jeudi 21 août 2014

Enon - Paul Harding

"La plupart des hommes de ma famille font de leurs épouses des veuves, et de leurs enfants des orphelins. Je suis l'exception. Ma fille unique, Kate, est morte renversée par une voiture alors qu'elle rentrait de la plage à bicyclette, un après-midi de septembre, il y a un an. Elle avait 13 ans. Ma femme Susan et moi nous sommes séparés peu de temps après".

Les six premières lignes du texte. Tout est dit. Charlie a perdu sa fille unique. Charlie a perdu sa femme. Charlie a perdu pied. Totalement.

Attaquer la rentrée littéraire avec un sujet aussi plombant à de quoi vous mettre le moral dans les chaussettes. Un père détruit par une tragédie personnelle impossible à surmonter, un père qui sombre dans l’alcool, la drogue et qui rôde la nuit venue près de la tombe de son enfant, il faut reconnaître que ce n’est pas joyeux-joyeux. Mais personnellement j’aime bien. Je suis dans ma zone de confort avec les personnages à la marge, les solitaires misanthropes, les histoires sombres, très sombres.

Bon j’avoue, le Charlie, on a souvent envie de lui botter le cul, de lui dire qu’il n’est pas le premier à qui ça arrive et qu’il ne sera malheureusement pas le dernier. On a aussi envie de lui dire que c’est un peu facile de se laisser couler de la sorte plutôt que d’affronter la réalité en face. Mais ce que j’aime chez Paul Harding c’est qu’il ne saute pas à la gorge de son lecteur en hurlant « regarde et pleure ! » comme tant d’autres savent si bien le faire. Il dessine l’indicible par petites touches, il bifurque, il vagabonde sur des chemins de traverse, perd le fil de son récit pour plonger dans les souvenirs d’enfance de son personnage ou exposer l’histoire de la ville d’Enon et sa toponymie. Et sans crier gare il revient au quotidien de Charlie et nous immerge à nouveau dans son terrible voyage aux confins de la déchéance et de la folie. J’adore ce choix narratif plein de liberté, une manière de dire au lecteur « qui m’aime me suive, et tant pis si j’en perds en route ». Et puis il peut se le permettre parce qu’il écrit magnifiquement bien. Il y a dans ce texte des passages absolument somptueux :

« Comprendre que mon chagrin était infinitésimal, comparé à la somme de l’univers, ne m’empêchait pas d’en être dévasté. Je savais bien que mon tourment était présomptueux, une manière fallacieuse de prétendre à la tragédie absolue. Si je ne cessais de clamer que j’étais trop faible pour supporter la mort de ma fille, cela ne signifiait-il pas justement que j’en avais la force en réalité ? […]Ma peine n’aurait-elle pas été plus intense si Kate n’avait jamais existé ? Beaucoup plus intense ? N’était-il pas vrai que sa brève et joyeuse existence était la plus grande joie de la mienne ? La joie de ces treize années ne constituait-elle pas un royaume à part entière, dont le chagrin assiégeait à présent les murailles, certes, mais sans parvenir à les abattre ? Voila ce que je me disais. La joie de ces treize années possédait une intégrité en propre, au sein de laquelle Kate continuait d’exister. Les souffrances entraînées par sa propre mort ne pouvaient l’atteindre. »

Ou encore :

« J’étais affamé de mon enfant et venais me repaître dans le cimetière, dans l’espoir qu’elle me rejoigne, à mi-chemin de nos deux mondes, ou juste au-delà, ne fût-ce qu’une nuit, ne fût-ce que pour un instant – qu’elle se dresse de nouveau, debout sur ses pieds nus, et foule l’herbe humide ou les feuilles mortes ou la terre enneigée de l’Enon vivant afin que nous puissions échanger elle et moi ne fût-ce qu’un seul, un dernier mot humain. »

Un roman d’une beauté tragique, un roman anti « feel good » par excellence. Tout ce que j’aime, quoi.

J’ai voulu entraîner Noukette dans cette première lecture de la rentrée. Pas sûr que ma binômette préférée ait autant apprécié le voyage à Enon que moi…

Enon de Paul Harding. Le cherche midi, 2014. 288 pages. 17,50 euros.






55 commentaires:

  1. Bon, comme je disais chez Noukette, vraiment pas tentée par l'ambiance de ce roman. Il y a trop de livres à lire, tant devrais-je dire plutôt, je passe de plus en plus facilement mon chemin maintenant, je me rends compte, pour me concentrer sur ce qui me parle vraiment (quitte à ce que ça n'intéresse que moi d'ailleurs^^)..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve que cette une très bonne résolution. Le plus difficile sera de t'y tenir, non ?

      Supprimer
  2. Je ne me sens pas tentée. J'ai l'impression que c'est peut-être un livre trop "masculin".... Merci en tout cas pour cette critique littéraire qui m'aide à me repérer dans cette rentrée littéraire si foisonnante.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne m'étais pas fait la remarque mais il est vrai que c'est un texte plutôt "masculin".

      Supprimer
  3. J'avais aimé "Les foudroyés" et je suis bien tentée par celui-ci après ton billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'avais beaucoup aimé "Les foudroyés".

      Supprimer
  4. J'avais aimé Les foudroyés et aurais aimé découvrir cet Enon (mais un oeil sur l'histoire m'en a dissuadée) J'ai lu un roman français où l'homme qui a perdu sa femme sait aussi faire passer sa douleur, donc voilà voila...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu le trouves à la médiathèque, tu te laisseras peut-être tenter ;)

      Supprimer
  5. Tu as retrouvé un roman que tu aimes (après tes échecs précédents), c'est super.
    Pas pour moi je pense.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça fait du bien de replonger dans un roman qui nous accroche.

      Supprimer
  6. Il m'a déjà perdu, rien qu'en te lisant ! ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Moi qui pensais lire un roman rempli d'arcs en ciel et de poneys pailletés... (tu as ça en rayon d'ailleurs...?) Blague à part, c'est pas joyeux joyeux... Bien écrit, bien traduit, bien construit ça oui, mais punaise, j'espère que la rentrée me réserve aussi des romans remplis de bons sentiments dégoulinants ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je n'ai pas de poneys pailletés en stock, manquerait plus que ça. Bon, j'avoue qu'on démarre la rentrée par du plombant mais on va sans doute trouver du plus léger par la suite, pas possible autrement..

      Supprimer
  8. Les extraits mis sont en effet très beaux, joli travail du traducteur, mais sans façon, vraiment. J'en resterais à l'envie de lui botter les fesses. Je me connais. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends. Et puis tu es une telle adepte des romans "feel good" aussi ;)

      Supprimer
  9. Je ne le note pas car c'est la rentrée littéraire et je n'achète plus de grands formats (que je lis alors qu'ils sont en poche) mais je ne dis pas non pour plus tard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il sortira un jour en poche de toute façon, pas possible autrement.

      Supprimer
  10. Vous faites en sorte qu'on ait envie de lire des bouquins qui pètent le moral... Bravo ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'était pourtant pas gagné d'avance sur ce coup-là !

      Supprimer
  11. Tu sais me convaincre de lire ce livre ! J'ai noté l'auteur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un auteur américain à suivre de près selon moi.

      Supprimer
  12. Et hop, je viens de chez Noukette. Elle m'a interpelée avec ce titre, et toi tu as su me convaincre ;)
    Vous êtes un duo diabolique !! :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En général on se complète plutôt bien ;)

      Supprimer
  13. Ca a l'air noir, mais je sens que ce voyage pourrait me plaire.

    RépondreSupprimer
  14. ah ah! bien noir? trop sans doute pour moi , je note avec plaisir que certains livres de lété ont su te plaire
    Luocine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui finalement (et sur la fin des vacances), j'ai trouvé plusieurs fois chaussure à mon pied ;)

      Supprimer
  15. Moi, ça me tente ! J'aime également les romans très noirs avec des personnages en marge... je parviens à garder assez de distance pour que ça ne me plombe pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça, il faut constamment garder une distance pour éviter de trop "subir" le texte. J'y parviens facilement en général.

      Supprimer
  16. Un roman anti feel good, parfois ça fait du bien aussi.... j'aime bien de temps en temps que ce soit âpre, surtout quand ce n'est pas pour faire pleurer dans les chaumières mais que c'est juste parce que l'histoire veut ça. Bref, ça me tente tente tente ! En plus, je reviens à l'instant de ma librairie et la libraire m'a dit qu'elle avait 2 romans préférés dans toutes les lectures déjà faites pour la rentrée : celui-ci et le Gautreaux "Nos Disparus".

    Merci pour la découverte Monsieur Dunebergealautre :)

    RépondreSupprimer
  17. Je n'est pas connu cet auteur et il semble très interessant. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est que son second roman mais il gagne à être connu !

      Supprimer
  18. disons qu'effectivement le sujet est assez lourd. Je le note tout de même, pour plus tard lorsque je serai dans ma période sombre ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour une période sombre, c'est parfait !

      Supprimer
  19. Peut être mais as au moment de la rentrée .. encore envie de légèreté !

    RépondreSupprimer
  20. Il est dans ma liste de la rentrée alors je ne lis pas ton billet : je veux en savoir le moins possible avant de l'avoir en mains !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu fais bien, la surprise (et le choc !) n'en seront que plus grand ;)

      Supprimer
  21. Tu m'intrigues avec ce roman, malgré son côté sombre... je note!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au-delà du côté sombre, ça reste un excellent roman.

      Supprimer
  22. Pas très joyeux tout ça mais très fort visiblement...

    RépondreSupprimer
  23. Je crois que ce Paul Harding (je préfère l'Anglais) et moi, on n'est vraiment pas d'accord. A part quelques passages, je n'ai pas du tout accroché.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un auteur qui peut laisser de marbre, voire agacer, je le comprends. Je suis rès réceptif à sa plume et pourtant je me garderais bien de le conseiller à qui que ce soit. A chacun de se faire son avis ;)

      Supprimer
  24. Je m'y suis ennuyée, moi, à Enon... Dommage... Je suis d'accord, il y a pourtant de beaux passages.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux comprendre que l'on trouve ce texte ennuyeux par moments.

      Supprimer
  25. Et bien moi ça me tente bien ! Peut-être même plus que Les foudroyés en fait ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite plus maintenant qu'il est sorti en poche ;)

      Supprimer
  26. Je suis bien contente qu'il sorte en poche. J'ai envie de le lire depuis sa sortie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment une bonne nouvelle cette sortie en poche !

      Supprimer
  27. Je viens de terminer Les Foudroyés. Je ne peux pas dire que j'aimé ni détesté mais celui-ci me tente beaucoup! Malgré son sujet horrible!

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !