mardi 31 mars 2020

Ma story - Julien Dufresne-Lamy

« Dans mon canapé, je prends déjà conscience que l’émission n’est qu’une version déguisée de mon aventure. Je suis double, dénaturée, presque schizophrénique. Et parfois devant les images à la télé, je ne sais plus vraiment qui je suis. Je me sens aliénée. »

Batool, 15 ans, lyonnaise d’origine turque, a été choisie pour participer à la célèbre émission « Le dernier survivant ». Une expérience hors norme, sur les îles Fidji, où esprit de compétition, alliances fragiles, amitiés fluctuantes et trahisons en tout genre ont rythmé son quotidien. De retour en France, elle constate au moment de la diffusion de l’émission que la production a choisi de lui faire endosser le rôle de la guerrière sans scrupule. Le montage travestit complètement la façon dont les choses se sont passées et elle ne se reconnaît pas dans le portrait qui est fait d’elle au fil des épisodes. Pire encore, une phrase prononcée par la jeune fille sortie de son contexte va la rendre odieuse aux yeux du public. Insultée et menacée sur les réseaux sociaux, rejetée par une partie de sa famille et ses camarades de classe, dépassée par les événements, Batool va peu à peu perdre pied.

Un petit roman qui décrit avec justesse le mécanisme de la manipulation médiatique, des rumeurs, fake news et autres dérives propres aux réseaux sociaux. Prise dans la tourmente, Batool ne peut rien faire pour arrêter le tourbillon de haine qui l’emporte. Le temps sera certes son meilleur allié car une polémique en chasse une autre et l’actualité brûlante d’un jour peut vite tomber aux oubliettes le lendemain. Mais les traces de la haine restent bien présentes et la reconstruction n’a rien d’un long fleuve tranquille après un tel traumatisme.

Julien Dufresne-Lamy n’en rajoute pas, il décrit les choses avec réalisme mais sans sombrer dans une dramatisation qui mènerait à un point de non-retour. Batool est forte, elle encaisse, elle prend sur elle, elle vacille mais ne s’écroule pas et au final elle saura passer outre pour avancer en laissant derrière elle cette douloureuse expérience. Une jolie façon de montrer que malgré les dégâts engendrés la résilience est toujours possible.

Ma story de Julien Dufresne-Lamy. Magnard jeunesse, 2020. 96 pages. 5,90 euros. A partir de 13 ans.



Une pépite jeunesse comme d'habitude partagée
avec Noukette






15 commentaires:

  1. J'aime tout : le format, le prix et le pitch. Nul doute que je vais bientôt me pencher sur ce livre (et la collection Presto).

    RépondreSupprimer
  2. je trouve ce sujet intéressant et j'espère que ton confinement se passe bien.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne savais pas qu'il avait écrit pour la jeunesse! Je note!

    RépondreSupprimer
  4. Un auteur que j'apprécie, alors je note pour mes ados.

    RépondreSupprimer
  5. Bonne pioche...! On a déjà lu et aimé Julien Dufresne-Lamy et ça se confirme ! Le format court lui va bien je trouve.

    RépondreSupprimer
  6. je le ferais bien lire à mon ado… s'il lisait… et s'il était moins sur les réseaux sociaux … euh... :)

    RépondreSupprimer
  7. Je me pose parfois la question sur jusqu'où la production de ces émissions peuvent aller dans le mensonge. Ça fait peur...
    Bonne semaine, Jérôme !
    Syl.

    RépondreSupprimer
  8. Ah ? Le thème de la manipulation médiatique et des dérives des réseaux sociaux pourrait bien me parler. A voir quand les bib' rouvriront...

    RépondreSupprimer
  9. j'ai apprécié tout ce que j'ai lu de l'auteur jusqu'à présent, je note!

    RépondreSupprimer
  10. Prochain achat en perspective. L'auteur tient aussi la route sur la longueur du roman ; "Jolis jolis monstres" en est la preuve.

    RépondreSupprimer
  11. ON baigne un peu en plein dedans non ?

    RépondreSupprimer
  12. toujours 13 ans... mais le thème est intéressant, il devrait être au programme scolaire

    RépondreSupprimer
  13. Tu enfonces le clou car Noukette m'avait déjà convaincu.

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour
    Je viens de découvrir cet auteur avec la lecture "Les étonnantes aventures du merveilleux minuscule Benjamin Berlin "
    Un réel plaisir de lecture. Envie de le suivre

    RépondreSupprimer
  15. Il m'attend, et j'aime l'idée d'une justesse de ton pour ce sujet on ne peut plus dans l'air du temps.

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !