vendredi 1 décembre 2017

Mon carnet - Éric Cantona

Quelle poilade, mais quelle poilade ! Merci monsieur Cantona pour ce grand moment de détente des zygomatiques, j’en avais besoin. Je sais bien que ce n’était le but mais merci quand même. Et merci d’avoir un égo si démesuré. Merci de vous prendre dans ce carnet très personnel pour Dubuffet, pour Magritte, pour Courbet, pour Munch. Merci, comme vous le dites dans la préface, d’entrouvrir "des portes qui ne sont pas des portes". « Les portes que l’on voie et puis celles qu’on imagine ».




Cantona/Dubuffet

Ce carnet est donc « un petit rien de vous ». Un petit rien du tout oserais-je ajouter. Parce que vos crobards trembolants dignes d’un enfant de trois ans n’ont aucun intérêt. Ils sont totalement inutiles donc rigoureusement indispensables comme dirait Jérôme Bonaldi. Vous êtes un poète. Un penseur. Un philosophe. Un homme de lettres. Un Artiste avec un grand A. Je vous ai entendu à la radio expliquer que parfois vous fermez les yeux le feutre à la main et ça vient tout seul. Comme je vous comprends. Ça m’arrive à moi aussi. Tous les matins. Assis sur le trône. Je ferme les yeux et ça vient tout seul. Parfois il faut que je pousse un peu, mais ça finit toujours par venir.

Cantona/Magritte


Il y a les dessins mais il y a aussi les mots. Chez vous la relation texte image est fondamentale. Un grand tout. Vos aphorismes, pourtant déjà forts profonds, ne seraient rien sans les illustrations qui les accompagnent. Je suppose que ce chef d'oeuvre a été réalisé en état d’ébriété avancée. Je ne vois pas d’autres explications pour justifier une telle dose d’absurde, une telle verve, un tel lyrisme contenu.

Cantona/Courbet


Je ne vais pas vous mentir, je me suis régalé avec ce carnet imitation moleskine joliment présenté. J’ai ri, mais j’ai ri ! Bien sûr il faut prendre ces pages non pas au premier ni au second degré mais au moins au cinquième ou sixième degré pour les apprécier à leur juste valeur. Se dire que c’est une farce. Que Flammarion, qui publie entre autres le grand Jim Harrison, a beaucoup d’humour et qu’il n’a surtout pas peur du grand écart.

Cantona minimaliste


Après, je ne vous cache pas que si n’importe quel quidam franchissait la porte d’un éditeur avec un tel carnet sous le bras on lui rirait au nez et on ne lui recommanderait même pas de l’autoéditer car si le ridicule ne tue pas, il y a des limites. Mais avec vous c’est différent. Vous êtes perché tellement loin au-dessus du commun des mortels que vous pouvez vous permettre de ne pas avoir peur du ridicule. Ou alors vous êtes juste bankable.

Cantona philosophe


Au final j’hésite. Je me demande si ce carnet n’est pas le plus gros foutage de gueule éditorial de l’année ou s’il n’est pas tout simplement le livre le plus drôle de l’histoire. Il faut dire que la frontière entre les deux est ténue…

A gauche Cantona / A droite Charlotte, bientôt 5 ans
Je pense envoyer dès lundi les carnets de dessin de Charlotte à
Gallimard. Qui ne tente rien n'a rien... 


Mon carnet d’Eric Cantona. Flammarion, 2017. 190 pages. 13,90 euros.






76 commentaires:

  1. Waouh ! j'entends ton rire d'ici !

    RépondreSupprimer
  2. Je pense que tu vas faire fortune avec les dessins de Charlotte qui me semblent largement aussi bankables que ceux de Cantona (je ne sais pas trop comment le nommer : l'artiste ? l'auteur ? le fouteur de gueule ?).
    Je ris, mais je ris jaune. Car si c'est une grosse blague, elle est bien bonne. Mais je ne suis qu'à moitié certaine que cela en soit une... Et qu'un éditeur, qui plus est celui-ci, arrive à publier de telles Oeuvres (grand O, s'il vous plait !), eh bien... où va le monde mon bon monsieur ?
    Quoi qu'il en soit, tu as toujours le chic pour nous dénicher des perles, j'adore !
    Des bises du Nord à partager avec tes nanas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour les bises !
      (et il y a des "pépites" dont on se passerait bien tu sais ;)

      Supprimer
  3. tu vas rire mais en regardant la dernière image avant d'en lire la légende je me suis dit j'aime bien le dessin à droite, c'est mieux que le reste :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Evidemment que c'est bien mieux ! Et je le dis en toute objectivité^^

      Supprimer
  4. Cette publication est une incompréhension.... mais ta chronique est un régal !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle ne se fait pas par hasard cette publication ;)

      Supprimer
  5. Je ris min Jerome mais je ris 😀😀😀

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas censé être drôle pourtant :)

      Supprimer
  6. Ma première réaction a été "quoi? Cantona a écrit livre ?" Et ensuite " Quoi? Eric Cantona a écrit un livre et Jérôme l'a lu? "

    Et puis merci pour cette chronique, j'adore!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le lire n'a pas été une épreuve si difficile que ça je dois dire ;)

      Supprimer
  7. Le livre, je ne sais pas, mais ta chronique vaus son pesant de cacahuètes, je l'ai adorée.... Peut-être devrais-tu l'envoyer à Sieur Cantona. Surtout il ne faut pas oublier : "Cantona que l'amour....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas certain qu'il serait fan de mon billet^^

      Supprimer
  8. Excellent ton billet ! Tu me fais sourire dès le matin !

    RépondreSupprimer
  9. Je l'ai entendu à la radio et il était très sérieux à propos de ce livre :D Il aimerait sûrement ton billet ;) (enfin s'il ne le lit pas en entier...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il en saisirait tout le second degré dès le départ ;)

      Supprimer
  10. OMG ... Punaise, les mots m'échappent.

    RépondreSupprimer
  11. Je me demandais si ton billet n'était pas lui-même un fake donc une blague ? J'ai vu Cantona présenter ce carnet à la télévision mais ils ne montraient pas ses dessins donc je les découvre. Ton analyse à la fin est peut être la plus proche de la réalité. Perso, il peut aussi dire de grosses bêtises ce mec ..comme il y a peu... Je le préfère silencieux donc dessinateur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'étonnes qu'il ne montrait pas les dessins !

      Supprimer
  12. mouhahaha excellent, du cinquante cinquième degré :-) mais il est quand même obsédé le gars ou alors c'est ton choix d'exemples :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On va dire que c'est un sujet très récurrent dans son "oeuvre"...

      Supprimer
  13. Et dire que de vrais auteurs galèrent pour être édités...
    Au moins, ton billet est excellent, lui!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr qu'il y a de quoi écœurer les apprentis écrivains...

      Supprimer
  14. J'adore "mon point c'est tout" ! Il n'y a même pas de jeu de mots ? Ou alors, c'est trop perché pour moi ! j'ai bien rigolé en tout cas ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans vouloir te vexer, je crois que c'est en effet beaucoup trop perché pour toi^^

      Supprimer
  15. Excellente chronique ! J'addooorrre ! On se demande vraiment comment un éditeur peut publier ça, loin, très loin du premier degré ? Le but est peut-être de faire rire le lecteur ? Mais dis-moi, tu l'as reçu ce livre ? Tu ne l'as pas acheté ?...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne l'ai pas acheté non, on me l'a offert :)

      Supprimer
  16. Ahah, je vais l'acheter pour mon frère, il va kiffer !

    RépondreSupprimer
  17. Ahaha mais comment t'es-tu retrouvé avec ce carnet entre les mains ? Bon, quand on sait qu'un simple gribouillis d'autographe illisible suffit à ravir des fans, on peut se dire que ce carnet trouvera son public. J'ai vu 2 fans enthousiastes sur Amazon, des avis poilants quand on les compare au tien, tellement le décalage de point de vue est énorme.^^ J'adore ta dernière image.^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une copine libraire qui connaît mes goûts pour ce genre de pépite a eu la gentillesse de m'en faire cadeau ;)
      Et sinon ça ne m'étonne pas que ce carnet enthousiasme les fans du monsieur !

      Supprimer
  18. eh bééé! Jamais je ne me serais tournée vers... un truc pareil!!:)) J'opte pour le foutage de gueule qui va rapporter gros!

    RépondreSupprimer
  19. Je ris, mais je ris jaune, tant cela montre que l'édition est tombée bien bas...

    RépondreSupprimer
  20. J'ai vu un reportage présentant ce livre et je me disais déjà que c'était une blague. Et quel sérieux il affichait alors, en faisant ce plan traditionnel du "je-reste-naturel-en-faisant-mine-de-feuilleter-mon-livre-d'un-air-sérieux" !
    mais alors ce billet... trop beau ! merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Perso je ne pourrais pas garder mon sérieux si j'avais "commis" un tel livre^^

      Supprimer
  21. J'adore ton billet! Ce n'est pas ce livre qui est une poilade, c'est ta plume!

    RépondreSupprimer
  22. je l'ai entendu à la télévision, c'est un cas cet homme, je souffre un peu de voir des gens le prendre au sérieux surtout quand il dit par exemple (de mémoire)Didier Deschamps a un nom bien français et tel joueur qu'il a écarté un nom arabe ... silence vous l'accusez de racisme? j'ai dit ce que j'ai dit!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En même temps ce n'est pas parce qu'on lui donne la parole qu'il faut écouter ce qu'il dit ;)

      Supprimer
  23. Bon, ben c'est fait...Pfff, tu as perdu du temps mais tu nous en fait gagner.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh tu sais, ça m'a vraiment pris très peu de temps pour le lire.

      Supprimer
  24. Ah oui, quand même ! Je serai curieuse de connaître son chiffre de vente....

    RépondreSupprimer
  25. Merci pour ce bon moment de rigolade !

    RépondreSupprimer
  26. haha, à croire qu'il a publié ce livre juste pour que tu en fasses la chronique :D
    j'ai regardé ce que les journaux en disaient, silence la plupart du temps, politesse du Huffington, et L'Express qui lui aussi se lâche sur le sujet :D
    https://www.lexpress.fr/culture/livre/le-livre-sans-but-de-cantona_1965264.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un journaliste perdrait tout crédibilité en encensant un bouquin pareil.

      Supprimer
  27. Punaise... Je l'ai feuilleté en librairie après avoir arraché le blister qui cache bizarrement cette curiosité du monde éditorial... et je n'ai pas les mots. Merci de les avoir trouvés :-p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le blister c'est obligé, si on ne l'achète pas à l'aveugle il n'y a aucune chance qu'un lecteur potentiel se laisse tenter en le feuilletant.

      Supprimer
  28. Je l'ai entendu à la radio et c'était déjà poilant !

    RépondreSupprimer
  29. J'en ai entendu parler ! ouarf ouarf ! c'est vrai qu'il est perché le bonhomme !

    RépondreSupprimer
  30. Je n'irai sûrement pas acheter ça, mais votre article nous aura bien fait rire, merci !!

    RépondreSupprimer
  31. Waouh, j'ai adoré... Dire que j'avais loupé ce billet.
    J'ai cette image en tête, vous deux (toi et Eric, le philosophe des mouettes) fermant les yeux en attendant que "l'inspiration" vienne... J'adore ! Jubilatoire...

    J'aimais bien le footballeur, le personnage aussi un peu. Pas entièrement. Mais effectivement ce carnet semble... je sais pas... si je l'auto-plagiais, je dirais à un sac à merde... Bon ok, c'est facile, surtout que je ne l'ai pas lu, juste vu quelques trucs ici ou là...

    Bon, maintenant, je vais moi aussi fermer les yeux, et voir ce que ça donne...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. écoute, si tu veux te faire ton propre avis, donne-moi ton adresse par mail et je me ferais un plaisir de t'offrir mon exemplaire ;)

      Supprimer
  32. Meilleure chronique de l'année pour la daube la plus puissante de l'année. J'adore !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh ben, c'est une une mince distinction ça dis donc !

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !