jeudi 16 novembre 2017

Le camp des autres - Thomas Vinau

« Le camp des nuisibles, des renards, des furets, des serpents, des hérissons. Le camp de la forêt. Le camp de la route et des chemins aussi. De ceux qui vivent sur les chemins. De la trime et de la cloche. Des romanichels et des bohémiens. Ceux qui parlent aux bêtes et aux nuits. Ceux qui n’ont pas peur de la lune. Ceux qui dressent l’indressable et apprivoisent l’inapprivoisable. Ceux qui connaissent la langue des fantômes. Le secret des plantes et des champignons. Les chants païens et antiques. Les proscrits aussi. Les fuyards. Les insoumis. Les orphelins. »

Le camp des autres, Gaspard l’a rejoint. Après avoir quitté la maison familiale où son père le battait comme plâtre, le gamin s’est retrouvé seul dans la forêt avec son chien. Il a affronté le froid, la faim, la peur, les loups. Recueilli par Jean-le-Blanc, un ermite vivant au cœur des bois, il s’est remis sur pied avant de partir sur les routes avec la Caravane à Pépère, une bande d’exclus épris de liberté qui sillonna la France au tout début du 20ème siècle. Des sans-abris, des sans-famille, des sans patrie. Des revenus du bagne, des voleurs à la tire, des gitans. La lie d’une société bourgeoise que Clémenceau écrasa avec ses brigades du tigre en 1907. Parmi ces « récalcitrants », « Gaspard va découvrir la vie en marchant sur le monde ».  

Un roman plein de souffle qui ne pouvait que me plaire. Les chapitres courts, comme autant de longs paragraphes, donnent la mesure. La partie en forêt est riche de descriptions proches du naturalisme et m’a rappelé les superbes envolées de Louis Pergaud dans son recueil « De Goupil à Margot ». La seconde, sur les routes, est une ode au peuple nomade et à son mode de vie sans frontière ni barrière. Les deux se complètent et forment un tout cohérent, porté par une langue magnifique.

C’est un texte à lire à voix haute pour profiter du balancement des phrases, de leur rythme, de l’équilibre entre le son et le sens. Un texte habité, engagé, une poésie sèche sans emphase inutile. Tout ce que j'aime et que je retrouve trop peu souvent dans la littérature française actuelle.

Le camp des autres de Thomas Vinau. Alma, 2017. 195 pages. 17,00 euros.

Une lecture commune partagée avec l'incontournable Stephie.










36 commentaires:

  1. Ça me parle forcément! La vie d'ermite, la vie sur les routes, ça m'inspire. C'est bien noté!

    RépondreSupprimer
  2. Je compte bien découvrir enfin cet auteur, j'ai La part des nuages sur le haut de ma pile. Et plus, si affinités ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que les affinités seront au rendez-vous.

      Supprimer
  3. évidemment en lisant ta présentation, je savais que tu allais adorer - ah ils savent comment te tenir les coquins ! Pas trop mon truc de mon côté même si je viens de lire un roman sur les gens jetés sur les routes pendant la Grande Dépression.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai des registres de lecture bien définis, c'est vrai, même si j'aime en sortir de temps en temps.

      Supprimer
  4. Une merveille <3
    Bisous jeune homme

    RépondreSupprimer
  5. Je l'ai trouvé sublime ce roman, quelle langue...!

    RépondreSupprimer
  6. Forcément, je vais le lire ce roman, j'ai tout aimé de lui jusque là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça ne devrait pas changer avec ce titre.

      Supprimer
  7. Réponses
    1. J'ai vu ça... ça arrive malheureusement ;)

      Supprimer
  8. Ne sais qu'en penser... Certains aiment, d'autres échouent à le lire. Il faudrait que je me fasse ma propre opinion, je crois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours la meilleure chose à faire.

      Supprimer
  9. Hmmm... Je ne sens pas trop le truc pour moi. Pas l'urgence du moment quoi.;-) Pis faut que je me concentre sur la litté jeunesse !^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois en effet qu'il n'est pas pour toi ce roman.

      Supprimer
  10. Stephie qui est moins emballée que toi, il me semble.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, elle a été bien moins séduite que moi.

      Supprimer
  11. Une lecture au langage poétique.
    Une lecture sensorielle.
    bisous @ plus

    RépondreSupprimer
  12. C'est un auteur que j'apprécie beaucoup. Je lirai certainement celui-ci.

    RépondreSupprimer
  13. Ah mais c'est pas vrai il était devant moi à la bibli hier !

    RépondreSupprimer
  14. J'aime bien l'idée de ce texte à lire à voix haute. Voilà un auteur que je tarde à découvrir.

    RépondreSupprimer
  15. Lire un texte à voix haute et profiter de son rythme, de ses élans, c'est une idée qui me charme...
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un joli moment de lecture à partager.

      Supprimer
  16. je l'avais noté lors de sa sortie, tu me le remets en mémoire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il sortira sans doute en poche dans quelques mois sinon.

      Supprimer
  17. Un livre beaucoup vu sur les blogs, très apprécié, que je découvrirai certainement un jour.

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !