mardi 22 octobre 2019

Mon père des montagnes - Madeline Roth

Une semaine !  Une semaine à passer dans un chalet paumé en pleine montagne, sans eau, sans électricité et bien sûr sans réseau. Cerise sur le gâteau, Lucas va se retrouver avec son père comme seule compagnie, un père taiseux avec lequel les échanges sont réduits au strict minimum. Un programme tout sauf réjouissant concocté par sa mère, sans doute pour tenter de les rapprocher. Mais comment nouer des liens quand on ne sait pas exprimer ses sentiments ? Comment fendre l’armure de son ours de père alors qu'il passe ses journées seul dans son coin ? Et surtout, surtout, comment tenir une semaine entière dans ces conditions ?

Qu’il est beau ce petit roman, mais qu’il est beau ! Il ne s’y passe pas grand-chose, le temps s’écoule lentement, le père et le fils semblent vivre dans deux mondes parallèles. Chacun est incapable de faire le premier pas. Lucas ne comprend pas son paternel. Son mode de vie, la monotonie d’un quotidien plan-plan, le travail pourri à l’usine. « Je ne savais pas ce que ça allait être, ma vie. Mais je voulais pas de la sienne. Ça me rendait tellement en colère, je crois, que mon père ne soit pas un héros ». Et puis il y a son indifférence qui saute aux yeux. Jamais il ne s’intéresse à ce que fait son fils, jamais il ne le questionne sur les cours, les amis, les loisirs. Lucas a l’impression qu’au fil du temps un mur s’est dressé entre eux, un mur incontournable et impossible à abattre.

Le face à face est davantage dans l’évitement que dans l’affrontement, sans violence ni tension. C’est l’incompréhension et la tristesse qui dominent, l’impression de ne pas savoir s’y prendre. La force de Madeline Roth est de dévoiler par petites touches les premières fissures dans le mur, de laisser entrer un filet de lumière sous la porte du chalet d’alpage, de réduire la distance. Au coin du feu les langues se délient un peu, le silence perd en épaisseur, les rapports se réchauffent en douceur.

C’est beau parce que c’est fragile et tout en retenue. Entre père et fils, le fil se renoue avec finesse et simplicité. Pas de grand discours ni de démonstration affective, tout se joue avec une sensibilité qui touche en plein cœur. Une incontestable pépite !

Mon père des montagnes de Madeline Roth. Rouergue, 2019. 75 pages. 9,00 euros. A partir de 13 ans.




Une pépite comme d'habitude partagée avec Noukette











11 commentaires:

  1. Pépite qui donne incontestablement envie !

    RépondreSupprimer
  2. un sujet intéressant rarement évoqué en littérature jeunesse

    RépondreSupprimer
  3. Une pépite alors ♥ Cool
    Bises et bonnes vacances en lecture avec le temps pourri !

    RépondreSupprimer
  4. Madeline Roth, c'est forcément bien !

    RépondreSupprimer
  5. Un lien de parenté avec Philipp Roth ?

    RépondreSupprimer
  6. "Tant que mon coeur bat" m'avait ému au possible! Je veux réitérer cette expérience avec celui-ci.

    RépondreSupprimer
  7. Je sens qu'il va me plaire celui là ! merci

    RépondreSupprimer
  8. Sublime ce petit texte, je crois que ce sera un de mes chouchous de l'année !

    RépondreSupprimer
  9. je crois que ce livre me plairait bien à mes ados je ne sais pas.

    RépondreSupprimer
  10. ça me tente, pour le coup !! (et alors que je ne lis pas de romans jeunesse !)

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !