vendredi 28 août 2015

Six jours - Ryan Gattis

Je me souviens parfaitement des émeutes de Los Angeles en 1992. J’avais 17 ans et traversais la période la plus instable de mon existence, me réveillant souvent sur un canapé inconnu puant la bière et le tabac froid, sur une plage tout aussi inconnue sans me rappeler le trajet qui m’y avait amené ou encore dans un champ de blé (les copains avaient eu un mal fou à me retrouver ce jour-là…) avec les cheveux collés par mon vomi, les vêtements en lambeaux et une haleine de poney mort. La belle vie quoi, libre et insouciante. Pour moi, ces émeutes étaient l’expression d’un mouvement politique et social qui allait enfin faire avancer les droits des noirs aux Etats-Unis. Une révolution violente mais légitime pour mettre fin à toutes les formes de discrimination. Ok, ma vision des événements était simpliste, aussi naïve que stupide, j’en conviens, mais il ne fallait pas trop m’en demander à l’époque (et même encore aujourd’hui…).

Alors non, ces émeutes n’avaient rien d’une révolution sociale en marche, elles n’ont pas fait avancer les choses et ont surtout mis à feu et à sang une mégalopole devenue hors de contrôle en à peine quelques heures. Ryan Gattis le démontre avec un brio incroyable et une froideur mécanique dans ce roman choral à la puissance renversante.

« Le monde dans lequel on habite est complètement sens dessus dessous, là. Le haut en bas. Le bas en haut. Le mal est le putain de bien. Et les badges veulent plus rien dire. Vu qu’aujourd’hui la ville appartient pas aux flics. C’est à nous qu’elle appartient. »

Du 29 avril au 4 mai 1992, suite à l’acquittement des policiers ayant battu à mort Rodney King, la ville de Los Angeles sombra dans le chaos. Le roman suit dix-sept personnes pendant ses six jours. Membres de gangs hispaniques, pompiers, infirmières, dealers… tous prennent la parole à tour de rôle et racontent, dans une langue vivante et rythmée, comment ils ont été emportés par un tourbillon de violence et de sauvagerie, comment certains ont profité de la situation pour régler leurs comptes en tout impunité, tandis que d’autres cherchaient au contraire à sauver des vies.

A partir du massacre d’un innocent au cours des premières heures des émeutes, Ryan Gattis tisse un canevas implacable, plongeant le lecteur dans une Amérique à l'abandon et montrant ce qui se passe quand les lois n’ont plus cours et que les secours d’urgence ne peuvent intervenir dans une ville de plus de 3,5 millions d’habitants assiégée par sa propre population. Ce meurtre sera le point de départ d’une cascade d’événements tragiques où chacun à sa manière va connaître une vertigineuse descente aux enfers. En creux se dresse le portrait fascinant d’une ville mosaïque, poudrière en perpétuel sursis ayant vécu pendant ces six jours la plus dévastatrice éruption urbaine de l’histoire des États-Unis (11 000 arrestations, 2 300 blessés, 11 000 incendies volontaires et plus de 60 morts).  

Romanesque, violent, documenté et réaliste, ce récit nerveux et tendu rappelle s’il en était encore besoin que face à la paupérisation galopante et la perte de tout espoir en l’avenir, une étincelle suffit pour provoquer un embrasement incontrôlable. Un premier roman magistral et terrifiant !

Six jours de Ryan Gattis. Fayard, 2015. 430 pages. 24,00 euros.




38 commentaires:

  1. Il est sur ma PAL, je vais me régaler, j'en suis certaine

    RépondreSupprimer
  2. Ça fait un peu froid dans le dis et pourtant c'est tentant, dilemme :-)

    RépondreSupprimer
  3. Je ne sais pas ce que je préfère : la thématique de ce livre et ce magnifique billet OU toi, à 17 ans ;-) Ce matin, tu m'as faite rêver ! Merci merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi à 17 ans, tu n'aurais pas aimé je crois ;)

      Supprimer
  4. intéressant et indispensable, on a tellement l'impression d'être assis sur une poudrière, je ne sais pas si c'est l'époque ou si cela a toujours été comme ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aux états-unis il y avait eu des émeutes raciales bien avant. Et il y en a encore aujourd'hui...

      Supprimer
  5. Une vraie lecture coup de poing pour moi. J'ai adoré. Narrativement c'est un roman très intelligent, et le sujet est passionnant...mais aussi terrifiant.
    Chronique vraiment géniale!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La construction est parfaite je trouve. Imparable !

      Supprimer
  6. ha ha, toi à 17 ans... Moi j'ai complètement zappé ces événements à l'époque, faute de capter les infos (et ce qui se passait sur place était prenant aussi)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je m'en rappelle comme si c’était hier, ça m'avait vraiment marqué !

      Supprimer
  7. Olala, en plus ce n'est pas de la fiction. Bon ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben si, c'est de la fiction. Mais de la fiction très documentée ;)

      Supprimer
  8. J'avais zappé que c'était un premier roman, d'autant plus intéressant du coup...
    Quant à toi à 17 ans.. oserais-je dire que ça ne m'étonne pas ? :-p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux oser le dire, tu me connais assez pour ça je crois ;)

      Supprimer
  9. Quand je pense que je croyais que c'êtait un roman sur le conflit israelo-palestinien...;-)
    Je ne l'aurais pas forcément lu mais ton billet vend du rêve (plus que toi à 17 ans ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si mon billet vend du rêve mais je serais ravi que tu lises ce premier roman !

      Supprimer
  10. J'en suis à la moitié (je n'avance pas vite). C'est un livre intéressant. Je ne sais pas si je serai aussi enthousiaste que toi car j'ai un peu de mal avec les scènes de violences mais je suis contente de le lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que certaines scènes peuvent choquer, je te l'accorde ;)

      Supprimer
  11. Et zut de crotte ! Quand tu es à ce point enthousiaste, je n'ai qu'une seule chose à faire : lire le livre mais je m'étais promis de ne pas acheter d'autres romans de la rentrée à part le Benameur et le Chalandon...

    RépondreSupprimer
  12. C'est un excellent roman, j'ai adoré ! :)

    RépondreSupprimer
  13. On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans, disait déjà Rimbaud...

    RépondreSupprimer
  14. J'avais lu des extraits (en anglais) chez Jackie et je me souviens (de loin) de ces évènements .. C'est vrai que c'est intéressant d'en apprendre sur ta jeunesse et sur ce que tu croyais que cette révolte allait provoquer .. ou pas ! Moi j'étais déjà aux USA et je savais que ça n'allait pas changer de grand chose (j'étais dans un Etat du Sud..)

    Je l'avais noté, et le jour où il sera à la bibli, je le lirais ! sinon je prépare un billet Miscellanées avec toi dedans ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu ton billet et j'espère que tu vas apprécier de lire de la BD désormais.

      Supprimer
  15. Je suis tentée mais ce qui me fait hésiter, c'est l'idée de mosaïque. On suit donc de nombreux personnages, je suppose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On suit beaucoup de personnages, oui, mais tous font partie d'une seule et même histoire, du coup on s'y retrouve très facilement, il n'y a aucun éparpillement dans la narration.

      Supprimer
  16. Je le note, le must : allier un roman qui a l'air intéressant tout en apprenant des choses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça a été une grosse claque pour moi en tout cas.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !