vendredi 18 janvier 2019

Dans l’ombre du brasier - Hervé Le Corre

« Ils détruiront Paris plutôt que de laisser la ville au peuple. Et ils détruiront le peuple pour reprendre la ville. »

Paris, mai 1871. Les versaillais s’apprêtent à donner l’assaut. 60 000 soldats, des armes et des minutions à n’en plus finir. En face d’eux 10 000 communards désorganisés, à bout de souffle, manquant de tout, sans véritable chef. Des hommes, des femmes, des enfants, des vieillards. Des ouvriers, des médecins, des ivrognes, des rêveurs, des salauds, des altruistes, des opportunistes. Ils attendent la marée en sachant qu’ils ne pourront la retenir, qu’ils vont être submergés. Et pendant ce temps, dans les rues, des femmes disparaissent, enlevées par un monstre à la gueule cassée. Le commissaire Roques, chargé de l’enquête, va tenter par tous les moyens de mener sa tâche à bien, pendant que la ville s’écroule. 

Ce n’est pas la première fois qu’un auteur imagine les agissements d’un criminel en temps de guerre (la BD Notre mère la guerre par exemple fonctionne sur le même principe). Si le procédé n’est pas nouveau, Hervé le Corre l’utilise pour mener une réflexion plus large sur le bien, le mal et la complexité de la nature humaine. Il ne pouvait trouver un meilleur décor que le Paris agonisant de la semaine sanglante. Pendant dix jours, du 18 au 28 mai, il nous entraîne sur les pas du commissaire, du kidnappeur et de son complice, des femmes enlevées et séquestrées dans une cave, mais aussi de communards prêts à défendre la moindre barricade, d’infirmières débordées par l’afflux de blessés ou de parisiens terrés dans leurs appartements.

Un roman à l'ambiance étouffante qui montre à hauteur d’hommes le climat d’insurrection, la chienlit, le désordre des troupes. Le chaos est partout, les rêves d’utopie ne seront bientôt plus que poussière. Et Hervé Le Corre excelle à décrire le bruit du canon, les immeubles qui s’effondrent, les incendies, les ruines, les gravats, le verre brisé sous les semelles. Il n’épargne pas les combattants aux membres arrachés, aux têtes pulvérisées par un éclat d’obus, aux tripes étalées par la mitraille. C’est incroyablement intense et réaliste, même si les descriptions deviennent par moment un peu répétitives.

On sent chez le romancier une évidente tendresse pour les communards mais son regard n’a rien de l’optimisme lyrique d’un Jean Vautrin par exemple (Le cri du peuple). Son ton est bien plus mélancolique. Certains insurgés continuent de croire au grand rêve de la liberté guidant le peuple mais chez la plupart c’est la lucidité qui l’emporte. Plus les jours passent et plus se renforce la certitude qu’il n’y aura pas de lendemains qui chantent. Qu’il n’y aura pas de lendemains du tout. Et pourtant ils restent debout face à l’ennemi. Ils font ce qu’ils ont à faire. « Ce qu’ils croient non pas raisonnable, mais juste. Ils savent l’issue. Ils connaissent la fin. » Tout est dit. C'est sombre et désenchanté comme j’aime.

Dans l’ombre du brasier d’Hervé Le Corre. Rivages, 2019. 492 pages. 22,50 euros.










14 commentaires:

  1. Mais euh..tu sais que c'est un...POLAR !!
    :o)
    Je pense qu'il rejoindra bientôt ma PAL !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mdr ! et tu as vu 492 pages !!!!! qu'ont-ils fait de notre Jérome ??

      Supprimer
  2. Je l'ai déjà bien avancé. J'avoue que je m'attendais à un truc plus prenant. Mais c'est vrai que concernant la Commune de Paris, j'ai lu tellement de choses (fiction - Vallès, évidemment -, témoignages, ouvrages historiques...) que ce récit ne m'apprend pas grand chose de nouveau... Bon, il me reste environ 150 pages à lire avant de me faire définitivement une idée.

    RépondreSupprimer
  3. pas encore lu cet auteur...et j'ai bien envie d'en savoir plus sur cette époque que je connais mal...je note !

    RépondreSupprimer
  4. Hihi un polar bien glauque quoi... J'aime cette période mais ça a l'air un poil sanglant pour moi (je parle des descriptions hein pas des événements 😁)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, pas vraiment, en tout cas pas de description complaisante. Et puis pour le coup, ce n'est pas gratuit : on est très largement en dessous du bain de sans qu'a connu Paris en mai 1871. Mais bon, peut-être que tout se concentre dans les 80 dernières pages : je ne les ai pas encores lues ;-)

      Supprimer
  5. Lecture bientôt, il m'attend. J'espère qu'il sera captivant ( affaire à suivre)

    RépondreSupprimer
  6. Encore rien lu de cet auteur... Peut-être plus tard

    RépondreSupprimer
  7. Le nombre de pages (pour un polar) m'a fait hésiter... mais ce que tu en dis me tente bien. Sombre, glauque, historique en plus... ça m'attire.

    RépondreSupprimer
  8. Un peu trop sombre et étouffant pour moi

    RépondreSupprimer
  9. Tu vois que tu aimes les polars ^^
    Bon, moi j'en ai deux sur mes étagères, il va falloir que je m'y mette :)

    RépondreSupprimer
  10. Sombre et désenchanté, oui, forcément, c'était pour toi.^^ J'ai toujours entendu beaucoup de bien des romans de cet auteur, de sa plume en particulier. Je tenterai peut-être un jour.

    RépondreSupprimer
  11. Sombre et désenchanté ? J'attendrais l'été pour lire ce roman d'un auteur que j'apprécie.

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !