mercredi 12 septembre 2012

Lakota de Paolo Serpieri

Serpieri © Mosquito 2012

Vous connaissez Paolo Serpieri ? Druuna, ça vous dit quelque chose ? Allons, messieurs les amateurs de BD, ne faites pas semblant, je sais que vous n’ignorez rien de cette charmante jeune fille (et surtout pas sa plastique avantageuse). Il faut peut-être vous rafraîchir la mémoire ?  Ok, jetez-donc un coup d’œil ci-dessous, un petit dessin vaut mieux qu’un long discours. 



C’est bon, vous y êtes maintenant ? Serpieri, donc, est essentiellement connu pour cette série post-apocalyptique dans laquelle il met en scène une héroïne pulpeuse et peu farouche. Mais à ses débuts ce dessinateur italien ne donnait pas dans la SF érotico-porno. En 1975, il publie dans les magazines Skorpio et Lanciostory des récits historiques se déroulant au Far West. Les éditions Mosquito rééditent aujourd’hui quelques uns de ces récits de jeunesse et force est de constater que Serpieri y expose déjà une sacrée maturité graphique. Du noir et blanc ultra réaliste qui peut certes apparaître aujourd’hui un brin daté mais qui, personnellement, me convient parfaitement.

Cinq épisodes différents composent ce recueil. Les trois premiers retracent la vie du chef sioux Crazy Horse et plus particulièrement la période allant de la victoire indienne à Little Big Horn jusqu’à sa mort le 5 septembre 1877. Le deux derniers reviennent sur cette fameuse bataille mais du point de vue des tuniques bleues et notamment à travers l’histoire du célèbre lieutenant-colonel Custer qui mourra au cours de l’assaut donné par les indiens.

Faisant fi de la représentation fantasmée des « peaux rouges » que proposaient nombre de publications de l’époque, Serpieri et son scénariste Raffaele Ambrosio reviennent vers des fondamentaux historiques en s’appuyant sur une rigoureuse documentation. Décors, vêtements, traditions… tout est respecté à la lettre. Au final, le lecteur découvre la complexité des relations inter-indiennes au moment où nombre d’entre eux commencent à être parqués dans des réserves.

Je sais bien que le western, un genre usé jusqu’à la corde, n’est pas la tasse de thé de tout le monde. Je sais bien qu’un tel album, en noir et blanc et avec un dessin pareil, rappellera à certains l’histoire de France en BD des éditions Larousse et sera immédiatement associé avec mépris à la bande dessinée à papa qui prend la poussière dans le grenier. Bref, je sais bien que je ne soulèverais pas un élan d’enthousiasme avec ce titre. A vrai dire, peu m’importe. J’aime ça, la BD à papa, et quand les éditeurs font l’effort de remettre sur les rayons des librairies un tel patrimoine, je ne peux que m‘en réjouir… et vous en parler.


Lakota de Paolo Serpieri. Mosquito, 2012. 82 pages. 18 euros.



Serpieri © Mosquito 2012







Ce billet signe une nouvelle contribution au challenge il viaggio de Nathalie




24 commentaires:

  1. Réponses
    1. Je me doutais que tu ne serais pas tentée par un titre pareil^^

      Supprimer
  2. yihou, un indien avec un colt, ça m'interpelle et possible que ça me tente, voilou ! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cool, je ne pensais tenter personne avec cet album, tu seras sans doute l'exception qui confirme la règle.

      Supprimer
  3. J'avoue que tu as vu juste, je ne suis pas tentée... pourtant j'aime les histoires de western !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être que c'est un album trop old school ?

      Supprimer
  4. Oh que c'est vilain de venir tenter les gens avec un dessin pareil :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon, tu crois que ce dessin est quelque peu osé ????

      Supprimer
  5. C'est un super idée cette bd et je sais à qui je vais conseiller ton billet! Merci bien!

    Pauline,
    Entre Les Pages : http://areader.over-blog.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien content de voir que mon billet puisse t'être utile.

      Supprimer
  6. Une chose est sûre... ton enthousiasme fait plaisir à lire ! Vive la "BD à papa" ! ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Puisque tu l'aimes, tu as eu tout à fait raison de présenter cette BD qui n'est cependant pas pour moi. Ce n'est pas le genre qui me plaît!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quand même un genre très particulier.

      Supprimer
  8. Effectivement le western n'est pas ma tasse de thé. :-)
    Mais Druuna fait partie de mes projets de lecture. C'est une lacune dans ma culture générale!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Druuna est une série vraiment particulière dont j'ai lu les premiers tomes avec un certain plaisir avant de perdre le fil. ça reste néanmoins un titre culte pour beaucoup d'amateurs de SF en BD.

      Supprimer
  9. Moi je ne lis pas d'histoire avec des indiens : je me suis jamais remise du Dernier des mohicans, c'est trop triste, ça finit toujours mal. Mais les dessins ont l'air très réussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans celle-ci l'avantage (si je puis dire) c'est que ça se finit mal à la fois pour les indiens et pour les tuniques bleues. Chacun en prend pour son grade.

      Supprimer
  10. Je n'aime pas trop ce type de BD moi non plus... Mais c'est l'occasion de te dire que je t'ai tagué, si ça te dit ! ;)

    RépondreSupprimer
  11. Les dessins sont superbes. Je note car cette BD pourrait réjouir un amateur de western.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, pour un amateur de western, c'est un beau cadeau.

      Supprimer
  12. Ah oui Druuna, on ne doit pas la regarder dans les yeux ;-)
    Le dessin est très beau et j'aime bien les histoires d'Indiens !
    Bises et bon WE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile en effet de la regarder dans les yeux. Il faut dire qu'elle a d'autres arguments^^

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !