mercredi 11 juillet 2012

Herakles 1 d’Edouard Cour

Cour © Akileos 2012
A ma connaissance, il n’y a jamais eu d’adaptation des douze travaux d’Hercule en BD. Et même si cette épopée a connu de nombreuses représentations au cours des siècles sur tout type de supports (céramique, sculpture, peinture…), le pari du passage à la bande dessinée n’avait jusqu’alors pas été tenté. Il aura fallu le culot d’un dessinateur néophyte fraîchement sorti de son école de design pour qu’un tel projet voit le jour.

S’écartant de l’iconographie classique, Édouard Cour propose un trait souple et nerveux qui n’est pas sans rappeler par moments celui de Christophe Blain (Isaac le pirate). Respectant à la lettre la chronologie et les événements de cette fresque mythologique incontournable, le jeune auteur distille à chaque chapitre une inventivité graphique remarquable. Son découpage ultra-dynamique alterne avec brio les séquences d’action pure et les passages sans texte au cours desquels le héros se refait une santé entre deux travaux. Ajoutez à cela des couleurs crépusculaires dominées par les tons ocre et des dialogues au niveau de langue beaucoup plus familier que soutenu et vous obtiendrez un album qui sort vraiment de l’ordinaire.

A noter par ailleurs que physiquement, Herakles est loin du bellâtre musculeux représenté par les artistes antiques. Le fils de Zeus s’affiche en effet ici sous les traits d’un balourd hirsute et taciturne toujours plus prompt à l’action qu’à la réflexion.

Ce premier tome regroupe huit travaux. J’avoue que la redécouverte de ces derniers m’a permis de me rendre compte à quel point ma mémoire avait besoin d’être rafraîchie. En dehors du nettoyage des écuries d’Augias et de l’affrontement avec l’hydre de Lerne, il ne me restait en effet plus grand-chose des exploits d’Herakles dont la découverte remonte pour moi au collège.

Une chose est sûre, en associant la retranscription fidèle de l’épopée mythique à une originalité graphique et un ton très modernes, Édouard Cour signe un premier album de haute voltige. Une très belle surprise.           

Herakles T1 d’Edouard Cour. Akileos, 2012. 154 pages. 18,30 euros.
Cour © Akileos 2012




32 commentaires:

  1. Il faudra peut-être que je m'habitue à ce dessin mais je mets d'emblée cet album à mon programme. J'en ai pas mal oublié aussi de tous ces travaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, le dessin est assez proche de celui de Blain dont tu présentes un album aujourd'hui. Tu ne devrais donc pas trop être déstabilisée.

      Supprimer
  2. Quel choix bizarre pour une BD du mercredi ? :)

    RépondreSupprimer
  3. Que veux tu, les grands esprits se rencontrent parfois, on y peut rien !

    RépondreSupprimer
  4. Jamais été fan de mythologie, donc je passe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que si tu n'aimes pas la mythologie mieux vaut faire l'impasse.

      Supprimer
  5. J'ai toujours aimé les récits mythologiques, donc je retiens !

    RépondreSupprimer
  6. Mais cette bd est pour moi ! je note tout de suite ! je suis totalement fan des adaptations en bd de la mythologie grecque (et mes 6e aussi...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est que la mythologie en 6ème est un incontournable du programme !

      Supprimer
  7. Une bonne façon de renouer avec la mythologie, je la note ! Je vais essayer de la trouver en biblio (pas évident si elle est récente) mais vu le prix, faut être fan !!!^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement aujourd'hui dès qu'une BD fait plus de 100 pages, le prix devient prohibitif. C'est un vrai problème.

      Supprimer
  8. Je note également, tu es tentant et l'ouvrage, le traitement du sujet, semblent pertinents.
    Voir maintenant comment je gère mes pulsions d'achats et de lectures :P Ta réponse sur "Koma" m'a fait éclater de rire ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un soucis permanent ces pulsions. Je me suis promis de ne pas mettre les pieds à la librairie avant fin août. Je veux absolument faire baisser ma PAL cet été, c'est un défi personnel auquel je tiens beaucoup (surtout que je me suis engagé à lire Portugal !!!!).

      Supprimer
  9. Je me laisserais bien tenter, je suis toujours partante dès qu'il s'agit de mêler culture et BD :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, dans cet album le compromis entre les deux est bien trouvé.

      Supprimer
  10. Je me la suis justement procurée la semaine dernière, charmé par le trait et les couleurs.
    Ah c'est rageant de ne jamais avoir le temps de me poser pour lire toutes mes BD juste après mon passage chez le libraire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De mon coté je commence toujours par lire le dernier acheté. Du coup ce sont les albums plus anciens qui s'accumulent, ce n'est une meilleure solution.

      Supprimer
  11. Le thème m'intéresse beaucoup, mais le graphisme beaucoup moins : je n'ai jamais aimé le coup de crayon de Blain, et celui-ci est effectivement tout à fait dans la même veine, semble-t-il. Donc, j'hésite grandement... C'est à suivre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faut pas oublier que c'est un 1er album. Ce jeune est prometteur et je ne doute pas que son identité graphique va s'affirmer dans les années à venir.

      Supprimer
  12. Il y a une parodie de Joann Sfar : Socrate le demi-chien. J'ai adoré les opus 1 (Héraclès) et 3 (Oedipe à Corinthe), qui m'ont bcp amusée, mais me suis ennuyée sur le 2 (Ulysse).
    J'essaierai de trouver cet Herakles d'E. Cour à la mdtk, notamment pour mon ado qui adore la mythologie. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis malheureusement allergique à Sfar. Impossible de supporter son dessin, c'est plus fort que moi.

      Supprimer
  13. Hercule est fort... donc je l'imagine comme ce mastodonte.
    Je ne pense pas lire cette BD, mais je suivrai avec intérêt la série chez toi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je l'imaginais plutôt taillé comme un dieu grec. Ici, il est plus enrobé que musclé.

      Supprimer
  14. C'est plutôt pour adultes a priori?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons plutôt ado/adultes. Au début du collège, dès 11 ans, ça peut passer selon moi.

      Supprimer
  15. Réponses
    1. Je lirais ton vis avec plaisir si tu te lances.

      Supprimer
  16. C'est vrai que graphisme et texte sont chargés, pas forcément très accueillants (j'avais par contre adoré les couleurs de l'adaptation en dessin animé du "Chat du Rabbin")...
    J'ai eu la chance de découvrir l'auteur avec "Le chat du Rabbin" que j'ai bcp apprécié, donc je passais outre, d'autres albums m'ont fortement déplu ('La comtsse Eponyme', 'Chagall' et d'autres), du coup, là, on ne voit que les "défauts", tout agace !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même le Chat du Rabbin, je ne 'ai pas pu. Et puis je me demande quand son éditeur va oser lui dire que ses couvertures font partie des plus abominables jamais publiées (celle de La comtesse Eponyme, c'est juste impossible !).

      Supprimer
  17. Et bien je trouve cette page originale et j'irai jeter un oeil, toujours à l'affût d'adaptation de récit mythologiques pour mes petits de collège. Je ne sais si on peut le leur conseiller ou alors pour le CDI mais je verrai. Merci pour la découverte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cet Herakles a tout à fait sa place au CDI. Tu peux le recommander chaudement à la documentaliste^^

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !