mercredi 15 novembre 2017

Et si l’amour c’était aimer ? - Fabcaro

- Sandrine, quand allez-vous quitter votre mari ?
- Michel, ça n’est pas si simple… on a le crédit de la Mercedes, un PEL à la Poste, et puis… j’ai peur de faire souffrir les enfants…
- Les enfants ?? Mais vous n’en avez pas…
- Oui non mais les enfants en général je veux dire.
- Qu’importe, je vous attendrai le temps qu’il faudra.
- Oui, on a l’éternité devant nous. 
- Ah… moi je pensais plutôt à genre 15 jours…
- Moi aussi je brûle d’impatience, mais notre histoire est inéluctable, nous sommes liés, rien ne pourra jamais se mettre en travers de notre route…
- Sandrine… je nous vois déjà dans les allées d’IKEA en train de noter des références de tables basses…
- Michel, on se fait du mal.

Il ne fallait pas que Sandrine ouvre la porte au livreur de macédoine (pas au livreur macédonien, hein, mais au livreur de Speed Macédoine). C’était pourtant une bonne idée au départ de commander de la macédoine pour le diner. Seulement derrière la porte se tenait Michel, et avec Michel le coup de foudre fut immédiat : « Le regard de cet homme, noir comme une nuit sans lune, la magnétisait tel un aimant dont elle ne pouvait se détacher ». Commence alors une relation aussi passionnée qu’interdite entre Sandrine et Michel. Henri, le mari de Sandrine, n’y voit d’abord que du feu. Mais lorsqu’il apprend la vérité sur cette liaison, il oblige sa femme à y mettre un terme. Michel, le cœur brisé, tente de se reconstruire auprès de ses amis tandis Sandrine peine à tirer un trait définitif sur son bel amant…

Ce résumé volontairement cucul la praline n’arrive pas à décrire le millième de cette  BD clairement  inspirée des romans-photos à l’eau de rose qu’adorait ma grand-mère. Surtout, il ne dit rien du traitement irrésistible que fait subir Fabcaro à cette idylle dont la trame semble de prime abord usée jusqu’à la corde. Parce que pour ce qui est de bousculer les codes, l’auteur de Zaï, zaï, zaï, zaï n’y va pas de main morte.

Des années, je dis bien des années que je n’avais pas autant rigolé en lisant un livre. C’est un festival de la première à la dernière page. Et d’ailleurs le tour de force est là. Trouver une chute hilarante ne relève pas de l’exploit mais en imaginer une à chaque planche sans jamais que le niveau baisse d’un millième, c’est inespéré. Attention, il faut aimer l’absurde, le non-sens et  l’humour parfois très noir. En fait pour être plus parlant je dirais qu’il faut aimer l’humour des Nuls de la grande époque, de la fin des années 80 au début des années 90. Pour moi c’est la référence ultime, personne ne m’a jamais autant fait rire depuis. Et là je retrouve cet esprit, ce grand n’importe quoi qui est en fait extrêmement construit et sans la moindre fausse note.

C’est le type d’album (extrêmement rare) qui fait de moi un gars super lourdingue. Parce que je passe mon temps à en parler à toute personne ayant le malheur de croiser ma route : « Purée, il faut que tu lises ça, c’est génial ! » ou « Tiens, je te prête le dernier Fabcaro, c’est une tuerie ! ». Résultat, ma femme a trouvé ça débile, ma grande pépette n’a pas tout compris et mes collègues l’ont gentiment posé sur leur bureau en me disant qu’ils y jetteraient un œil dès qu’ils auraient deux minutes (et moi de bouillir intérieurement avec l’envie de leur hurler « Mais bordel de m…, laisse tomber ce que t'es en train de faire et ouvre-moi ce bouquin !!!! »).

Bref c’est un indispensable, un incontournable, un essentiel (ne rayez aucune mention inutile, il n’y en a pas). Ma BD de l’année 2017.

Et si l’amour c’était aimer ? de Fabcaro. 6 pieds sous terre, 2017. 56 pages. 12,00 euros.

Une lecture commune et un enthousiasme partagés avec Noukette.




Toutes les BD de la semaine sont aujourd’hui chez Stephie




31 commentaires:

  1. Vendu ! Enfin "vendu"... je m'entends. J'ai du festival BD au programme du week-end qui arrive et il est hors de question que je quitte les stands sans cet album-là. D'ailleurs... maintenant que j'ai lu ta chronique, j'ai bien envie d'aller dévaliser mon libraire là, tout de suite, maintenant... mais punaise, je crois qu'il dort encore :P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais tu ne PEUX PAS attendre !!!foooonce qu'il te dit 😀😀

      Supprimer
  2. Je n'avais pas été fan de Zai Zai Zai ( pas frapper...😀) MAIS LÀ ! Je le veux! J'adore le dialogue que tu as mis au début!

    Et je suis aussi du genre lourdingue quand j'aime un bouquin !

    RépondreSupprimer
  3. Excellent ! Inutile d'en dire plus j'en ai déjà envie !

    RépondreSupprimer
  4. L'extrait mis est hilarant déjà ! :D

    RépondreSupprimer
  5. AHhhhhhh vos billets, la vache !

    RépondreSupprimer
  6. On peut dire que vous savez donner envie avec Noukette !

    RépondreSupprimer
  7. J'avais aimé le côté décalé de Zai zai zai zai, et là, avec Noukette vous me faite super envie!!!

    RépondreSupprimer
  8. J'en ai eu mal aux abdos de rire (si, j'ai des abdos, toutafé...!) ^^ Quel régalade bon sang !! Va falloir nous tenir à Angoulême tu sais ? :-D

    RépondreSupprimer
  9. Quel enthousiasme! ça donne envie d'aller jeter un œil à cet album ;-)

    RépondreSupprimer
  10. C'est bon, arrête d'enfoncer le clou, ça fait mal. Je vais le lire! Je vais le lire, promis!

    RépondreSupprimer
  11. vendu , je suis contente d'être fan d'un auteur de BD c'est si rare chez moi.

    RépondreSupprimer
  12. Et dire que je n'ai toujours pas lu Zaï Zaï....

    RépondreSupprimer
  13. J'A-DO-RE ! Une lecture parfaite pour les vacances de Noël à venir !

    RépondreSupprimer
  14. j'adore le titre et tout ce que tu en dis !!

    RépondreSupprimer
  15. J'ai l'impression d'avoir un retard énorme en matière de BD, je n'ai même pas lu Zaï zaï zaï, ce n'est pas faute d'en avoir entendu parler... mais je note tout de même !

    RépondreSupprimer
  16. On le sent bien, ce festival, dans ton extrait!

    RépondreSupprimer
  17. Je vais le lire celui-ci, obligé !!

    RépondreSupprimer
  18. Toi aussi tu as découvert ces romans-photos grâce à ta grand-mère !

    RépondreSupprimer
  19. Complètement d'accord avec toi ! :) C'est un album incontournable, un must, un truc de fou qui se relira avec grand plaisir, juste pour retrouver Sandrine et Michel :D !

    RépondreSupprimer
  20. Aaah mais rien que le titre est génial ! Complètement dans mon créneau. Je pense que si on ne rigole pas dès la page de couv', c'est mort.;-) Bon, et puis Fabcaro, auteur chouchou, donc c'est clair que je le lirai !^^ Mais tout le monde n'aime pas, ou n'y est pas particulièrement sensible. Je l'ai déjà remarqué avec Zaï Zaï... Aaah et puis la parodie des romans-photos, j'adore l'idée !! J'en ai lu 2 ou 3 qui traînaient chez mes grands-parents.^^ C'est collector quand même !

    RépondreSupprimer
  21. bon ben je crois que c'est clair... :))

    RépondreSupprimer
  22. Effectivement, les deux planches présentées sont tout un poème !! Je note, je note !!!

    RépondreSupprimer
  23. Noukette et toi êtes unanimes, cette fois.

    RépondreSupprimer
  24. Une chose est sûre, je ne vais pas résister longtemps à l'appel de cenouvel album de Fabcaro !!!

    RépondreSupprimer
  25. J'ai adoré l'humour de Zai zai zai zai alors celui-ci me fait plus qu'envie ! Mais c'est vrai que tout le monde n'adhère pas à cet humour, j'ai eu l'occasion de le constater.

    RépondreSupprimer
  26. ahhh je ne connaissais pas l'existence de ce livre!!! Il me le faut!! J'ai bien ri de l'accueil que ton entourage en a fait... ahhh les autres, ils ne comprennent rien !

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !