dimanche 28 mars 2010

Comment chasser un monstre ? Fastoche !

Quand on rencontre un monstre ennuyeux, il est très difficile de s’en dépêtrer car il adore faire la conversation. Le monstre gourmand, lui, dépense tout son argent de poche à acheter des tartes aux ventouses de calamar. Quand au monstre peureux, « dès qu’il entend un bruit, il se cache dans l’armoire. Après, il sort de l’armoire en hurlant parce qu’il est claustrophobe ». Onze monstres en tout sont ainsi présentés dans cet album l’album assez atypique

Première originalité : la couverture est vierge de toute inscription. Elle ne comporte ni titre ni aucune indication concernant les auteurs ou l’éditeur. Ces informations se trouvent sur la 4ème de couverture et remplacent l’habituel résumé. La mise en page respecte constamment le même schéma pour présenter les monstres. Le texte se trouve sur la page de gauche et l’illustration sur celle de droite. Toutes les illustrations sont des gros plans de visages avec parfois un semblant de décor en arrière plan. Le texte est pour sa part rédigé en colonne étroite, à la manière d’une brève de quotidien. Sous chaque colonne de texte se trouve un photomontage montrant un enfant (toujours le même) prenant des poses différentes selon les monstres. La mise en page est donc très travaillée et franchement originale.

Au niveau du contenu, les auteurs proposent une galerie de personnages dont le trait de caractère sert de point de départ au texte (le monstre paresseux, le monstre ennuyeux, le monstre timide, le monstre menteur, le monstre gourmand…). Il n’y a quasiment jamais de description physique. C’est uniquement la diversité des caractères qui permet le « catalogage ». Ces monstres, qualifiés uniquement par un adjectif, sont est en quelque sorte des pendants des schtroumpfs !

Un album original aux magnifiques illustrations sur un thème que les enfants adorent. On peut donc foncer les yeux fermés ? Et bien non justement, car à la lecture, il y a comme un hic. Premier souci, le petit garçon présent en bas de chaque page est censé proposer des conseils pour attraper le monstre qui vient d’être décrit. Et le moins que l’on puisse dire c’est que son vocabulaire est fleuri : « Pour chasser le monstre bien élevé, c’est fastoche, il suffit de lui roter à la gueule en le traitant de ducon. » ou encore : «Pour chasser le monstre mal élevé, c’est fastoche, un coup de pied au cul donne d’excellents résultats.» Désolé mais ça ne passe pas. Je ne me vois pas faire lire ça à ma fille de 8 ans. Pour les gros mots, elle n’a pas besoin des livres. Il y a la cour de récré. La lecture doit, entre autres, enrichir son vocabulaire et lui faire découvrir les prémices de ce qu’est la littérature, à savoir cette petite musique des mots dans laquelle elle va trouver de l’émotion, de l’humour ou de la beauté. Je ne pense pas être un vieux réac (pas encore !), mais franchement je trouve que certains commentaires en bas de page auraient pu être beaucoup plus drôles sans forcément être vulgaires. Second souci, au niveau des textes de présentation, il y a parfois des références que les enfants ne pourront pas saisir. Exemple au sujet du monstre menteur : « S’il est présentateur télé, il dit : le nuage de Tchernobyl s’est arrêté à la frontière, vous pouvez continuer à manger des batavias ». Comment voulez-vous qu’un enfant de 7 ou 8 ans comprenne l’allusion à ce tragique événement !

C’est le souci majeur de l’album. A qui s’adresse-t-il vraiment ? On a l’impression d’être davantage dans l’exercice de style un peu gratuit que dans une réelle volonté de distraire ou de faire rire le lecteur. Dommage car l’ouvrage en lui-même est un bel objet-livre.

Comment chasser un monstre ? Fastoche ! de Marie-Ange Guillaume et Henri Galeron, édition Le Seuil Jeunesse, 2003. 32 pages. 13,50 euros. A partir de 8 ans.

L’info en plus : Henri Galeron a illustré plusieurs titres de la très jolie collection La clé des contes de Gallimard Jeunesse. Cette collection propose la version intégrale et authentique des plus grands contes avec en fin d’ouvrage un supplément illustré qui offre une ouverture et un éclairage sur l’auteur et son époque, le rôle de la tradition orale, les versions du conte à travers les âges… Une collection de référence à découvrir d’urgence !


 
 
 


Album lu dans le cadre du Challenge Je lis aussi des album de Herisson08.
 

4 commentaires:

  1. Etonnant de mettre ce genre de vocabulaire à disposition des plus jeunes ! Certains choix éditoriaux sont surpenants.

    RépondreSupprimer
  2. pour le coup je n'ai pas du tout accroché avec illustrations et le texte, je m'attendais surement à autre chose.

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !