vendredi 15 septembre 2017

Le sympathisant - Viet Thanh Nguyen

1975. Saïgon vient de tomber et le narrateur, capitaine d’un général sud-vietnamien, va fuir sa terre natale et découvrir celle de l’Oncle Sam, ses supermarchés et ses autoroutes. Mais sous les habits du soldat pro-américain se cache une taupe Vietcong. Ce narrateur, dont on ne connaîtra jamais le nom, est un espion communiste prêt à tout pour ne pas se faire démasquer, prêt à tuer pour prouver sa fidélité au général.

J’ai eu peur d’un banal roman d’espionnage aux considérations politico-stratégiques barbantes mais cette histoire d’espion n’est pas au cœur du récit, elle sert juste à alimenter une réflexion autour du déracinement, de l’impossibilité de trouver sa place dans une Amérique accueillant les rescapés de la première grande défaite militaire de son histoire. Et les vietnamiens qui l’ont soutenue sur place ne sont pas les bienvenus : « La plupart des américains nous regardaient avec dégoût, car nous étions le rappel vivant de leur défaite cuisante. Nous menacions la sacro-sainte symétrie d’une Amérique noir et blanc, dont la politique raciale du yin et du yang ne laissait place à aucune autre couleur, notamment ces petits jaunes pathétiques qui venaient piquer dans la caisse ».

Le roman dit l’exil et la déchéance d’une diaspora ayant tout perdu en fuyant la guerre dans l’urgence. A ce titre la scène du départ de Saïgon sous les bombes est d’un réalisme sidérant. Se sentant inutile et humiliée, cette diaspora devient une communauté perdue, pathétique, s’accrochant sans illusion à d’hypothétiques rêves de retour.

La partie se déroulant aux États-Unis est passionnante, la parenthèse cinématographique expliquant en détail le tournage d’un film hollywoodien sur la guerre du Vietnam ne m’a pas enthousiasmé et le retour final dans la jungle m’a ennuyé à mourir, à tel point que j’ai traîné près de trois semaines pour lire les cent dernières pages. Une lecture inégale, donc. Même s’il se dégage de ce prix Pulitzer 2016 une grande puissance narrative et une indéniable force d’écriture (la traduction est vraiment impeccable), je dois reconnaître que je n’ai pas été totalement emporté par la confession de cet agent double en quête d’identité.

Le sympathisant de Viet Thanh Nguyen (traduit de l’anglais par Clément Baude). Belfond, 2017. 490 pages. 23,50 euros.










20 commentaires:

  1. Ah zut, ça commençait super bien pourtant... Je l'avais commencé, mais pas au bon moment (sur mon fameux hamac balinais, je crois que je n'étais pas dans le mood :-) Je pense le reprendre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est surtout la fin qui traîne trop en longueur pour moi.

      Supprimer
  2. J'ai lu des avis nettement plus enchantés que le tien (des Américains) donc ton bémol me dit que je peux attendre avant de le lire ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En France aussi j'ai lu beaucoup d'avis enthousiastes (dans la presse surtout).

      Supprimer
  3. Je ne savais pas trop quoi en penser, ça se précise ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas certain que mon ressenti rejoigne celui d'une majorité de lecteurs.

      Supprimer
  4. Je ne lis plus les Prix Pullizer, les romans lauréats ne m'ont jamais plus.

    RépondreSupprimer
  5. Je pense qu'il nous manque un supplément d'âme américaine pour apprécier les prix Pulitzer

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Pulitzer 2017 est bien meilleur selon moi.

      Supprimer
  6. L'idée de l'intrigue me plaisait bien mais tes bémols me laissent entendre que je risque de ne pas y trouver mon compte au final. Dommage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu apprécierais peut-être plus que moi, qui sait.

      Supprimer
  7. Je tourne autour depuis un moment, en ayant entendu tantôt du bien, tantôt des avis plus mitigés comme le tien...je crois que je vais finalement m'abstenir, ou attendre sa sortie en poche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En poche, ça peut être une bonne solution.

      Supprimer
  8. Je n'avais lu que du bien jusqu'à présent mais je n'arrivais pas à être tentée donc ton billet m'arrange bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que ne vais pas te faire changer d'avis.

      Supprimer
  9. Je viens juste d'entendre une présentation sur France Info aujourd'hui ! Apparemment il y a aussi sur la guerre du Vietnam un long documentaire en série (9h en tout) d'un excellent cinéaste. A voir ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu le documentaire et je l'ai trouvé fabuleux !

      Supprimer
  10. mi-figue mi-raisin en somme...faut voir :-) Le choc culturel m’intéresserait bien, le reste par contre je ne sais pas...

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !