samedi 29 août 2015

Les échoués - Pascal Manoukian

« Trois choses importent quand on est clandestin. Conserver de bonnes dents pour se nourrir de tout, avoir des pieds en bon état pour être toujours en mouvement, se protéger du froid et de la pluie pour rester vivant. Le reste est superflu. La propreté, l’estime de soi, l’apparence, le confort, il faut savoir renoncer à tout. »

La France du début des années 90. Virgil le moldave, Assan le somalien et Chanchal le bangladais viennent d’y débarquer. Après un périple infernal en camion, en bateau ou à pied, après avoir fui la guerre ou la misère, après avoir bravé le froid, la faim, la soif, après avoir subi de terribles sévices physiques et psychologiques et après s’être ruinés ou endettés à un point inimaginable, ils sont enfin arrivés à bon port.

Leur pays d’accueil n’est pas pour autant l’eldorado espéré. Sans papiers et sans soutien, ils doivent se débrouiller seuls avec des marchands de sommeil et des esclavagistes des temps modernes tirant profit de leur situation précaire. Le croisement de leurs trois destins se déploie au fil d’un texte débordant d’humanité. Le récit ne cache rien du parcours terrible et des difficultés rencontrées par ces échoués, « étrangers et anonymes, sans millésime ni origine, telle une bouteille à l’étiquette arrachée ». Des hommes transparents, obligés de vivre loin des lumières, à la marge, sans protection. Reporter de guerre connaissant parfaitement son sujet, Pascal Manoukian n’abrutit pas le lecteur sous les données statistiques. Le prisme de la fiction lui permet de distiller des informations documentées et ultraréalistes sur le drame des sans papiers en gardant à distance la froideur clinique de chiffres abstraits.

Virgil, Assan et Chanchal vont se serrer les coudes, partager ensemble les drames, les petites joies et les grandes souffrances du quotidien. Derrière le masque anonyme du clandestin bat le cœur d’un homme comme les autres, une évidence qu’il est parfois bon de rappeler.

Un premier roman malheureusement d'actualité. L’alternance entre les scènes d’une épouvantable dureté et les moments de grâce donne au propos une ampleur et un souffle inattendus. L’empathie pour les personnages coule naturellement au fil des pages de cette ode à l’altruisme où, dans les dernières lignes, l’idée de sacrifice prend son sens le plus absolu. Bouleversant et indispensable à l’heure où le désespoir pousse des milliers de clandestins à prendre tous les risques, quitte à mourir noyé après un naufrage en méditerranée ou étouffé dans la remorque d'un camion abandonné sur l'autoroute. Parce que ce qu'il y a de pire chez nous sera toujours mieux que ce qu'il y a de meilleur chez eux...

Les échoués de Pascal Manoukian. Don Quichotte, 2015. 300 pages. 18,90 euros.


Les avis de Jostein et Mirontaine





38 commentaires:

  1. Il vaut mieux être en forme pour se lancer dans cette lecture, mais peut-être un jour...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sûr que ce n'est pas une lecture doudou ;)

      Supprimer
  2. J'aime ta dernière phrases.
    Je me sens un peu submergée par les thèmes très durs des romans de la rentrée, que je vois ici et là... Je préfère attendre un peu pour certains.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette rentrée est à l'image du monde qui nous entoure donc, forcément, il n'y a pas grand chose de joyeux.

      Supprimer
  3. C'est terrible à dire, mais je n'ai pas très envie de ce genre de thème, trop proche de la dure réalité peut-être.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux comprendre mais fermer les yeux ne résoudra malheureusement pas le problème.

      Supprimer
  4. Vu chez Yv. Indispensable je pense?

    RépondreSupprimer
  5. un des livres importants de cette rentrée!

    RépondreSupprimer
  6. Je l'ai lu et j'ai aimé même si le sujet est très dur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile de faire plus dur en effet, surtout en ce moment.

      Supprimer
  7. Il va falloir que tu arrêtes d'aimer les romans que tu lis, je n'arrive plus à suivre. Evidemment, celui-ci me semble important !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, il m'arrive aussi d'avoir des déceptions tu sais ;)

      Supprimer
  8. ce billet, sacrebleu, il m'a terrassé de bon matin, et juste avant la rentrée, c'est pas beau ;-)
    je note, je veux, je tremble et je pleure déjà....
    cette thématique me tient particulièrement à cœur ....
    merci jeun hom
    <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense sincèrement que c'est une lecture incontournable pour toi.

      Supprimer
  9. Je le note ! Merci pour ce bel avis...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci surtout à monsieur Manoukian pour ce roman.

      Supprimer
  10. Comme Kathel j'aime beaucoup ta dernière phrase... et j'ai le coeur serré de voir des familles entières, des enfants, sur ces bateaux en ce moment... le désespoir qu'il faut pour se mettre en danger comme ça, et aller vers l'inconnu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout cela est parfaitement décrit dans le roman.

      Supprimer
  11. bon, voilà il faut que je trouve le courage de lire ce livre , c'est indispensable de ne pas se fermer les yeux même si ça fait très mal

    RépondreSupprimer
  12. Je prépare un gros sujet là-dessus avec mes trolls et je lis tout ce que je trouve sur ce sujet (BD, roman, litté jeunesse...) Un thème très fort et je ne peux pas passer à côté de ce livre-là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, tu ne peux pas, je te le confirme ;)

      Supprimer
  13. ça m'intéresse. Je reste toujours très bisounours pour ce genre de sujet et me demande pourquoi on ne peut pas accueillir les clandestins. Bref. Une lecture indispensable, je suppose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Évidemment indispensable, que l'on soit ou pas un bisounours ;)

      Supprimer
  14. Je ne pense pas le lire car j'ai travaillé comme interprète auprès de ces migrants (et je songe à recommencer) et j'ai écouté leurs histoires, la barbarie, la torture pour certains, la guerre.. Bref, comme tu le dis - notre pays sera toujours plus accueillant que leur ancienne patrie ! Si j'écrivais leurs histoires, les gens penseraient qu'il s'agit d'une fiction ;-)

    Mais c'est bien que d'autres lisent et comprennent que, contrairement à ce que raconte notre Marine nationale, ils n'arrivent pas ici en terrain conquis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non, ils avancent en terrain miné plutôt, complètement miné même !

      Supprimer
  15. Une de mes prochaines lectures, pas possible autrement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère bien que tu me feras le plaisir de le lire ce roman !

      Supprimer
  16. La dureté du propos me freine un peu mais je le lirai, c'est sûr. Un livre qui mérite qu'on s'y arrête, nécessaire pour comprendre mieux, être au plus près... ta dernière est si vraie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un live nécessaire et indispensable, on est d'accord ;)

      Supprimer
  17. Moi c'est une thématique à laquelle j'ai toujours été sensible alors ça m'intéresse. Noté !

    RépondreSupprimer
  18. J'ai beaucoup aimé ce livre qu'il faut faire connaitre autour de soi. Je trouve qu'il souffre d'une gros manque de médiatisation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a eu la chance d'être sacrément mis en avant à la fin de l'année et c'est tant mieux !

      Supprimer
  19. Voilà cher parrain. J'ai lu. J'ai pleuré, frémi, frissonné. Un titre d'une beauté insoutenable. Et même si je l'avais repéré avant que tu ne le sélectionnes pour les matchs, je suis contente que tu aies choisi de mettre ce titre en avant.

    Mon billet: https://aumilieudeslivres.wordpress.com/2016/01/24/les-echoues-pascal-manoukian/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il était tellement évident de l'inclure dans ma sélection ;)

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !