mercredi 4 mars 2020

Le chanteur perdu - Didier Tronchet

Ah, ce Jean ! Clairement le personnage de BD le plus attachant que j’ai rencontré depuis très longtemps (même si le Germano de Senso était pas mal dans son genre lui aussi). Imaginez un bibliothécaire qui fait un burn-out. Déjà, ça classe le bonhomme dans une catégorie à part. Imaginez que pendant sa convalescence, ledit bonhomme fasse le point sur sa vie sans relief et décide sur un coup de tête de retrouver un chanteur qui a marqué sa jeunesse, un chanteur ayant enregistré un seul disque et qui a disparu des radars juste après. Un chanteur des années 70 dont il doit être le seul et unique fan et qu’il compte bien retrouver, même s’il ne sait pas vraiment pourquoi.

Après cette entrée en matière, l’hameçon était  lancé, je me suis jeté dessus à pleine dents. Ferré, je n’ai pas pu lâcher l’album jusqu’à son terme, incapable d’abandonner Jean dans sa quête du chanteur perdu. Je l’ai donc suivi dans les rues de Morlaix, sur la plage de Berck et les falaises du Cap Gris-Nez, dans une hutte de la baie de Somme et un vieux troquet de Paris, jusqu’à l’île aux Nattes, un caillou de 3 km carrés au large de Madagascar. Avec lui j’ai rencontré une documentaliste à l’ancienne, un garagiste amateur de crêpes, la fille d’un pendu, un comique insomniaque, un ornithologue pas très observateur, un directeur d’hôpital pour enfants fier de son parcours et un Pierre Perret  toujours en forme malgré le poids des ans.

Jean mène son enquête au feeling, avançant au fil de découvertes et de déductions improbables, se demandant souvent ce qu’il est train de faire et ne sachant pas pourquoi il s’acharne autant. Il y a comme toujours chez Tronchet une profonde tendresse pour ses personnages, un rapport incessant à l’enfance et à la mémoire et une progression du récit de l’ombre vers la lumière. Progression non linéaire évidemment, ce brave Jean ne cessant de se tromper, d’échouer, d’avancer, de passer du découragement à l’euphorie et inversement.  C’est simple, c’est beau, c’est touchant, c’est drôle, mélancolique et plein de vie.

Un bijou d’album, ni plus ni moins.

Le chanteur perdu de Didier Tronchet. Dupuis, 2020. 168 pages. 23,00 euros.


PS : Le pire (ou le meilleur), c’est que le chanteur perdu existe vraiment. Didier Tronchet l’a retrouvé dans une petite île de Madagascar. Sa véritable histoire est racontée à la fin de l’album, photos à l’appui. Et sur le site www.tronchet.com il est possible d'écouter toutes les chansons citées dans le livre.





Les BD de la semaine sont aujourd'hui chez Noukette !














26 commentaires:

  1. J'aime beaucoup l'idée, les dessins, les couleurs... il a tout ce qu'il faut, cet album ! Hop, c'est noté !

    RépondreSupprimer
  2. Ca a l'air doux et sensible comme histoire, c'est vrai. Et puis l'idée d'un bibliothécaire qui part à l'aventure, j'adore ! :D

    RépondreSupprimer
  3. J'aime ce que tu racontes de cette histoire, merci

    RépondreSupprimer
  4. Tout ce que tu en dis me donne envie de découvrir ce titre, et le sujet me plait en plus.

    RépondreSupprimer
  5. Adjugé, vendu ! D'autant plus que j'ai droit à une BD gratuite chez mon libraire de BD... tellement j'en achète...

    RépondreSupprimer
  6. Ce n'est pas commun. Rien que pour ça je la lirais bien !

    RépondreSupprimer
  7. "Un bijou d'album" ?! Ton enthousiasme m'emballe et je note ++...
    Syl.

    RépondreSupprimer
  8. J'ai adoré ! Adoré adoré. Je l'ai lu ce week-end et depuis, j'ai passé pas mal de temps à écouter les chansons que Tronchet a partagées... Bref, me suis régalée. J'en parle bientôt

    RépondreSupprimer
  9. Rhhoooo ! J'adore ! Je veux ça !

    RépondreSupprimer
  10. Jamais lu Didier Tronchet mais ce que tu en dis me plait bien : je note !

    RépondreSupprimer
  11. Elle ne me tentait pas plus que cela à la lecture du résumé mais tu es si enthousiaste ! Comment résister..

    RépondreSupprimer
  12. Je l'avais repéré et il me fait vraiment de l'oeil. Et ta chronique en rajoute une couche, comme souvent.

    RépondreSupprimer
  13. Je suis partante pour la quête du chanteur perdu et intriguée aussi par la documentaliste à l'ancienne!

    RépondreSupprimer
  14. Après un billet pareil, on en a envie, forcément

    RépondreSupprimer
  15. un billet qui fait envie, même si à priori c'est pas trop ma came

    RépondreSupprimer
  16. J'adore ton billet, et (forcément) j'ai bien envie d'accompagner Jean dans sa quête moi aussi!

    RépondreSupprimer
  17. Un bijou, tu me fais hésiter mais je n'aime pas du tout le trait de Tronchet

    RépondreSupprimer
  18. Le pitch me plaît et j'aime aussi le graphique. Why not ?

    RépondreSupprimer
  19. Pfiou mais là t'as défoncé mon bouclier anti-PAL ! Je crois que je vais m'acheter cet album directement !

    RépondreSupprimer
  20. Je ne savais que cet album était sorti. Je te remercie pour le tuyau et pour l'enthousiasme de ton article. Je ne vais tarder à faire un tour chez le libraire... Au plaisir de te relire...

    RépondreSupprimer
  21. Je ne suis pas fan du dessin de Tronchet... Mais en lisant ton billet, on ne peut qu'avoir envie de lire cette bd !

    RépondreSupprimer
  22. oki, je note, obligée !!! Merci pour la découverte !!

    RépondreSupprimer
  23. Le pitch est très original, et le fait que cela soit basé sur du réel me plaît encore plus !

    RépondreSupprimer
  24. Noté, forcément, comment faire autrement après cette entrée en matière ?

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !