jeudi 30 août 2012

La vie de Régis de Sa Moreira (rentrée littéraire 2012)

R. de Sa Moreira ©
Au diable Vauvert 2012
Les personnages se croisent le temps de quelques lignes. Ils se succèdent de façon cohérente, la fin du propos des uns lançant celui à venir des autres. Chaque paragraphe se termine par des points de suspension permettant à ce flux ininterrompu de paroles de continuer sa route jusqu’à la dernière page. De quoi parlent ces gens ? De tout et de rien, d’un souvenir, d’une pensée qui surgit, de la description d’une scène, d’un décor. Une forme de hasard semble tirer les ficelles et mener la danse. Hommes et femmes sont ici tous plus banal les uns que les autres, même si certains s’expriment depuis l’au-delà. Ne cherchez là aucune véritable histoire, n’imaginez pas que vous pourrez ressentir une quelconque empathie pour ces anonymes qui traversent le temps d’un instant le fil du récit.

La vie est un exercice de style original. Déstabilisant de par sa forme mais malheureusement sans grand intérêt en terme de fond. J’ai juste eu l’impression de parcourir un micro trottoir géant où ceux à qui l’on donnait la parole n’avaient finalement pas grand-chose à dire. L’aspect répétitif de l’ensemble fini par lasser et la prose, si elle peu faire sourire de temps en temps, reste dans l’ensemble d’une grande platitude.

Au final, la seule chose qui m’intéresse vraiment est de savoir comment ce texte a été écrit. Est-ce que Régis de Sa Moreira a établi un plan ultra précis détaillant l’enchaînement des paragraphes ou bien a-t-il laissé son imagination prendre le pouvoir de façon totalement libre, un peu à la manière de l’écriture automatique d’un Kerouac ? Sans doute un peu des deux. J’avoue que la seule question qui me passionne au sujet de cette œuvre concerne le passage à l’acte d’écrire. Pour le reste, La vie m’a laissé de marbre.

La vie de Régis de Sa Moreira. Au Diable Vauvert, 2012. 120 pages. 15 euros.



Merci à Babelio et Au diable Vauvert pour la découverte.





Ce billet signe ma 1ère participation au défi des 100 pages
de la Part Manquante


30 commentaires:

  1. Dommage. J'ai vraiment été séduite par l'originalité du texte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends que l'on puisse apprécier, c'est quand même original.

      Supprimer
  2. Ah zut ! Au contraire, j'ai trouvé qu'il s'arrêtait comme il le faut pour justement ne pas lasser le lecteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En ce qui me concerne, la lassitude est arrivée assez vite.

      Supprimer
  3. Bon, se faire soi même son opinion, quoi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, c'est toujours la meilleure solution^^

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Moi, c'est le 1er titre de cet auteur que je découvre.

      Supprimer
  5. Sans moi, je viens de lire le libraire, je ne peux (veux) pas renouveler l’expérience!
    Je laisse passer du temps, beaucoup...

    RépondreSupprimer
  6. Ce n'est pas le premier avis mitigé que je lis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il y a du pour et du contre au sujet de ce roman.

      Supprimer
  7. Alors si la vie te laisse de marbre, maintenant....

    RépondreSupprimer
  8. Je suis ravie de t'accueillir dans le défi "Cent Pages"!
    Pour ne rien rater du défi tu peux t'inscrire à la newsletter de la Part Manquante ou bien nous rejoindre sur la page FaceBook "Jeux de Mots" ( https://www.facebook.com/pages/Jeux-de-Mots/143467989028270 )
    J'espère que tes lectures suivantes s'enthousiasmeront plus que ce premier roman.
    Merci pour le partage en tout cas!
    Bonnes lectures et bon défi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que ton défi correpsond parfaitement au lecteur que je suis dans la mesure où j'ai toujours préféré les textes courts aux pavés.
      En plus j'ai quelques petits romans à venir qui seront bien meilleurs que celui-ci^^

      Supprimer
  9. Je comprend ta réaction, je pense même que j'aurai eu la même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment une sensation de lecture, c'est sans doute pour cela que chacun pourra ressentir les choses de façon différente.

      Supprimer
  10. Je n'en vois pas trop l'intérêt non plus. Merci d'avoir testé :-)

    RépondreSupprimer
  11. Je viens de le lire et de faire mon billet et je dois dire que j'ai bien aimé dans l'ensemble même si je partage tout à fait ton avis sur la lassitude qui s'installe en cours de lecture :)
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lassitude, c'est un mot juste. Heureusement qu'il n'y a que 120 pages^^

      Supprimer
  12. J'ai aimé cette farandole de témoignages, même si j'ai conscience que ce livre ne restera pas dans les annales. J'apprécie l'inventivité chez cet auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne peut pas lui reprocher de ne pas être inventif mais pour le reste, je suis beaucoup plus sceptique.

      Supprimer
  13. Comme toi, j'ai été agacée finalement par le procédé employé ici. Si peu convaincue d'ailleurs que je n'ai même pas terminé ma lecture, ce qui m'arrive très rarement!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est incroyable mais 120 pages ça semble beaucoup trop !

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !