mardi 10 mars 2020

Soleil glacé - Séverine Vidal

En plein chagrin d’amour, Luce apprend le décès de son père. Un père qu’elle n’a pour ainsi dire pas connu et dont elle découvre la deuxième vie le jour de l’enterrement en voyant au cimetière sa maîtresse et ses deux enfants. Parmi eux il y a Pierrot, un demi-frère né à peine sept mois après elle. Pour l’étudiante le choc est rude, d’autant plus que Pierrot n’est pas tout à fait un garçon comme les autres. Souffrant du « X fragile », un syndrome génétique causant un retard cognitif, des difficultés de langage et des troubles du comportement, Pierrot passe ses semaines dans un foyer pour adultes handicapés. C’est là-bas que Luce va peu à peu apprendre à connaître ce frère tombé du ciel avec lequel elle va développer des affinités loin d’être évidentes à la base.

Je ne l’ai pas vu venir ce roman bouleversant qui a fait fondre mon cœur de glace en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Je lis Séverine Vidal depuis des années et je suis scotché de constater à quel point son sens du récit ne cesse de progresser de livre en livre. Ici, elle a pris d’énormes risques. Risque de passer à côté du personnage de Pierrot, tellement difficile à mettre en scène avec crédibilité. Risque de laisser le lecteur regarder de loin son histoire en spectateur pas franchement concerné. Risque de sombrer dans le miel et la guimauve en donnant dans le sirupeux tire-larmes cucul la praline (rayez la mention inutile).

Il y a bien sûr Pierrot dans cette histoire mais il y a surtout Luce. Luce et sa colère, Luce et sa rage au ventre, Luce en guerre contre le monde entier qui va peu à peu sortir de l’ombre pour gagner la lumière. Une fille forte et fragile, à l’humour ravageur, débrouillarde, fonceuse, protectrice, à la fois pleine de doutes et de certitudes. Le duo qu'elle forme avec son frère fonctionne dans la mesure où il n’a rien d’un long fleuve tranquille, où sur leur chemin vont se mêler petites victoires et situations de crise, complicité naissante et besoin d’apprendre à se connaître. Ces deux-là ont vécu leur enfance en parallèle et doivent maintenant rattraper le temps perdu. Avec tout ce que cela implique d’aspérités, de moments d’incompréhension, de partage et de grâce.

Une pépite jeunesse indispensable, à lire d’urgence.

Soleil glacé de Séverine Vidal. Éditions Robert Laffont, 2020. 245 pages. 16,50 euros. A partir de 15 ans.




Une nouvelle lecture commune partagée avec Noukette















11 commentaires:

  1. Comment faites-vous tous les deux, Jérôme et Noukette, pour me cueillir dès le matin, au moment où on se sent si fragile, juste après la sortie d'un roman ?
    Vous le faites si bien, je me sens si bien lue.
    Merci immense

    RépondreSupprimer
  2. Si Séverine Vidal réussit l’exploit de faire fondre ton cœur de glace, il n'y a pas besoin d'arguments supplémentaires pour se précipiter sur ce texte ;)

    RépondreSupprimer
  3. une auteure que j'ai hâte de lire .

    RépondreSupprimer
  4. Et comme chaque mardi ou presque, je suis tenté !

    RépondreSupprimer
  5. Comme je l'ai aimé ce roman ! Je suis presque triste d'avoir dû me séparer de ces personnages...! A partager et à offrir !

    RépondreSupprimer
  6. Aaah mais est-ce que ça peut faire fondre un coeur de pierre ? ^^

    RépondreSupprimer
  7. Je le note... après Noukette, tu en rajoutes une couche. Et bon, le thème, avec le boulot que je fais, ça me tente, of course.

    RépondreSupprimer
  8. Quel billet... et puis le commentaire de l'autrice.. si beau.

    RépondreSupprimer
  9. Je note. Dans le genre je viens de lire "tout le bleu du ciel" de Melissa da Costa.

    RépondreSupprimer
  10. Il arrive bientôt sur ma PAL, alors je ne retiens que l'essentiel de ton billet : c'est un super roman !

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !