mardi 23 mai 2017

Ma grand-mère est une terreur - Guillaume Guéraud

Mémé kalachnikov, voilà comment est surnommée la grand-mère de Louis. Une grand-mère vivant au fond des bois, qui n’a pas sa langue dans sa poche, n’hésite pas à braconner et ressemble à une sorcière. Louis déteste aller chez elle, alors quand ses parents lui annonce qu’il va y passer les vacances de la Toussaint, il panique ! Pas de télé ni d’internet, des gâteaux aux noisettes plein de morceaux de coquilles sur lesquels on se casse les dents, des nuits sans dormir à cause du craquement des branches autour de la maison, des araignées au plafond de la chambre et des ronflements de mémé, le programme n’a rien d’alléchant. Tom y va donc à reculons, persuadé qu’il va s’ennuyer à mourir. Ce qu’il ne sait pas encore, c’est que la construction annoncée d’une route devant traverser la forêt va faire de sa semaine de vacances une aventure trépidante. Parce que cette route, mémé n’en veut pas. Et elle est bien décidée à tout faire pour que personne ne coupe le moindre tronc d’arbre…

Même quand il s’adresse aux plus jeunes, Guillaume Guéraud cultive cette impertinence qui le caractérise et que j’aime tant. Sa mémé kalachnikov dépote, c’est le moins que l’on puisse dire. Et le petit Tom n’est pas en reste avec ses remarques aussi drôles que pertinentes. Exemple : « La chicorée, quelle horreur, j’avais oublié que ce truc existait. C’est un jus obtenu à partir de la racine d’une endive au jambon, si je me souviens bien, et ça remplace le café pour les gens énervés. Mais ça remplacera jamais mon bol de corn-flakes ».

Une écriture à la première personne très orale, bourrée d’humour, saupoudrée l’air de rien de quelques prises de position écolos et politiques (la faucille et le marteau sur la couverture ne sont pas là par hasard). Si vous ajoutez les péripéties enlevées, la pointe de fantastique, les personnages secondaires bien campés et les illustrations particulièrement parlantes de Gaspard Sumeire, vous obtenez un mélange détonnant qui plaira aux amateurs de récits rigolos et irrévérencieux.

Ma grand-mère est une terreur de Guillaume Guéraud. Rouergue, 2017. 96 pages. 8,50 euros. A partir de 9 ans.


Une nouvelle pépite jeunesse partagée avec Noukette.












20 commentaires:

  1. Je suis déjà fan de Guillaume Guéraud, donc d'office je plonge sur ce titre!

    Il doit être délicieusement impertinent pour les petits :)

    RépondreSupprimer
  2. Irrévérencieux dès 9 ans, ce n'est pas un peu tôt ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr que non, c'est limite trop tard^^

      Supprimer
  3. Je recommence à m'intéresser aux romans jeunesse alors je note !

    RépondreSupprimer
  4. Avec un bouquin commença, je ne peux qu'adhérer... Faudrait pas que mes petits amours me baptisent mémé Kala... !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu pourrais le prendre pour un compliment^^

      Supprimer
  5. je l'emprunterai peut-être à mon fils !

    RépondreSupprimer
  6. Elle me plait beaucoup cette mamie ! Irrévérencieux, drôle et détonnant, c'est le Guéraud qu'on aime ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est égal à lui-même, c'est vrai.

      Supprimer
  7. Bon, bien sûr, je ne connais pas Guillaume Guéraud. Pfiou, le petit Nicolas de mon époque a de bien sérieux concurrents...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut absolument que tu lises "Plus de morts que de vivants" !

      Supprimer
  8. Je note pour mon neveu! Sa mamy est ma maman est ça pourrait le faire bien rire! 😁

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudrait que ta maman le lise aussi du coup^^

      Supprimer
  9. La faucille et le marteau me faisaient déjà rire avant que je glisse ce bouquin dans la commande du CDI ... j'ai hâte qu'elle arrive :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes élèves vont pouvoir en profiter ;)

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !