mercredi 13 mars 2019

Les brûlures - Zidrou et Laurent Bonneau

Nutella et Light. Le premier est noir mais doit son surnom à un concours gagné durant son enfance. Le second est obèse mais ses collègues lui ont donné ce sobriquet parce que ce n’est pas une lumière. Nutella et Light ou un duo de flics mal assorti chargé d’enquêter sur les meurtres atroces de prostituées dans une station balnéaire. Des flics de nuit dont la vie privée est loin de briller de mille éclats qui savent depuis longtemps que la nature humaine n’a rien de bon à offrir. Pour se changer les idées, Nutella passe beaucoup de temps à la piscine. Nager pour ne pas sombrer. Et pour faire des rencontres. Des rencontres aussi inattendues qu’excitantes qui pourraient s’avérer toxiques…

Zidrou et Laurent Bonneau, en voilà un joli duo. Ils troussent ici un polar se focalisant davantage sur l’intimité de l’un des protagonistes que sur l’enquête en cours. Un polar qui ne donne pas dans l’action mais joue plutôt sur les dialogues, les petits riens, les attitudes. Un peu comme ce que Tardi a fait en adaptant les romans de Jean-Patrick Manchette : on s’attarde beaucoup plus sur les comportements que sur la psychologie des personnages, on multiplie les silences, les non-dits, et on laisse le lecteur les interpréter à sa guise. C’est particulier mais personnellement j’adore.

Le découpage est simple et les cadrages très travaillés, d’une précision clinique. Le dessin de Laurent Bonneau, parfois proche du photomontage, donne une impression assez statique, s’attardant souvent sur l’expression des visages en gros plan. Un parti pris graphique qui donne au déroulement du récit une froideur à la fois étrange et hypnotique. Un léger bémol tout de même, j’ai trouvé que l’album se lisait trop vite et se refermait avec un petit goût de trop peu un poil frustrant. Pas de quoi bouder mon plaisir néanmoins, le résultat reste à la hauteur de mes espérances.

Les brûlures de Zidrou et Laurent Bonneau. Grand Angle, 2019. 120 pages. 19,90 euros.  











22 commentaires:

  1. Bon, déjà, quand y'a Zidrou, je fonce les yeux fermés,alors là, je les ai grands ouverts pour lire ton billet, je file voir si je trouve cet album rapidement!

    RépondreSupprimer
  2. Un polar qui a gagné tes faveurs ? Je note forcément.

    RépondreSupprimer
  3. Zidrou, Bonneau... évidemment que je signe !!!

    RépondreSupprimer
  4. toi tu veux que je plonge au fond de la piscine !! Ok boy, tu es un maitre nageur bulleurs hors pair ! Je signe !

    RépondreSupprimer
  5. Il sera bien à la bibliothèque un jour...

    RépondreSupprimer
  6. Le côté "froid" et statique me refroidit un peu mais je la feuilleterais si je tombe dessus.

    RépondreSupprimer
  7. Le côté "froid" et statique me refroidit un peu mais je la feuilleterais si je tombe dessus.

    RépondreSupprimer
  8. Je n'en fais pas une priorité, j'ai été déçue par certains albums de Zidrou...

    RépondreSupprimer
  9. Malgré ton bémol, tu m'as rassuré quant au dessin (qui ne me plaisait pas trop, d'après ce que j'en avais aperçu)

    RépondreSupprimer
  10. Quasiment à chaque fois, Zidrou fait mouche avec moi. Je prends le risque du goût de trop et je note !

    RépondreSupprimer
  11. Je l'ai vu en librairie hier, le graphisme m'a attirée !

    RépondreSupprimer
  12. les BD j'y vais lentement d'abord parce que c'est très chers et rarement vendus en occasion et puis parfois je me lasse du dessin ou de l'histoire j'ai donc besoin d'énormes coup de coeur pour me lancer.

    RépondreSupprimer
  13. A tester alors. Ce Zidrou, il étonne toujours !

    RépondreSupprimer
  14. Le parti pris du scénario semble très intéressant. J'irai bien lire! La couverture n'est pas très attractive par contre

    RépondreSupprimer
  15. La simple mention de Zidrou suffit à me convaincre ;)

    RépondreSupprimer
  16. j'adore Zidrou mais pour le coup le dessin ne me tente pas trop...

    RépondreSupprimer
  17. Un Zidrou ? Je note les yeux fermés ! Reste l'étape "je lis" mais bon, on a l'habitude maintenant.^^

    RépondreSupprimer
  18. Et bien pourquoi pas...
    Le goût de trop peu, c'est plus fréquent en BD que dans les romans... c'est pourquoi il est intéressant de les emprunter en médiathèque.

    RépondreSupprimer
  19. Un polar de temps en temps en BD, je ne dis pas non. Mais ce n'est pas parce que c'est Zidrou (il ne fait pas que des choses bien, quand même...)

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !