lundi 17 août 2015

Le renversement des pôles - Nathalie Côte

Allez zou, j'attaque la rentrée littéraire avec un premier roman.

D'un coté il y a les Laforêt. Arnaud, le mari, statisticien passionné de macrophotographie et sa femme Claire, guichetière dans une banque. De l'autre, les Bourdon, avec Vincent, technicien de maintenance informatique et Virginie, fonctionnaire en préfecture complexée par ses quelques kilos en trop. Les premiers ont un fils, les seconds deux filles. Ils ne se connaissent pas mais ils vont se retrouver dans des appartements mitoyens le temps d'un séjour dans une résidence de vacances sur la côte d'Azur. Derrière les échanges polis et les sourires de façades, l'ambiance est pesante et l'on comprend vite que quelque chose cloche dans ces couples au bord de l'implosion.

Soyons honnête, il n’était pas pour moi ce premier roman. Trop dans l’air du temps, avec la thématique des mariages qui battent de l’aile déjà vue un milliard de fois. Non seulement le traitement de la question est assez simpliste et enfile les clichés comme des perles mais en plus, deux choses m’ont particulièrement gêné.

D’abord, il n’y a aucune empathie possible pour les personnages. La quatrième de couv les annonce « ni aimables, ni détestables », rien n’est plus vrai, ils sont juste totalement insignifiants, totalement pitoyables, résignés, regardant la vie par le petit bout de la lorgnette avec des rêves au ras des pâquerettes. Des beaufs d’aujourd’hui, classe moyenne pavillonnaire empêtrée dans un quotidien morose avec pour horizon un avenir aussi triste qu'un jour de pluie. Et moi, quand je n'éprouve pas le moindre intérêt pour les protagonistes d’une histoire (que cet intérêt relève de l'affection ou de l'aversion d'ailleurs), ça ne peut pas fonctionner..

Ensuite, et c’est le plus problématique, j’ai ressenti de la part de l'auteur énormément de dédain à l’égard de ces beaufs d’aujourd’hui. Une sorte de moquerie permanente, une posture où l'écrivain se mettait au dessus de la mêlée, s’amusant de la médiocrité ambiante avec l’air de dire, « vous n’avez que ce que vous méritez bande de nazes, heureusement que jamais je ne descendrais aussi bas que vous ». Je me trompe peut-être, c’est une impression très personnelle, mais ce mépris que j’ai senti monter au fil des pages a beaucoup gâché ma lecture. Ce n'est en tout cas pas pour moi la meilleure façon de présenter une classe moyenne à laquelle il est légitime de ne pas vouloir ressembler.

Après, j’ai aimé l’écriture, les formules à l’ironie mordante, les mises en situation pathétiques, les dialogues qui sonnent juste. Une vraie plume donc, mais bien trop de points négatifs pour que ce texte emporte mon adhésion.

Le renversement des pôles de Nathalie Côte. Flammarion, 2015. 192 pages. 16,00 euros.




61 commentaires:

  1. Dommage que ton premier roman de la rentrée soit une lecture mi-figue mi-raisin...
    Dommage, le pitch m'apparaissait tentant. Je ne tenterai même pas le coup. Je crains que tes deux bémols me rejoignent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement j'ai largement de quoi me rattraper avec la rentrée.

      Supprimer
  2. Comme je participe aux 68 premières fois de Charlotte, je tenterai peut-être ;)

    RépondreSupprimer
  3. Il faisait partie de ceux qui me faisaient de l’œil, mince... En même temps, on a de quoi faire, on finira bien par tomber sur des pépites ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Mince, j'avais aussi envie de le lire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'en prive pas, tu aimeras peut-être.

      Supprimer
  5. Me sentant très éloignée de l'euphorie de la rentrée littéraire, j'avoue que ce genre d'article m'aidera à faire le tri.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui-là est dispensable, quoi qu'il arrive ;)

      Supprimer
  6. pareil, enfin un livre que je n'ai pas envie d'acheter, pauvre pavillonnaire de classe moyenne que je suis ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous appartenons à la même classe tu sais ;)

      Supprimer
  7. Je ne l'ai pas vu lorsque j'ai établi ma liste de curiosités ... et je ne le regrette pas ! Tu l'as reçu en SP car payer pour être ainsi déçu ... Comme toi, il faut que les protagonistes me parlent (en bien ou en mal) or là ... En attendant, j'espère que ta prochaine lecture sera plus réjouissante !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les lectures suivantes ont été bien plus réjouissantes, rassure-toi ;)

      Supprimer
  8. Je passe .... Je fuis l'air du temps en ce moment ! Et j'ai bien peur d' avoir moi aussi des rêves au ras des pâquerettes ! Par exemple, ma grande problématique actuelle est " je mets des graviers dans l'allée de mon pavillon, ou pas ?" Tu vois le genre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les gravillons c'est plus facile à entretenir que la pelouse ;)

      Supprimer
  9. Ca m'arrange de ne pas noter le premier avis que je lis sur un livre de la rentrée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu auras de quoi te rattraper je pense ;)

      Supprimer
  10. Je reste calme. Actuellement j'ai repris la lecture d'un livre de la rentrée qui me passionne très peu. Je lui laisse sa chance... (en dehors de ça je dégage la PAL des livres achetés, et me régale!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je me régale avec bien d'autres livres de la rentrée. Celui-là n'était pas une bonne pioche.

      Supprimer
  11. je comprends tes bémols, risque de les partager, donc je zappe!

    RépondreSupprimer
  12. Je ne l'aurais pas lu de toute façon donc hop, au suivant !

    RépondreSupprimer
  13. je comprends tes bémols...surtout sur l'attitude de l'auteur. Je ne supporte pas le mépris car au fond chacun peut mépriser quelqu'un, les pauvres peuvent mépriser les riches et inversement. Et puis moi je crois qu'il y a des beaufs dans des pavillons de banlieue très heureux d'abord...bref je passe mon tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu y as trouvé les mêmes clichés que moi finalement ;)

      Supprimer
  14. Ce n'est pas un roman de la rentrée qui me tentait particulièrement donc merci de ton avis qui confirme cette idée ^^

    RépondreSupprimer
  15. J'ai beaucoup de mal à lire des auteurs qui jugent... pas un livre pour moi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis comme toi, c'est pour cela que je n'y ai pas trouvé mon compte.

      Supprimer
  16. comme je comprends tes réserves! je déteste le mépris

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes beaucoup dans ce cas je pense.

      Supprimer
  17. ça fait un peu série télé et pas forcément des meilleures si j'en crois tes remarques. Bon, je ne l'avais pas retenu, au vu de son résumé et des premières pages, j'en reste là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Série télé ou feuilleton tout sauf passionnant. Bref...

      Supprimer
  18. Je n'ai pas regardé les romans de la rentrée, c'est donc le premier que je vois et bon je ne pense pas le lire, sauf peut-être, par rapport à ton second bémol, est-ce que j'aurais le même ressenti que toi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu plusieurs avis déjà et j'ai retrouvé ces bémols plusieurs fois.

      Supprimer
  19. Je ne suis pas trop rentrée littéraire de mon côté... C'est dommage pour toi que tu es été déçue. Le pitch semblait pas mal mais peut être qu'un sombre secret aurait pu pimenter tout ça (oui, je suis une accro aux thrillers).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un sombre secret n'aurait rien changé à l'affaire je crois ;)

      Supprimer
  20. Tu commences mal !!!
    Cette année, je ne me suis pas tenue au courant de la rentrée littéraire. Plus envie de courir après les livres, pas envie de lire les noms des mêmes auteurs, les mêmes que l'an passé et l'année d'avant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai mal commencé mais je me suis bien rattrapé depuis.

      Supprimer
  21. Flammarion est d'ordinaire plus inspiré mais vu ce que tu en dis, il y a fort à parier que je n'aime pas non plus alors je passe mon tour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis persuadé qu'il y a de très belles choses dans la rentrée de Flammarion.

      Supprimer
  22. Tu démarres en fanfare ! J'espère que tes prochaines lecture de rentrée seront meilleurs.

    RépondreSupprimer
  23. Mince ! Grosse déception. Et forcément ça ne fait pas envie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En même temps on ne peut pas aimer tout ce qu'on lit.

      Supprimer
  24. Allez déjà un de moins sur les 539 qui sortent ! merci ;-))

    RépondreSupprimer
  25. Ouch, je ne supporte pas le dédain, et encore moins de ne pas m'intéresser aux personnages... Je passe sans complexe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de complexe à avoir du tout, non ;)

      Supprimer
  26. Pas convaincue non plus même si je n'ai pas ressenti ce dédain. Mais je n'ai pas non plus accroché aux personnages. Effectivement, un petit côté "drôlatique" sympathique mais ce n'est pas vraiment ce que je cherche en littérature.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis comme toi, ce n'est pas une lecture marquante.

      Supprimer
  27. ouh la la, comme j'ai beaucoup à lire encore je ne vais pas noter celui-ci. La thématique ne me tentait pas trop aussi ne l'avais-je pas retenu mais ce que tu en dis achève de me convaincre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas moi qui te ferais changer d'avis ;)

      Supprimer
  28. Réponses
    1. Je me dois de réagir à ta réponse Jérôme : PTDR !! Mon dieu....

      Supprimer
  29. Je partage totalement ton opinion. J'ai été vraiment déçue par ce livre. Je vais très vite l'oublier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que tout le monde a été plus ou moins déçu par ce texte.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !