jeudi 13 juillet 2017

Des femmes remarquables - Barbara Pym

Une lecture à contre-courant. Tellement pas mon truc les turpitudes de la midddle class anglaise de l’après-guerre. Et le moins que l’on puisse dire c’est que Mildred, la narratrice, vieille fille se qualifiant elle-même « d’inutile », ne vend pas du rêve.

Mildred est une trentenaire célibataire travaillant à mi-temps et consacrant le reste de son temps à sa paroisse. Une paroisse dirigée par un pasteur qui vient de céder aux avances d’une veuve pendant que dans l’immeuble de Mildred s’installe Helena, une anthropologue dont le mari Rocky, soldat, va bientôt revenir d’Italie. Le couple n’est pas un modèle de vertu, Helena semblant attirée par son collègue Everard Bone et Rocky ayant multiplié les conquêtes pendant son passage sous les drapeaux. Mildred observe les comportements des uns et des autres. Elle est souvent associée malgré elle aux événements et doit constamment prendre parti. Son cas personnel ne semble pas intéresser grand monde et si Rocky ne la laisse pas insensible, elle ne se fait pas la moindre illusion quant à la suite de leur relation.

Outch ! Voila ce que j’ai pensé au départ. Une grenouille de bénitier qui passe son temps à boire du thé et à échanger des cancans, à préparer des ventes de charité et à entretenir son intérieur, c’est au-delà de ce que je peux supporter. Mildred est le genre de personne dont le cœur se réchauffe « à la pensée des êtres si bons et si simples qui [mènent] une existence peu compliquée ». Rien que ça. Rock'n Roll la Mildred !

Et pourtant j’ai lu le roman jusqu’au bout. Sadomasochisme ? Même pas. En fait, je ne me suis pas ennuyé une seconde avec l’ennuyeuse Mildred. Parce que le récit est traversé par un humour typiquement british et une pointe d’ironie aussi discrète que malicieuse. Parce que Barbara Pym, ayant elle-même étudié l’anthropologie, propose une étude de mœurs où elle observe par le petit bout de la lorgnette le quotidien de gens ordinaires et que j’aime cette façon de procéder. L’intrigue est réduite à son strict minimum, c’est indéniable, mais l’intérêt réside dans cette observation méticuleuse à la fois sans concession et pleine de tendresse. Un roman qui vaut surtout pour son ambiance, ses dialogues et son flegme si britannique.

Au final je ne suis pas mécontent d'avoir nagé à contre-courant. Et je suis surtout ravi d’avoir enfin découvert la plume pleine de charme de Barbara Pym.

Des femmes remarquables de Barbara Pym (traduit de l'anglais par Sabine Porte). Belfond, 2017. 320 pages. 17,00 euros.




40 commentaires:

  1. Le début est loin d'être prometteur, mais je ne peux que céder au côté so british.

    RépondreSupprimer
  2. Ouf, Jérôme VS Barbara Pym, ça s'est bien passé. Je suis accro à la dame, et encore, ce n'est pas celui que je préfère (oh elle est capable de nous étonner, tu sais) L'humour british et des litres de thé, ça marche!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ce qui est des litres de thé, permets-moi d'en douter^^

      Supprimer
  3. C'est clair que le plot ne m'excite pas plus que ça...

    RépondreSupprimer
  4. Quel saut dans l'inconnu ! Bravo Jérôme ! j'ai découvert cette auteure par Keisha, mais moi, j'étais déjà toute acquise à la cause de la sauce so british ...

    RépondreSupprimer
  5. Je suis ravie que tu aies enfin succombé au charme de cette vieille anglaise que j'adore. Oui, on lit le pitch en se disant que ça va pas être possible et en fait on embarque malgré soi dans ses histoires de pasteurs et vieilles filles !

    RépondreSupprimer
  6. C'est une auteure que je me promets de découvrir depuis longtemps...

    RépondreSupprimer
  7. Une auteure que je ne connais pas et j'ai bien envie de sauter le pas

    RépondreSupprimer
  8. Je ne connais pas, mais l'humour anglais, j'adore !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'aime bien, à petite dose cela dit.

      Supprimer
  9. Keisha m'a déjà donné envie de lire la dame, mais si tu t'y mets aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On va finir par te convaincre définitivement :)

      Supprimer
  10. Ahaha, bravo, bravo ! Bon, je sens que tu n'en feras pas ton quatre heures régulier (pas assez d'écorchés vifs ou de losers là-dedans je crois^^), on est clairement à 1000 lieues de tes ambiances américaines favorites, mais bon, tu as goûté et tu as quand même apprécié. Je n'ai pas encore testé Barbara Pym de mon côté mais a priori ça devrait plutôt bien passer aussi.:-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas certain d'y regoûter tout de suite, non, mais je ne regrette pas d'être sorti de mes sentiers battus.

      Supprimer
  11. Barbara Pym chez Jérome !!!!!ce n'est pas une si grande surprise en réalité car cette écrivaine a un grand talent que tu sais toujours reconnaître.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle a un talent incontestable, il faudrait être de mauvaise foi pour dire le contraire.

      Supprimer
  12. Je n'ai jamais lu Barbara Pym, et je ne m'attendais pas à ce que ce soit toi qui me donne envie d'essayer!

    RépondreSupprimer
  13. C'était pas gagné. Bravo à toi d'être allé jusqu'au bout.

    RépondreSupprimer
  14. Je ne pense pas que je vais succomber (je préfère retrouver l'humour british chez Jonathan Coe;-) ) mais ça semble tout de même sympathique :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Longtemps que je n'ai pas lu Coe, tiens.

      Supprimer
  15. Je n'ai jamais lu Barbara Pym mais ton avis lève des réticences (les mêmes que les tiennes).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apparemment elle a écrit d'autres choses meilleures que ce roman-ci.

      Supprimer
  16. J'ai lu cet auteur il y a des décennies! Bon, peut-être une. Mais je n'en ai jamais parlé sur le blog. Tu me donnes envie de replonger dedans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A voir si tu aurais le même ressenti des décennies après 😉

      Supprimer
  17. Je l'ai lu il y a qq semaines. Pas mon favori de cette auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai cru comprendre qu'il y avait mieux dans sa bibliographie en effet.

      Supprimer
  18. Il est dans ma PAL, j'espère qu'il me plaira ^^

    RépondreSupprimer
  19. Ah l'humour british vient à bout de tout! ^^
    J'adoooooooore

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment un humour unique au monde.

      Supprimer
  20. Tu vois que ce n'est pas si mal Barbara Pym !!! Comme toi, j'apprécie sa manière d'étudier ses personnages et leurs moeurs, son humour fin et plein d'ironie, sa tendresse pour le petit monde qu'elle nous présente.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne regrette absolument pas de l'avoir découverte, c'est certain !

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !