samedi 7 juillet 2012

Le roi n’a pas sommeil de Cécile Coulon

Coulon © Viviane Hamy 2012
C’est un bled paumé de l’Amérique profonde. Une scierie, un troquet, un shérif, un médecin... Tout se sait, rien ne s’oublie. William Hogan y a acquis le domaine de ses rêves, une vaste propriété où les arbres sont centenaires. De son union parfois tumultueuse avec Mary est né le petit Thomas. Un gamin frêle, sensible, taciturne, ombrageux. A la mort du père, Thomas se retrouve seul avec sa mère. Une vie simple et heureuse. Mais le temps passe, le gamin grandit et les événements vont façonner peu à peu sa personnalité. L’enfant sage va laisser sa place à un jeune adulte en proie aux pires tourments. Il faudra cet accident épouvantable pour que les choses basculent définitivement...

Ce n’est pas pour rien que l’on trouve une citation de Steinbeck en exergue du premier chapitre. L’influence de l’auteur des Raisins de la colère est ici évidente. Difficile d’imaginer que Cécile Coulon n’a que 22 ans tant son écriture exprime déjà une belle maturité. Une grande sobriété, pas de chichi ni d’envolée lyrique, juste quelques métaphores parfaitement troussées. Tout tient dans la force d’incarnation de personnages disséqués jusqu’à l’os. Proche d’une certaine oralité, la prose est celle d’une raconteuse d’histoire qui vous prend par la main et vous demande de vous laisser guider.

Chronique familiale, Le roi n’a pas sommeil est aussi et surtout une ballade tragique. Le malheur de Thomas ne lui appartient pas, il lui tombe dessus sans crier gare. En filigrane, on décèle une volonté de décortiquer un modèle de vie à priori idyllique où la part d’ombre de chacun peut à tout moment venir brouiller les cartes.

Un roman puissant et maîtrisé.

Le roi n’a pas sommeil, de Cécile Coulon. Viviane Hamy, 2012. 142 pages. 17 euros.

15 commentaires:

  1. Mais tout le monde en dit du bien!(et il est à la bibli)

    RépondreSupprimer
  2. Si la référence est celle de Steinbeck, je dis oui et j'inscris ce titre dans ma liste, sans hésiter.

    RépondreSupprimer
  3. Comment ne pas noter avec un tel billet et une référence à Steinbeck ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu apprécieras si tu te lances dans cette lecture.

      Supprimer
  4. Bien bien, il faut le noter, j'ai compris :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben, oui, voila, c'est un peu ça l'idée^^

      Supprimer
  5. C'est un excellent roman que j'ai adoré ! et quelle écriture, déjà très travaillée pour une auteure si jeune. Je suis avec grand intérêt la suite de ses publications !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me laisserais bien tenter par son roman précédent "Méfiez-vous des enfants sages".

      Supprimer
  6. Tentant oui... Mais de fortes chances que j'attende son éventuelle sortie poche...! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est sorti en janvier, je ne sais pas combien de temps il faut attendre avant une sortie en poche. Un an peut-être ?

      Supprimer
  7. J'hésite encore à le lire, un "je ne sais quoi" me retient toujours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant je pense que c'est une auteure à découvrir.

      Supprimer
  8. Je n'avais pas vraiment vu que le roman se situait dans l'Amérique profonde ... Il n'est pas vraiment ancré dans une réalité définie, je trouve, en tout cas, ce n'est pas ce qui fait sa force, le personnage de Thomas tient le tout, lui et Mary aussi, un beau personnage de mère, j'ai bien aimé le bon docteur aussi ... bref, j'ai tout aimé ! Et c'est fort, cette force justement en si peu de pages ! J'ai préféré ce titre au premier " méfiez-vous des enfants sages", pourtant pas mal, déjà.

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !