vendredi 7 juillet 2017

Les douze balles dans la peau de Samuel Hawley - Hannah Tinti

« Son corps était couvert de cicatrices rondes : des blessures par balles, qui s’étaient refermées. Un trou dans le dos, un à la poitrine, un troisième près de l’estomac, un quatrième à l’épaule gauche, un autre au pied gauche. Les cicatrices étaient foncées et plissées par endroits, comme si les balles qui avaient pénétré dans le corps de Samuel Hawley s’étaient frayé un chemin de sortie en dévorant sa chair. […] Les cicatrices de Hawley étaient les signes de dégâts antérieurs, qui avaient affecté sa vie bien avant la naissance de Loo. »  

Il y avait les douze travaux d’Hercule, il y aura désormais les douze balles dans la peau de Samuel Hawley. Hannah Tinti s’est d’ailleurs inspirée de l’histoire du fils de Zeux pour imaginer celle de Samuel, père célibataire trimbalant sa fille Loo et une cargaison d’armes à travers les Etats-Unis pour fuir un passé qui, s’il finissait par le rattraper un jour, pourrait faire de sacrés dégâts. Un drôle de personnage ce Samuel, avec ses douze cicatrices formant la cartographie intime d’une vie mouvementée, d’une jeunesse sur le fil du rasoir et de drames ayant laissé, tant dans son corps que dans son esprit, des traces indélébiles.

En s’installant au bord de l’océan à Olympus (Massachussetts) après des mois de cavale, Hawley revient sur les terres de sa défunte épouse Lily. Une épouse qui s’est noyée dans un lac quand Loo n’était encore qu’un bébé. C’est à Olympus qu’Hawley avait alors laissé l’enfant aux soins de sa grand-mère maternelle pendant plusieurs années avant de revenir la chercher brusquement et sans demander son avis à la mamy. Les retrouvailles sont donc plutôt fraîches entre Samuel et son ex-belle-mère. Au fil des mois, Loo apprécie une stabilité de vie qu’elle n’avait encore jamais connue. Le lycée, la plage, un petit boulot de serveuse et un petit copain, l’adolescente se sent bien à Olympus. Pour autant, elle n’est pas dupe et sait que son père cache de lourds secrets. De lourds secrets qui vont bientôt refaire surface et mettre à mal l’équilibre précaire qu’elle semblait enfin avoir trouvé.

N’y allons pas par quatre chemins, ce roman est formidable ! Un bijou de narration échevelée, une alternance de scènes d’action et de moments plus intimistes et une relation père fille bluffante de réalisme. Il aura fallu neuf ans à Hannah Tinti pour mettre en forme le parcours de Samuel, pour imaginer cette histoire où se succèdent à chaque chapitre le présent et le passé. On remonte ainsi dans le temps pour voir Samuel encaisser sa première balle, sa seconde, sa troisième et toutes les autres, une par une, dans des conditions toujours plus rocambolesques.

Une sorte de western moderne tonitruant et ficelé de main de maître qui laisse une grande place à l’émotion et parle sans faux semblants de culpabilité, de chagrin et d’amour filial. Il y a très longtemps que je n’avais pas croisé un écrivain possédant un tel talent de conteur. Les personnages sont incarnés, leurs blessures, leur fragilité, leurs faiblesses et leurs erreurs m’ont transporté et laissé sur le carreau, au point que j’ai eu un mal fou à les quitter. Un grand roman, plein de souffle, de violence et de tendresse contenue qui ne pourra qu’emballer les amateurs d’excellente littérature américaine.  

Les douze balles dans la peau de Samuel Hawley d’Hannah Tinti (traduit de l’anglais par Mona de Pracontal). Gallimard, 2017. 450 pages. 23,00 euros.








43 commentaires:

  1. Western, c'est un peu épeurant pour moi... mais bon, talent de conteur, pour ça, ça me tente. Bref... pour faire changement, je vais raconter n'importe quoi. Et faire le commentaire inutile du jour!

    RépondreSupprimer
  2. D'accord, d'accord, pour le talent de conteur, mais j'avais quand même réussi à abandonner le précédent à 100 pages;..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne savais même pas qu'elle avait écrit un autre roman.

      Supprimer
  3. Pareil, le western n'est pas vraiment un univers qui me fait rêver mais j'ai déjà lu une bonne chronique sur ce livre et si tu dis que c'est un rolan formidable, cela mérite réflexion

    RépondreSupprimer
  4. Me voilà très tentée, surtout que ce n'est pas le premier éloge sur ce roman que je lis.

    RépondreSupprimer
  5. putain il me le fo !

    RépondreSupprimer
  6. Western, bof... Mais bon tu as quand même réussi à me convaincre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas du tout un western au sens classique du terme.

      Supprimer
  7. alors contrairement à l'avis général : moi je salive dès que je lis western ! mais, le style va-t-il me plaire ? je vais voir s'il est dispo à la BM vu son prix ou en vo...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis presque certain que tu adorerais.

      Supprimer
  8. J'ai vu passer ton avis sur le groupe Picabo ce matin, et waouw, ce roman me tente plus que franchement! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quoi le groupe Picabo ????!!!

      Supprimer
    2. C'est un groupe de passionnés de littérature nord-américaine sur FB ;)

      Supprimer
  9. Je ne suis pas du tout western, mais j'ai remarqué que le genre connait une Renaissance. As-tu entendu parler de Vengeance Road? C'est un roman écrit entièrement dans le dialecte cowboy. I says au lieu de I said, etc.

    p.s. Je suis nouvelle sur la blogo, mais je suis ton blog depuis un bout déjà!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce roman n'a rien à voir avec les cow-boys au final.

      Supprimer
  10. J'avais repéré cette auteure mais Le bon larron ne m'inspirait pas trop, celui-ci, et surtout ce que tu en dis... ça me tente carrément !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu peux me faire confiance sur ce coup-là.

      Supprimer
  11. Comme les autres, le mot western moderne m'effraie un peu! Par contre quand je lis relation père-fille et talent de conteur, j'ai envie de me laisser tenter!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux te laisser tenter, je ne pense pas que tu le regrettes.

      Supprimer
  12. Eh bien ! Je ne me serais a priori jamais arrêtée sur ce roman ! Mais il a l'air diablement original et ton enthousiasme est communicatif ! Je vais aller regarder ça de plus près...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que je suis très enthousiaste, et que cet enthousiasme n'est pas feint, je te le garantis.

      Supprimer
  13. ça a l'air passionnant, je note le titre !

    RépondreSupprimer
  14. Le mot "western" a plutôt tendance à me faire fuir mais tu en parles bien, je le note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faut surtout pas s'arrêter sur ce mot à propos de ce roman.

      Supprimer
  15. J'allais passer allègrement parce que bon, l'histoire comme ça me disait moyen mais ton enthousiasme à la fin est très communicatif. Ça me donnerait presque envie d'y jeter un oeil quand même, on ne sait jamais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas certain que ce soit ta came, je ne sais pas ce que tu en penserais.

      Supprimer
  16. J'ai lu avec enthousiasme le précédent roman d'Hannah Tinti paru en France qui je crois est passé assez inaperçu. A te lire, il me semble que celui-ci me plairait aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais de mon coté me pencher sur le roman dont tu parles.

      Supprimer
  17. Bon... et encore un que je vais avoir envie de lire...

    RépondreSupprimer
  18. un western moderne, ahhh, ça me parle! Merci!
    Violette

    RépondreSupprimer
  19. Pas tentée par ce western moderne, je n'aime pas le genre (no moderne, ni ancien d'ailleurs).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourtant je reste persuadé qu'il te plairait celui-là.

      Supprimer
  20. J’avais lu son précédent roman d'inspiration dickensienne et j'avais beaucoup apprécié cette lecture. je suis ravie de voir que son nouveau roman est à la hauteur de mes attentes. Je le mets en bonne place sur ma liste de lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vraiment adoré, je lirai son premier roman avec grand plaisir maintenant.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !