mardi 9 octobre 2018

Papa est en bas - Sophie Adriansen

Le papa d’Olivia est arrivé en bas. Au rez-de-chaussée. Avant, sa chambre était à l’étage. Avant, il jouait au foot, il courait, il adorait les balades en forêt, il n’avait pas besoin de tenir la rampe de l’escalier pour monter les marches. Olivia a constaté cette évolution sans trop se poser de questions, au début du moins. Et puis l’évidence lui a sauté aux yeux : son papa avait un problème. Du coup elle a demandé des explications à sa mère, qui lui a tout avoué. Une maladie orpheline, dégénérative, inarrêtable. Et un quotidien chamboulé où la famille tente de tenir le cap dans la tempête. Sans nier la réalité, sans faire semblant de croire que tout va s’arranger, mais en essayant de prendre les choses comme elles viennent, sans se plaindre malgré les difficultés et l’inéluctable conclusion qui s’annonce…

Tellement difficile de parler de la maladie dans un roman jeunesse. Surtout d’une maladie incurable dont on connaît d’avance l’issue. Le risque est grand de sortir les mouchoirs, de verser des torrents de larmes, de crier à l’injustice. Sophie Adriansen n’a pas choisi ce chemin et c’est tant mieux. Son Olivia est une battante d’une étonnante maturité. Une jeube fille qui ne se voile pas la face mais parvient à faire face, avec pudeur et sans colère. Difficile de trouver le point d’équilibre, de montrer sa fragilité sans misérabilisme ni chercher à la rendre trop forte par rapport à la situation, au risque de la faire passer pour insensible.

Le trio familial est touchant de solidité dans l’adversité, la résignation se fondant dans une forme de sérénité apaisante. Un très beau texte, plein de vie, qui aborde à la fois la question de la maladie et du deuil avec une justesse et une sensibilité bouleversantes.

Papa est en bas de Sophie Adriansen. Nathan, 2018. 120 pages. 5,95 euros. A partir de 10 ans.





Une pépite jeunesse évidemment partagée avec Noukette






8 commentaires:

  1. Un livre que je lirais avec plaisir mais il est clair le sujet devat être délicat à traiter !

    RépondreSupprimer
  2. Encore une pépite, bouleversante cette fois encore.

    RépondreSupprimer
  3. Extrêmement tentant quand on connaît déjà le talent de cette auteure.

    RépondreSupprimer
  4. Sujet ô combien douloureux...! Il fallait le talent de Sophie Adriansen pour relever le défi...! Un texte qui marque et une vraie pépite oui !

    RépondreSupprimer
  5. un livre qui doit toucher les enfants c'est bien que l'auteure ait su le traiter avec délicatesse.

    RépondreSupprimer
  6. Non mais il faut vraiment que je lise Sophie ! Je sais, je ne cesse de le dire.^^

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !