jeudi 22 juin 2017

Sous le ciel de l’Altaï - Juan Li

« Il y aura toujours, en certains endroits, des personnes pour vivre comme si le monde ne devait jamais changer. »

Vivre dans une yourte. Suivre les éleveurs dans leur transhumance, à la frontière de la Chine et du Kazakhstan. Juan Li, sa mère et sa grand-mère ont mené cette existence nomade pendant des années. Couturières et épicières ambulantes, ces commerçantes n’ont pas hésité à se frotter à un environnement hostile très éloigné du leur. Les contraintes climatiques, le mode de vie des autochtones, les journées à l’inéluctable monotonie, les gigantesques steppes herbeuses entourées de montagnes à arpenter, autant d’éléments auxquels il a fallu s’adapter pour trouver sa place dans une communauté en perpétuel mouvement.

Juan Li relate son quotidien : les rigueurs de l’hiver, les rencontres, les animaux, les infrastructures quasi inexistantes (banque ou poste), les ravages de l’alcool, la typologie bien plus diversifiée qu’il n’y paraît de sa clientèle. Elle raconte aussi sa brève histoire d’amour avec un camionneur, la difficulté à s’occuper d’une grand-mère vieillissante et le comportement imprévisible de sa mère. Au final, elle dresse un tableau ni cauchemardesque ni idyllique, malgré l’isolement, l’ennui et les obstacles pour faire prospérer le commerce familial, malgré les longues balades dans une nature sauvage à la beauté éblouissante et les petits moments de bonheur quotidiens.

Recueil de courts textes louant le silence, la lenteur et l’immensité d’un univers où l’homme se sent minuscule, Sous le ciel de l’Altaï est une autobiographie pleine de sensibilité qui souligne la rudesse d’une existence loin de la folie et des vicissitudes du monde moderne. Dépaysant, instructif et très touchant.

Sous le ciel de l’Altaï de Juan Li. Picquier, 2017. 170 pages. 18,00 euros.




26 commentaires:

  1. Cela doit être dépaysant en effet et intéressant à lire !

    RépondreSupprimer
  2. Pas trop tentée par ce genre là.

    RépondreSupprimer
  3. La couv est magnifique, comme souvent chez Picquier. Cependant les textes courts, la nature... Bon, comme tu le sais maintenant, ce n'est pas exactement vers cela que je vais naturellement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais, oui, que ce n'est pas franchement ton truc.

      Supprimer
  4. Tout à fait le gente de truc que j'aime... je l'ajoute à ma liste d'été.

    RépondreSupprimer
  5. Ah ! Pour l'originalité, ou devrais-je dire, l'unicité de l'ouvrage (thématiques très intéressantes), je devrais le lire sans hésiter mais ça m'a l'air très nature sauvage et bien isolé tout ça, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais ça te parlerait bien plus que le Montana je pense.

      Supprimer
  6. Une lecture en apesanteur, on dirait.

    RépondreSupprimer
  7. ce livre me plaît rien que dans ces mots "Dépaysant, instructif et très touchant." mais j'ai horreur de regarder les listes des livres qu e je n'ai pas encore lus ...

    RépondreSupprimer
  8. Couverture magnifique, rythme différent, originalité, en plus approuvé par toi je prends !

    RépondreSupprimer
  9. Là, je suis très, très tentée

    RépondreSupprimer
  10. ah oui ça doit être le texte dont tu parlais. Très tentée aussi! Ces livres dégagent une force venue d'ailleurs...

    RépondreSupprimer
  11. Pas certaine d'être touchée par ce genre d'univers...

    RépondreSupprimer
  12. voilà qui me tente, j'avais beaucoup aimé les bouquins de Galsan Tchinag qui se passait sous le même ciel :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vas rapidement y trouver tes marques alors.

      Supprimer
  13. Je sais que j'adorerais ce voyage en terre sauvage <3

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !