mercredi 12 février 2020

Visa Transit - Nicolas de Crécy

A peine majeurs en 1986, Nicolas de Crécy et son cousin Guy décident sur un coup de tête de traverser l’Europe à bord d’une Citroën Visa dans un état de délabrement avancé. Équipés du strict minimum (sacs de couchages, argent, papiers, appareil photo) et s’encombrant d’une bibliothèque en carton pleine de livres arrimée à la plage arrière, ils quittent la France et partent vers la Turquie. Italie, Yougoslavie, Bulgarie, la traversée s’annonce longue dans l’épave qui leur sert de véhicule mais les garçons s’en moquent, ils roulent à leur rythme, sans but ni objectif précis, sans se retourner ni se poser de questions.

Le récit n’est pas linéaire, l’alternance entre le présent du voyage et les souvenirs d’enfance (visite à la grand-mère, trajet de nuit dans la voiture familiale, vacances traumatisantes dans une colonie catho pure et dure) donne un rythme particulier à l’histoire. Trente ans après, difficile de restituer les faits avec précision. L’exercice de mémoire est forcément fragmentaire, sélectif. On dirait que seuls les bons souvenirs sont restés et que les moments de galère (sans doute nombreux étant donné les conditions du voyage) n’ont pas survécu à l’épreuve du temps. Le résultat est néanmoins cohérent et la lecture d’une grande fluidité.   

D’habitude, Nicolas De Crecy aime naviguer à la frontière du réalisme et du fantastique. Dans ce road trip autobiographique il privilégie pour la première fois le réel sur l’imaginaire afin de raconter ce qu’il lui est vraiment arrivé. Il s’autorise malgré tout quelques parenthèses surréalistes, faisant par exemple apparaître le poète Henri Michaux en motard casqué venant lui reprocher d’utiliser sans autorisation des citations issues de ses recueils. Niveau dessin, j’aime toujours autant sont trait énergique et plein de spontanéité, sa science du découpage et ses couleurs lumineuses.

Une plongée dans le passé qui m’a ramené à mes propres souvenirs des années 80. Une drôle d’époque, où le rideau de fer à l’Est n’était pas encore tombé, où les nuages radioactifs s’arrêtaient à la frontière, où la conduite se faisait sans GPS, les photos sans téléphone portable et la tenue du journal de bord des vacances sans réseaux sociaux. Un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître et pour lequel je garde une douce nostalgie. Fin du voyage dans le tome 2 à paraître cet automne. Inutile de vous dire que j’ai hâte d’y être.

Visa Transit de Nicolas de Crécy. Gallimard, 2019. 130 pages. 22,00 euros.


Un joli cadeau de Noël offert par ma chère Noukette. C'est chez elle que se retrouvent aujourd'hui les BD de la semaine.











25 commentaires:

  1. Curieusement je me suis assez vite ennuyée et je l'ai abandonné.

    RépondreSupprimer
  2. Il ne pouvait que te plaire celui là... j'ai moi aussi adoré la balade et j'ai hâte de pouvoir découvrir la suite !

    RépondreSupprimer
  3. Et bien malheureusement, je ne pense pas être conquise par cette lecture...

    RépondreSupprimer
  4. C'est bon je la veux ! D'abord le graphisme de Nicolas de Crecy est une tuerie ! Ensuite, j'adore le thème ! :D

    RépondreSupprimer
  5. Une douce nostalgie se dégage des dessins et de ce que tu dis de l'album.

    RépondreSupprimer
  6. la couverture m'inspire, cela pourrait bien me plaire!

    RépondreSupprimer
  7. Je ne sais pas si ça me plairait un road trip en Citroën Visa.

    RépondreSupprimer
  8. Pourquoi pas! Pour la douce nostalgie!

    RépondreSupprimer
  9. Sympa à lire quand le second tome sera sorti ... merci

    RépondreSupprimer
  10. J'adore le trait de De Crécy, pourtant je n'ai pas cédé à celui-ci, peut-être pour le réalisme, peut-être le sujet qui ne me fait pas rêver, peut-être cette dimension nostalgique.

    RépondreSupprimer
  11. Tu me donnerais presque envie de découvrir la BD

    RépondreSupprimer
  12. Pourquoi pas ? J'aime bien les road trip...

    RépondreSupprimer
  13. Ah je résiste mal aux récits de voyage en général et cette plongée dans une époque que j'ai connue aussi, ça devrait me plaire. Noté !

    RépondreSupprimer
  14. tout comme A_girl ! Elle est gentille la mère Noël !!

    RépondreSupprimer
  15. je note, merci pour la découverte

    RépondreSupprimer
  16. Ah, la Ciroën Visa.... ET le must, la version K-way !!!!!

    RépondreSupprimer
  17. Je crois que je n'ai jamais lu cet auteur...

    RépondreSupprimer
  18. Graphiquement, ça claque.
    Après, j'espère que la trame narrative saura me captiver...

    RépondreSupprimer
  19. Un album qui me plairait certainement !! ;)

    RépondreSupprimer
  20. Jérôme je te déteste !!!!!! Tu es diabolique !

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !