jeudi 18 octobre 2012

Diane et autres stories en short de Christian Laborde

Laborde © Robert Laffont 2012
Comment résister à une telle couverture ? Plus que les short stories (les nouvelles), c’est la promesse d’histoires où le short des filles a le beau rôle qui m’a convaincu de m’offrir ce recueil. Alors, oui, Christian Laborde parle de shorts. Il y a celui d’Irène, la volleyeuse. Celui que Rebecca retire dès que survient l’orage. Celui de Florence, qui est noir, alors que celui d’Hélène, aux seins menus, est bleu. Dix-sept histoires en tout qui célèbrent cette merveilleuse partie du corps féminin cachée sous la petite pièce de tissu. Mais pas que. Il est aussi question de rencontres, de hasards, de petits riens qui dégénèrent joyeusement sans que l’on y prenne gare. C’est parfois très érotique, parfois simplement suggéré. La suggestion, voila sans doute la principale caractéristique de ces différents textes.

La langue de Christian Laborde est musicale, riche de métaphores. Cet auteur possède un ton, un style particulier. Il m’a souvent fait penser au cours de cette lecture à Eric Holder, sans pour autant égaler l’auteur D’embrasez-moi. Du charme et de la sensualité, certes, mais rien de franchement inoubliable. Une ou deux nouvelles sont au-dessus du lot (L’amant, notamment, est délicieusement troublante) mais pour avoir lu cet ouvrage il y a quelques semaines je constate qu’il ne m’en reste pas grand-chose. La couverture était alléchante mais l’emballage a pris le pas sur le contenu. Dommage.

Diane et autres stories en short de Christian Laborde. Robert Laffont, 2012. 136 pages. 16,50 euros.


L’avis enthousiaste de Stephie 

14 commentaires:

  1. S'il n'en reste rien quelques temps plus tard, je ne suis pas tentée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben c'est le problème. J'aime me rappeler ce que j'ai lu il y a plusieurs semaines et quand il ne m'en reste rien je me dis que ça ne devait pas être terrible.

      Supprimer
  2. Oui j'ai été déçue, je m'attendais à quelque chose de plus... chaud ?? et puis moi la couverture m'a laissée de marbre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, bon la couverture t'a laissée de marbre ? Comment est-ce possible ? en tout cas je suis comme toi j'aurais préféré quelque chose de beaucoup plus chaud.

      Supprimer
  3. Je passe donc mon chemin sans hésiter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux, tu ne risques pas grand chose...

      Supprimer
  4. ah ah ! ne pas se fier aux apparences ;) Les couvertures aguicheuses nous rappellent qu'en littérature comme dans la vie l'emballage ne fait pas le cadeau ;) (oulah c'est de la grande philosophie ça !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est peut-être pas de la grande philosophie mais c'est tout à fait vrai pour le coup : l'emballage ne fait pas le cadeau !

      Supprimer
  5. Il faut se méfier des couvertures aguicheuses !! Bon, personnellement,elle ne m'attirait pas plus que ça. Je saurai donc que même pour offrir, c'est à oublier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça dépend, si tu connais un fétichiste des shorts, il va adorer^^

      Supprimer
  6. Je n'ai jamais été fan des shorts.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant, il paraît que ça revient à la mode ;)

      Supprimer
  7. Oui, hein ? Comment aurais-tu pu résister ??? Ah là là, ces bonhommes !!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, que veux tu, on ne se refait pas ;)

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !