dimanche 21 février 2010

Ma voie de père

Hiroshi Hirata est un auteur de Gekiga (mangas traitant de sujets graves) dont les séries mettent en scène des samouraïs évoluant dans le japon médiéval. A la fin des années 80, Hirata quitte Tokyo avec sa femme et ses cinq enfants pour s’installer à Izu (un archipel d’une centaine d’îles situé au large de Tokyo). A cette époque, le mangaka est en pleine panne d’inspiration. Il ne parvient plus à mettre en route le moindre projet et plonge sa famille dans de graves difficultés financières.

Pour tenter de se remettre en selle, il démarre de petites histoires autobiographiques dans lesquelles il expose ses conceptions de la vie et de la philosophie. Il soumet son travail à l’un de ses anciens éditeurs qui accepte de le publier dans une revue pour ados et jeunes adultes, Youg Magazine. A raison de quatre pages hebdomadaires, cette œuvre inclassable va paraître pendant 31 semaines en 1990 avant de sortir sous forme de recueil à la fin de cette même année.

Pourquoi Ma voie de père peut être considérée comme inclassable ? La forme est originale : quatre pages, jamais une de plus. A chaque fois, un thème particulier est abordé, sans aucun lien avec l’épisode précédent ni le suivant. Quelques exemples : le manque d’inspiration, la musique, la sexualité, l’éducation des enfants, le travail, la confiance en soi, le sens de la vie… Un commentaire de sa femme vient ouvrir ou conclure chaque épisode. Là encore, le procédé apparaît singulier. Sur le fond, les réflexions d’Hirata ne sont pas celles d’un philosophe. C’est du brut de décoffrage avec des mots simples et un style très direct mais non dénué d’humour.

C’est un fait, Ma voie de père peut sans conteste être considérée comme une œuvre expérimentale, un ovni dans le monde très catégorisé des mangas. Seulement, cet aspect expérimental pose problème dans la mesure où tout cela semble fort décousu. Difficile parfois de suivre les digressions de l’auteur, surtout lorsqu’il multiplie les références à la langue japonaise et à ses finesses étymologiques. Pour le lecteur français, et malgré l’incroyable travail effectué par les traducteurs, il est très facile de perdre le fil.

Finalement, c’est Hirata lui-même qui définit le mieux la finalité de son propos en introduction à l’ouvrage : « Mon vœu le plus cher, si vous arrivez à lire [ce volume] jusqu’au bout, serait qu’au détour d’une page vous y trouviez à votre tour une pensée nouvelle, qui puisse vous aider d’une façon ou d’une autre dans votre propre vie, vous apporter confiance et détermination. »

Un dernier petit conseil si vous souhaitez vous lancer dans la lecture de ce manga : ne partez pas bille en tête avec l’idée de tout lire d’une traite. Choisissez plutôt de lire ses différentes historiettes de manière épisodique. Cela évitera que le recueil vous semble ennuyeux à mourir et finisse par vous tomber des mains.

Ma voie de père, d’Hiroshi Hirata, Éditions Delcourt, 2010. 15,00 euros.

L’info en plus : Pour découvrir le travail d’Hirata dans le genre Gekiga, je ne peux que vous conseiller la lecture de la série Satsuma, l’honneur des samouraïs. Six volumes en tout pour cette superbe histoire sombre et poignante mettant en scène des samouraïs devenus extrêmement pauvres dans le Japon du XVIIIe siècle.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !