vendredi 7 février 2020

Magnolias - Florent Oiseau

Je suis la carrière littéraire de Florent Oiseau depuis ses débuts, ce qui n’a rien d’un exploit vu qu’il n’a publié que trois romans. J’aime son univers et ses personnages de losers lymphatiques et désabusés, sa façon de dépeindre des vies de célibataires de banlieue ou de province dans lesquelles, au mieux, il ne se passe pas grand-chose et au pire, il ne se passe rien.

Alain ne déroge pas à la règle. Ce quadra vivote dans une petite ville sans charme. Il glande toute la journée, visite régulièrement la camionnette de la seule prostituée du coin, roule dans une Renault fuego de 1984 et dresse dans un carnet une liste de noms de poneys. Il se verrait bien acteur mais sans réseau (et sans volonté de faire le moindre effort), sa carrière ne décolle pas d’un pouce. Alain est un mou du genou sans ambition, un oisif assumé dont la seule obligation de la semaine consiste à se rendre chaque dimanche aux Magnolias, la maison de retraite où sa grand-mère gâteuse se morfond en attendant de pousser son dernier souffle.

A lire le court et bien incomplet résumé ci-dessus on pourrait se dire que la lecture va vite tourner au plombant version XXL. Et bien pas du tout. Parce que l’auteur de « Je vais m’y mettre » apporte de la lumière dans ce tableau grisâtre. Avec un antihéros totalement à l’ouest évidemment mais également avec des personnages secondaires tous plus improbables les uns que les autres, de Rosie la fille de joie à Rico l’excentrique meilleur copain d’Alain en passant par Michel, le tonton dépressif. Le récit devient réjouissant parce qu’il est décalé, porté par une poésie étrange, un humour souvent proche de l’absurde et des dialogues aussi drôles qu’improbables.

Il y a aussi quelques scènes inoubliables comme la cuite carabinée d'Alain et Michel ou le tournage surréaliste d’un téléfilm prévu pour passer sur TV Val de Loire dans lequel notre apprenti acteur va s’appliquer à endosser les habits d’un simple d’esprit tendance pédophile et s’attirer les félicitations du réalisateur :

- T’as un don pour jouer les cons. Souvent, dans ces rôles, les mecs forcent le trait. Toi t’es plein de justesse. On sent que c’est naturel.
- Merci.

Une fois encore, j’ai l’impression que Florent Oiseau a écrit un roman pour moi. Un roman plein de désillusion et d’autodérision, un roman plein de tendresse et de fantaisie contrebalancées par un regard sur le monde d’une lucidité et d’un pessimisme imparables, c’est un roman qui ne pouvait que me plaire.

Magnolias de Florent Oiseau. Allary, 2020. 220 pages. 17,90 euros.










20 commentaires:

  1. Et c'est un roman qui pourrait me plaire aussi.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai noté cet auteur après un billet récent, et tu confirmes que je peux l'avoir à l'oeil !

    RépondreSupprimer
  3. Ça a l'air complètement décalé! Pourquoi pas!

    RépondreSupprimer
  4. Ben dis donc... encore un Français que tu me donnes envie de découvrir. Surtout que j'ai la main chanceuse, ces temps-ci, de ce côté!

    RépondreSupprimer
  5. Effectivement c'est totalement toi ! ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Je vais me pencher sur cet auteur à découvrir sans aucun doute.

    RépondreSupprimer
  7. Tout à fait dans le registre de ce que tu aimes, en effet !

    RépondreSupprimer
  8. Mais oui, totalement pour toi et je sens que ça pourrait carrément me plaire aussi ! J'adore ton premier paragraphe ! Et l'extrait ! Noté !

    RépondreSupprimer
  9. il m'a été recommandé par une libraire, et - alors que je ne le connaissais pas - depuis, je le vois partout! le voir sur ton blog est bien sûr un gage de qualité qui donne envie de le découvrir :)

    RépondreSupprimer
  10. J'adore l'extrait que tu as noté !!! :))

    RépondreSupprimer
  11. Voilà une tonalité décalée qui ne peut que me faire découvrir cet auteur ! je vais commencé par celui que tu évoques comme étant le roman d'un branleur, moi aussi j'aime bien les branleurs ( en littérature !)

    RépondreSupprimer
  12. J'adore la citation . je vais suivre aussi la carrière littéraire de cet auteur merci.

    RépondreSupprimer
  13. je crois que je l'ai appelé Florent Loiseau , j'espère que Florent Oiseau ne m'en voudra pas!

    RépondreSupprimer
  14. ça a tout pour me plaire mais le type est inconnu à ma BM, dommage…

    RépondreSupprimer
  15. Un auteur que tu donnes envie de découvrir.

    RépondreSupprimer
  16. Je n'arrête pas de le croiser et ton avis me donne envie d'aller le voir de plus près!

    RépondreSupprimer
  17. L'extrait m'a fait rire et donné envie de découvrir cet auteur.

    RépondreSupprimer
  18. comment ai-je pu louper ce billet ? mais un roman sur un gentil loser .. forcément ça ne peut que se passer chez Jérome !

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !