dimanche 10 juillet 2011

Achille Talon

Je profite de la période estivale bien plus tranquille professionnellement parlant pour me lancer dans une série de chroniques sur les grands classiques de la BD franco-belge. Mon ambition ? Présenter modestement quelques titres emblématiques de la bande dessinée européenne de l’après guerre. Au niveau de la présentation, et pour corser un peu les choses, j’ai décidé de rédiger mes billets en m’inspirant du modèle utilisé par PG Luneau sur son excellent blog. C’est évidemment un hommage plutôt qu’un plagiat et l’exercice me semble délicat à mener, ce qui le rend d’autant plus intéressant. Quoi qu’il en soit, j’espère me montrer à la hauteur, même si je sais que l’élève ne dépassera jamais le maître.
Pour entamer cette nouvelle rubrique, je me suis replongé dans Achille Talon, une série phare du journal Pilote au début des années 60.
Lorsqu’il apparaît pour la première fois dans les pages de l’hebdomadaire le 7 novembre 1963, Achille Talon fait office de bouche-trou. René Goscinny, le rédacteur en chef, a demandé à Greg d’imaginer un gag d’une planche qui serait publié épisodiquement lorsque la régie publicitaire manquerait de matière pour remplir les pages lui étant réservées. En réponse à cette demande, Greg, s’inspirant du Monsieur Poche d’Alain Saint Ogan (une célèbre BD des années 30), créé un personnage de bon bourgeois, un tantinet suffisant, qu’il présente comme «un cerveau-choc doué d’un savoir puisé dans une encyclopédie à laquelle il manquerait un certain nombre de pages ».
A la grande surprise de Goscinny, le courrier des lecteurs reçu le mois suivant ce premier gag ne parle que d’Achille Talon ! Devenu la coqueluche du journal, Achille se met à donner son avis sur tout, intervenant même au sein de certains articles. Sa popularité grandissante fait de l’ancien bouche-trou une figure incontournable de Pilote.
Un gros nez, un ventre rond, une canne à la main, un verbiage emphasé et une haute estime de sa propre personne, voila comment on reconnaît Achille. Pour enrichir l’univers de son héros, Greg a imaginé une galerie de personnages secondaires croustillants : Lefuneste, l’insupportable voisin ; Virgule de Guillemets, l’élue de son cœur ; Vincent Poursan, le commerçant qui vend tout et n’importe quoi à des prix imbattables ; Papa Talon, encore plus ventripotent que son fils et toujours représenté une bière à la main ; Maman Talon, passionnée par la cuisine et la moto ; Goscinny, le rédacteur en chef coléreux et souvent totalement hystérique...
Petite précision importante, malgré son traitement graphique très orienté jeunesse, cette série s’adresse avant tout aux adultes. D’ailleurs, une enquête menée quelques mois après son apparition dans l’hebdomadaire a démontré qu’une très grande majorité des lecteurs d’Achille Talon a plus de 18 ans.
En 1975, Pilote est devenu mensuel et pour mieux s’adapter à ce nouveau rythme de parution, Greg décide de décliner les aventures de son héros en longues histoires de 44 planches. Aujourd’hui, alors que son créateur a disparu en 1999, Achille Talon est toujours présent parmi les nouveautés des libraires puisque son 48ème album est paru en 2009 illustré par Roger Widenlocher sur des scénarios de Christian Godard, Brett et Herlé.
 Achille Talon, c'est une série incontournable de l’âge d’or de la BD franco-belge avec un personnage que l’on reconnaît au premier coup d’œil et de l’humour tout en finesse reposant en grande partie sur des dialogues aussi pompeux que savoureux.

Plus grandes forces de cette série : 
  • Le coté verbeux des dialogues. Le style volontairement ampoulé d’Achille et de ses congénères réjouira les amoureux de la langue française. 
  • L’ambiance générale de la série, très marquée « petite bourgeoisie des années 60 » avec pavillon coquet, jardinet bien entretenu et décors urbains que l’on reconnaît du 1er coup d’œil.
  • La richesse des personnages secondaires qui sont tous devenus des figures incontournables de la série.
  • Le fait qu’Achille travaille pour le journal Polite, une déclinaison parodique du Pilote dans lequel il est publié. Les lecteurs ont toujours adoré les gags se déroulant à la rédaction du journal et leur permettant de découvrir « les dessous de cartes » de leur hebdo préféré. D’ailleurs, l’album de la série le plus vendu reste encore aujourd’hui « La vie secrète du journal Polite ».
Ce qui m’a le plus agacé :
  • Achille Talon a les défauts de ses qualités, à savoir que le verbiage excessif peut devenir rédhibitoire pour nombre de lecteurs ne supportant pas ce ressort comique très particulier. Personnellement, je ne peux pas lire un recueil de gags de cette série d’un seul coup : trop indigeste ! Il me faut découper ma lecture en séquences de 5 ou 6 gags à la fois, pas plus. 
  • Le passage en histoires complètes m’a toujours moins convaincu, comme s’il dénaturait l’esprit premier de la série. Pourtant Greg est un vrai spécialiste des histoires longues puisqu’il a scénarisé de nombreux albums (Olivier Rameau, Bernard Prince, Bruno Brazil, Comanche…), mais je reste persuadé qu’Achille Talon est avant tout une série à gags
  • La reprise de la série depuis la mort de Greg est (comme c’est souvent le cas) d’une grande médiocrité. Il est agaçant de voir les éditeurs (et parfois les ayant droits) vouloir continuer à tirer sur la ficelle alors que la magie a depuis longtemps disparu. D’autres exemples : Boule et Bill, Spirou, Lucky Luke, Cubitus, Alix… Seules exceptions peut-être, Blake et Mortimer et quelques albums des schtroumpfs, même si, pour cette série, il y a parfois eu de gros ratés
  • Cette série très datée n’a aucune chance de recruter de nouveaux lecteurs dans les générations actuelles. Les ados qui lisaient Pilote dans les années 60 sont peut-être restés nostalgiques de la série mais lorsque ces fans aujourd’hui sexagénaires auront disparu, Achille Talon n’aura malheureusement plus beaucoup de raisons d’être. Entendons-nous, il restera tout de même au panthéon de la BD franco-belge. Une œuvre patrimoniale, en quelque sorte.


Carte d’identité de la série :

Auteur : Greg
Date de création : 1963
Nombre d'albums : 48
Éditeur : Dargaud

17 commentaires:

  1. Voilà un projet fort intéressant !

    RépondreSupprimer
  2. Mais de quel maître parles-tu, polisson? Je n'ai absolument aucun conseil à te donner sur comment bien rédiger une critique de BD!! Tes commentaires sont toujours si justes, précis et pertinents que c'en est presque gênant pour nous! Sache que j'admire particulièrement ta façon de parler des dessins, et que je rêve de pouvoir un jour être en mesure de commenter ceux des albums que je critique avec autant de verve, d'exactitude et de variété dans mes expressions que tu le fais ici, entre tes deux berges!! C'est avec grand plaisir, et beaucoup de respect, que je te cède mes droits sur mon «modèle» de critique! ;-)
    Je suis très content d'apprendre que les bonzes de l'âge d'or franco-belge trouveront ici une autre place pour s'épanouir et tenter de rester bien vivants, malgré l'incessante marée actuelle de nouvelles publications. Celle-ci, sur Talon, est, encore une fois, d'une parfaite justesse. J'adhère à chacun de tes points, tant sur la beauté (mais parfois lassante) du verbillage utilisé que sur la force des personnages secondaires et l'intérêt moindre des longs récits. Et, malheureusement, je dois aussi te donner raison sur la fragilité du sursis qui permet à cette série de ne pas (encore) sombrer dans l'oubli... ce qui ne saurait tarder!
    Bravo pour cette belle initiative, et j'ai très hâte de lire tes hommages suivants. Moi même, j'en serai à ma deux centièmes critiques d'ici peu, et j'en profiterai pour m'attaquer à un classique intuable (peut-être malheureusement!): les Tuniques bleues!

    RépondreSupprimer
  3. j'aime que tu mettes deux pages à la fin, ça donne un bon aperçu. De plus le canevas de PG te va bien.

    RépondreSupprimer
  4. @ PG, merci pour les compliments ! Je suis impatient d'avoir ton avis sur les Tuniques bleues, une série que j'adore mais tourne franchement en rond depuis une bonne quinzaine d'albums. De mon coté, je vais sans doute enchaîner avec le superbe Jerry Spring de Jijé.

    RépondreSupprimer
  5. "Cette série très datée n’a aucune chance de recruter de nouveaux lecteurs dans les générations actuelles" : pas si sûre !! Imagines que des tordus comme nous décident de mettre leurs bambins à ces lectures ^^
    On a déjà commencé à ressortir les "Tuniques bleues"... j'ai prévu de redescendre mes "Sylvain et Sylvette" de chez mes parents. Les "Zig et Puce", "Moustache et Trottinette"... sont sur la liste aussi. Ça devrait faire un cocktail détonnant puisqu'en parallèle, on maintient les "Toto l'ornithorynque", le fameux "Léopold" (qui fait fureur ^^) et toute ces BD jeunesse "nouvelle génération".
    Très bon article Monsieur Jérôme, ça rafraichit la mémoire et cela fait un bien fou ! ^^

    RépondreSupprimer
  6. Quelle excellente initiative, bravo !
    Je fus lectrice d'Achille, oui, il est pour moi un incontournable, j'adore son verbiage, ses joutes avec l'inénarrable Lefuneste, ses passages chez le commerçant...o). Mais je suis d'accord, c'est du gag ponctuel. Pourtant, mon préféré estune histoire complète : Le roi des Zôtres, je crois que je le connais par coeur !
    ( chez nous, on ressort Gaston et Astérix :)

    RépondreSupprimer
  7. Bien sûr Mo', je force le trait. Il restera toujours des tordus comme nous pour transmettre à leurs bambins leurs lectures d'enfance. Mais d'une part je crois que nous devenons une espèce en voie de disparition et d'autre part je ne suis pas certain que lesdits bambins soient convaincus par ce qu'on leur propose. En tout cas, je suis d'accord avec toi, il faut absolument leur proposer à la fois le patrimoine incontournable et les nouvelles séries de qualité pour que le coktail détonnant dont tu parles soit apprécié à sa juste valeur.

    RépondreSupprimer
  8. oui, peut-être... en tout cas, pour le moment, il n'y a qu'un gamin du parc qui hurle "Chaaaaargezzzzzzzz !!" toute les deux minutes... et c'est le mien ! :)

    RépondreSupprimer
  9. Ah, le capitaine Strak... un personnage inoubliable !

    RépondreSupprimer
  10. QuelleS bonneS idéeS ... J'aime le fait que tu "copie" PG Luneau avec les forces et les faiblesses car ce découpage me plait bien.
    J'aime aussi le fait que tu nous parles des classiques et au risque de passer pour une inculte : je ne connais que très peu Achille Talon. Je l'ai croisé à quelques reprises dans des journaux et je dois avoir lu un maximum de 10 stripes et il faudra donc que j'essaye un jour de prendre une BD complète. ceci dit, je suivrai ton conseil et ne lirait pas plus de 5-6 gags à la fois ;)

    RépondreSupprimer
  11. J'approuve.
    J'ai lu, lu et relu (et je relis encore) tous mes albums.
    Il est vrai que le coup de pinceau des plus récents est parfois décevant.

    NON
    (ça vous rapelle quelqu'un?...même pas un petit grincheux derrière un bureau?)
    ...il ne faut pas qu'Achille tombe dans l'oubli; que le Monde s'en brosse le pinceau du nombril de l'indifférence (...euh non, c'est pas dans cet ordre, mais tout le monde a compris)

    Un quadra.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement, il me semble que ce cher Talon n'est plus vraiment dans l'air du temps. Il est pourtant si bon de se replonger dans les 1ers albums...

      Supprimer
  12. Les lecteurs d'achile talon étaient ados dans les années 60 ?

    M'enfin !

    Pour beaucoup, ils n'étaient pas nés. Oui, Achile Talon recrute encore. Non mais…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Achille Talon ne recrute plus personne chez les ados d'aujourd'hui, il faut se rendre à l'évidence.

      Supprimer
  13. Achille Talon! Lui c'est mon chouchou, je l'adore. Il me fait tellement rire! humour subtil et intelligent... Bravo pour ce billet :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ;)
      Je l'adore aussi, ce bon vieux Achille !

      Supprimer
  14. Achille Talon, c'est comme les vinyls : nos enfants les ont dévorés et les écoutent encore. Et ainsi, ils nous comprennent mieux ! NB : pour moi aussi, le vrai format, c'est la double page.

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !