d'horaire, tu vas découvrir une série qui devrait te plaire.

      Supprimer
  4. Réponses
    1. N'est-ce pas ? C'est pour moi un indispensable.

      Supprimer
  5. Le dessin me rappelle les Edgard P. Jacobs, l'ambiance est celle de la Marque jaune...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas vraiment en fait. Il me semble qu'il n'y aucun point commun entre le Choucas et Blake et Mortimer.

      Supprimer
  6. OK pour l'intégrale en noir et blanc... Pour le reste, je suis quand même moins emballée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu parviens à la trouver en bibliothèque, tu peux foncer !

      Supprimer
  7. J'adore le Choucas, j'aime que Lax, en prof de BD qu'il est, amène toujours une petite nouveauté dans la lecture, dans l'arrangement des scènes, il invente quelques codes parfois. Je n'ai pas lu celle là, je crois que je l'aimerai malgré tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'au niveau du découpage, difficile de faire mieux. Un très grand dessinateur !

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !