vendredi 22 décembre 2017

Heather, par-dessus tout - Matthew Weiner

Une vraie lecture de gare. J’ai lu cette novella dans le train et je ne pouvais pas choisir un meilleur endroit. Rien de péjoratif dans ma première phrase, au contraire. Ce court récit était parfait pour passer deux heures dans un TER. Idéal pour s’isoler dans une bulle et ne pas voir mon voisin se curer le nez, ne pas entendre cette mère de famille pendue au téléphone pendant tout le trajet  ou ces trois lycéens raconter leurs derniers exploits de footballeurs en herbe.

L’histoire raconte le quotidien tranquille d’un couple de New-yorkais aisés et de leur fille Heather, 14 ans. Alors que des travaux sont en cours dans leur immeuble le père remarque qu’un des ouvriers présents sur le chantier regarde sa fille de trop près. L’ouvrier en question, sortant à peine de prison, est fasciné par la gamine. Cette dernière, pas dupe, rentre peu à peu dans un jeu de séduction malsain. La mère ne voyant rien (ou ne voulant rien voir), le paternel va devoir agir pour protéger son enfant. Comment ? C’est la question que l’on se pose jusqu’à la fin.  

Simple, direct, prenant sans être prise de tête, les  courts chapitres s’avalent d’une traite tandis que la tension ne cesse de monter. On se doute que tout ça va mal se terminer, on se demande juste pour qui. Matthew Weiner, créateur de la série télé Mad Men, entre en littérature avec un texte efficace à défaut d’être original. Construction imparable, alternance de points de vue entre le père et l’ouvrier, peu de dialogues et beaucoup de descriptions, le bonhomme maîtrise les codes d’une écriture au rendu très cinématographique. Rien de transcendant mais ça se lit tout seul.

Gros bémol cependant, la conclusion est vraiment trop abrupte. J’ai eu l’impression en tournant la dernière page qu’on me claquait la porte au nez pour m’empêcher d’en voir plus alors qu’il y avait largement matière à développer les choses. Dommage de terminer sur un goût de trop peu mais ce petit roman m’a quand même permis de rendre supportable un trajet qui s’annonçait pénible et rien que pour ça, j’ai envie de lui dire merci.

Heather, par-dessus tout de Matthew Weiner. Gallimard, 2017. 135 pages. 14,50 euros.






40 commentaires:

  1. lu également mais pas encore chroniqué, et je suis tout à fait d'accord avec ton avis. Court et efficace, avec une tension permanente, mais une fin un peu trop rapide à mon goût...

    RépondreSupprimer
  2. Tu supportes le téléphone? Normalement c'est , sinon interdit, du moins pas encouragé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le téléphone est partout dans les trains, impossible d'y couper.

      Supprimer
  3. Un auteur à découvrir, donc, avec ce titre ou un autre, dans la futur ?

    RépondreSupprimer
  4. Eva et toi me faites douter. Je l'avais noté, mais cette fin risque de gâcher mon plaisir. Comme je ne prends jamais le train, je crains que le moment de lecture accordé à ce roman soit grugé sur d'autres moments qui seraient plus satisfaisants. Disons que je le note tout de même, mais que j'attendrai sa parution en poche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis certain qu'il peut aussi se lire hors d'un train, hein :)

      Supprimer
  5. Je crois que je vais l'ajouter à ma liste malgré ton petit bémol final.

    RépondreSupprimer
  6. Des bisous jeune homme (et je note tout de même !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Te force pas, hein ! (pour noter je veux dire parce que pour les bisous je sais que tu ne te forceras jamais^^).

      Supprimer
  7. J'ai été déçue, moi ! C'est un peu léger me semble-t-il et pas très original, et la fameuse tension n'est pas si palpable que ça en dehors du dernier chapitre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te rejoints pour dire que c'est tout sauf original.

      Supprimer
  8. OK pour deux heures de train. Je ne pense pas que je lirai ce livre. Passez de belles fêtes en famille

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Zazy, les fêtes ont été belles ;)

      Supprimer
  9. Je note pour un prochain voyage en train de 2 heures non stop.^^

    RépondreSupprimer
  10. Je l'ai eu en mains hier et j'ai hésité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas certain que je te persuade de changer d'avis.

      Supprimer
  11. J’ai trouvé ça fort bien écrit : concentré, efficace. Des personnages, chacun dans leur rôle, parfaitement décryptés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien mené, oui, mais ça ne m'a pas transporté.

      Supprimer
  12. si j'aime tant le train c'est aussi parce que chaque trajet est associé à un roman .

    RépondreSupprimer
  13. Lu en deux heures donc... On comprends peut être le sentiment de claquage de porte au nez à la fin :O)
    Lire dans le train tout un programme ;-)
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi il me semble que tu lis beaucoup dans le train, non ?

      Supprimer
  14. On dirait que ça se tente, quand même, ce bouquin !
    (Mais je ne sais pas comment tu fais pour lire à côté de quelqu'un qui est pendu au téléphone. Personnellement, c'est l'un des rares trucs capables de perturber ma lecture...)

    RépondreSupprimer
  15. Je pense que je vais attendre une sortie poche... j'ai peur de cette fin.

    RépondreSupprimer
  16. On a toujours besoin d'un roman efficace quand on est concé dans un train, un avion ou un métro (je mets l'ordre que je veux vouivouivoui)... intéressant :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans le métro j'ai beaucoup plus de mal.

      Supprimer
  17. Tu sais choisir tes voisins de voyage ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont eux qui me choisissent en général.

      Supprimer
  18. J'aime bien ton intro. Particulièrement réaliste. Je t'y voyais. Ce roman n'est pas très loin de moi... Je vais y venir bientôt...

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !