lundi 29 août 2016

Anatomie d’un soldat - Harry Parker

Le capitaine Tom Barnes a posé le pied sur une mine au cours d’une mission. Il a perdu une jambe au moment de l’explosion et on a dû l’amputer de la seconde après un début de gangrène. De retour en Grande Bretagne, il doit apprendre à vivre avec son corps mutilé. De la douleur atroce à la résignation, du début de la rééducation aux premiers pas avec ses prothèses, c’est un nouveau parcours du combattant semé d’embuches qu’il affronte avec dignité et lucidité, entouré par les siens et par des équipes médicales aussi bienveillantes qu’efficaces.

L’auteur, Harry Parker, a lui-même sauté sur une mine en Afghanistan en 2009. Il connait donc son sujet et aurait pu faire de ce premier roman une autofiction dégoulinante de pathos, s’apitoyant sur son sort à chaque page. Il ne l’a pas fait et c’est tant mieux. Car l’histoire n’est pas ici racontée par le soldat Tom Barnes mais par des objets : le garrot ayant servi à stopper la première hémorragie, la pile ayant provoqué l’explosion, la scie chirurgicale utilisée pour l’amputation, le sac à main de sa mère au moment où on lui a appris la nouvelle, ses prothèses, etc. Quarante-cinq objets prenant tour à tour la parole, avant, pendant et après le drame. Du coté britannique mais aussi du coté des insurgés. Quarante cinq chapitres sans véritable continuité temporelle, éclatés comme une bombe, mélangeant passé, présent et désir d’avenir.

J’ai craint un texte purement descriptif, froid et désincarné. Les objets n’ont pas de sentiments, ils n’ont pas le moindre affect, ils se contentent de décrire les événements, point barre. A la longue le procédé, relevant de l’astuce narrative, serait forcément tombé à plat. Mais Harry Parker a su donner de la consistance et une véritable profondeur à son roman grâce aux dialogues. Car les objets restituent ce qu’ils entendent. Et à travers leurs échanges, les personnages disent la peur, la douleur, la colère, l’angoisse, la honte, l’espoir. Ils expriment leurs différences, leurs divergences, leur compassion et leur incompréhension.

Certes, les objets tiennent le plus souvent le lecteur à distance, ils restent neutres, ils ne sont pas dans le jugement. Ils exposent les faits, décrivent des comportements, rien de plus. Mais parfois les descriptions prennent un tournant inattendu et offrent de purs moments d’émotion, comme cette scène où le père rase avec application son fils tout juste sorti du coma. L'équilibre entre description et émotion donne une force phénoménale à ce texte qui ne dénonce pas la guerre, qui ne donne pas non plus ou dans la glorification des soldats blessés et qui n’exige pas réparation.

Un premier roman lumineux, ambitieux et parfaitement maîtrisé, qui cherche la reconstruction après l’éclatement, la réappropriation d’un corps disloqué par un homme à jamais traumatisé. C’est fort et intense, une expérience de lecture incroyable et mon premier véritable coup de cœur de la rentrée !

Anatomie d’un soldat d’Harry Parker. Bourgois, 2016. 410 pages. 22,00 euros.





56 commentaires:

  1. Ah c'est donc de ce fameux roman dont tu parlais. J'avais hâte de lire ta chronique. Tu penses que certains extraits seraient exploitables en 3e? Parce que je travaille sur les guerres et les hommes meurtris et ça pourrait parfaitement coller au thème, d'autant plus si la narration est étonnante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que pour travailler sur des extraits, ce serait un roman parfait.

      Supprimer
  2. Je le note, tu es toujours de bon conseil !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours... je ne serais pas si affirmatif ;)
      Mais merci de ta confiance !

      Supprimer
  3. Je n'avais pas trouvé les titres de la rentrée chez Christian Bourgois. Evidemment, ce titre n'est pas dans mes repérages. Comme dit Stephie, tu es de bon conseil, il faut donc que je fasse plus un sur ma liste déjà longue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas forcément un roman qui fera l'unanimité mais en ce qui me concerne ce fut une divine surprise.

      Supprimer
  4. punaise punaise punaise ! Ce matin, sur les blogs, la tentation est partout ;-)
    je note jeune homme !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime me faire tentateur, tu le sais bien ;)

      Supprimer
  5. J'ai déjà lu une ou deux chroniques sur ce roman atypique qui fait parler les objets - heureuse de voir que tu vis ton premier coup de cœur ! j'attendrais de le trouver en BM pour ma part - trop de livres repérés ailleurs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends parfaitement ce que tu veux dire, ma pal déborde de partout ;)

      Supprimer
  6. Originale comme narration oui, on ne peut être que curieux de la découverte ! Un premier roman en plus, comment résister ? ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Tu conforme tout le bien qu'en dit Fabrice Colin sur son blog. Je surligne, donc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravi que tu y prêtes la plus grande attention ;)

      Supprimer
  8. bah tu le sais que je te suivrais les yeux fermés ! :D

    RépondreSupprimer
  9. Ah j'aurais reculé devant le sujet mais j'aime les constructions atypiques :-)

    RépondreSupprimer
  10. Dislocation ? Très peu pour moi (pour le moment....)

    RépondreSupprimer
  11. Je l'ai repéré dans Page des libraires, il me le faut !!! :D

    RépondreSupprimer
  12. malgré tes éloges, je ne suis pas sûre que ça me convienne...

    RépondreSupprimer
  13. Ton billet est très convaincant !

    RépondreSupprimer
  14. Mais déjà un coup de coeur alors que je n'ai lu qu'un titre de la rentrée !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il en faut parfois peu pour tomber sur le bon.

      Supprimer
  15. J'ai lu quelque part un article sur ce livre (était-ce dans le Monde des livres ?). Bref il m'avait intriguée. Et ce que tu en dis augmente mon intérêt, d'autant que le traitement a l'air vraiment hors du commun.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hors du commun, c'est tout à fait ça !

      Supprimer
  16. Ouhla, on n'est pas encore en septembre et déjà le premier coup de coeur de la rentrée ! Aaah ça me tente en plus, l'originalité des objets qui prennent la parole à la place du soldat. Je tiens mon bouclier anti-PAL vacillant en tremblant ! (enfin, de toute façon, avant 2020, c'est chaud)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'ici là, il sera sans doute paru en poche ;)

      Supprimer
  17. Wahou... je serais sans doute passée à côté de ce titre sans ta belle chronique ! Merci d'avoir attiré mon attention :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un livre que j'ai vraiment (et modestement) envie de défendre.

      Supprimer
  18. L'angle original choisi par l'auteur me refroidit un peu, mon côté très conventionnel aurait peut-être préféré un récit plus traditionnel ! Mais je le note tout de même car le sujet m'intéresse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que c'est à la fois le sujet et son traitement que j'ai trouvés fascinants.

      Supprimer
  19. je l'avais repéré justement pour son côté atypique, après ton billet, te penses bien que je le note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux me montrer mais il me semble qu'il te plairait.

      Supprimer
  20. Tes coups de coeur sont rares et j'ai tendance à faire confiance à cet éditeur en plus de te faire totalement confiance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande ce que tu en penserais et j'adorerais le savoir ;)

      Supprimer
  21. L'auteur a eu beaucoup de courage de mettre en mots une "douleur" - au sens large - qu'il a lui-même vécue...
    J'admire cette démarche!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le plus impressionnant selon moi c'est qu'il l'ait fait de manière si originale.

      Supprimer
  22. Bon et bien j'achète ! Merci pour la découverte !
    Des bisous
    Cajou

    RépondreSupprimer
  23. J'adore quand tu me fais découvrir des romans et que tu me tentes comme ça <3
    Commandé, et attendu impatiemment :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hâte de savoir ce que tu vas en penser.

      Supprimer
  24. Il sort du lot, celui-là, et sa manière d'aborder le sujet me parait vraiment valoir le détour.

    RépondreSupprimer
  25. Voilà un procédé narratif extrêmement original et ingénieux, et en plus il réussit la gageure de tenir jusqu'au bout en ne lassant pas le lecteur. Je note forcément !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un roman qui mériterait bien plus d'exposition.

      Supprimer
  26. Le billet de Clara me guide vers celui-ci ( j'étais malheureusement passé à côté). Une astuce narrative originale et apparemment bien utilisée. Je note ce titre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mon roman étranger préféré de cette rentrée, et de loin !

      Supprimer
  27. Je dois t'avouer que j'ai abandonné lâchement ce roman...Après une petite centaine de pages, je ne m'y retrouvais pas, j'avais des difficultés à identifier tous les objets et ça m'énervait. J'ai préféré ne pas continuer malgré le fait que,j'en suis certaine, je passe à côté d'un bon roman. 😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas la peine de se forcer, quand ça veut pas ça veut pas.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !