samedi 12 octobre 2019

L’horizon qui nous manque - Pascal Dessaint

« Ce n’était pas le monde que nous voulions, et pourtant nous y vivions, sans trop de désir mais avec une certaine volonté. »

Pour cinquante euros par mois, Lucille loue une caravane sur le terrain d’Anatole, en bord de plage, entre Gravelines et Calais. Après avoir claqué la porte de l’éducation nationale pour œuvrer avec une ONG auprès des migrants, l’ex-enseignante ne sait plus comment occuper ses journées depuis le démantèlement de la jungle. Anatole vit quant à lui dans un mobile home, juste à côté de la caravane de Lucille et d’une baraque à frite inutilisée depuis des années. Chasseur passionné, le vieil homme bricole des oiseaux en bois en attendant l’ouverture de la saison. A ces deux-là vient bientôt s’ajouter Loïk, repris de justice au caractère insaisissable et au cœur gros comme ça. Un drôle de trio, bancal, cabossé, à la fois complémentaire et dysfonctionnel. Bien sûr ça va mal tourner, mais quand la violence affleure, les relations humaines en sortent parfois renforcées.

Un vrai plaisir de retourner sur les plages du nord avec Pascal Dessaint. J’y ai retrouvé le décor, l’ambiance et même quelques personnages de l’excellent « Le chemins’arrêtera-là ». J’ai également retrouvé son art de mêler l’âpreté à une certaine forme de douceur, sa capacité à parler sans jugement des invisibles, des laissés-pour-compte qui vivotent comme ils peuvent et font avec les moyens du bord. Ceux pour qui, « dans l’ascenseur social, il n’y a qu’un bouton pour le sous-sol ». Face à la mer, l'horizon est sous leur yeux au quotidien et pourtant il n'ouvre aucun champ de possibles. Cet horizon qui leur manque, et qui donne son joli titre titre au roman, c'est la perspective d'un avenir sans ligne de force, sans ambitions ni buts particuliers.

Un très beau roman noir et social qui, malgré les apparences, déborde de tendresse.   

L’horizon qui nous manque de Pascal Dessaint. Rivages, 2019. 220 pages. 19,00 euros.  




16 commentaires:

  1. Tiens, je ne savais pas que tu connaissais cet auteur :))Bon, je ne l'ai pas encore mais je vais sûrement le croiser ce Week-end à Toulouse Polars du sud, et je n'ai même pas encore lu le précédent pfff.

    RépondreSupprimer
  2. Ah là, je dois dire que je suis très tentée. Je le note soigneusement pour ma prochaine envie de polar !

    RépondreSupprimer
  3. J'apprécie beaucoup les visées sociales de cet auteur mais aussi, tu as raison, une forme de douceur, et parfois, un humour noir qui fait tilt.

    RépondreSupprimer
  4. Misère, cela fait une éternité que je n'ai pas lu P.Dessaint, et pourtant, je m'y laissais prendre à chaque fois.

    RépondreSupprimer
  5. Tu en parles si bien, on ne peut que succomber à l'envie de lire ce roman.

    RépondreSupprimer
  6. tout me dit que ce roman est fait pour toi, moi il n'y a que le mot tendresse qui m'attire.

    RépondreSupprimer
  7. Un auteur à découvrir si j'en crois ton commentaire

    RépondreSupprimer
  8. Encore un bon cru de ce cher Dessaint ! Je le note dans ma liste des incontournables..

    RépondreSupprimer
  9. Je ne connais pas du tout cet auteur, et ça me semble être bien dommage. Je note ce titre mais je vais aussi regarder ses anciens romans.

    RépondreSupprimer
  10. Je garde un souvenir mitigé de son précédent roman.

    RépondreSupprimer
  11. Je vais commencer par son précédent roman, que je me suis d'ailleurs procuré après avoir lu ton billet!

    RépondreSupprimer
  12. bon tu le sais, moi et le roman social... je passe mon chemin ! mais contente de voir des livres pour adultes par ici ;-)

    RépondreSupprimer
  13. Jamais lu cet auteur. Il semblerait que ce soit un tort et que je passe à côté de quelque chose mais bon, LAL, PAL, toujours la même rengaine.^^

    RépondreSupprimer
  14. je ne crois pas connaître non plus mais tout ça est bien alléchant !

    RépondreSupprimer
  15. Je fais un test pour savoir si je peux enfin poster un comm chez toi? Bisous

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !