mercredi 17 janvier 2018

Fondu au noir - Ed Brubaker, Sean Phillips et Elizabeth Breitweiser

Hollywood, 1948. Le scénariste Charlie Parrish se réveille dans une baignoire après une nuit de beuverie. A ses cotés se trouve le corps sans vie de Valeria Sommers, LA star du studio pour lequel il travaille. Constatant que la jeune femme a été étranglée et n’ayant aucun souvenir des heures précédentes, il s’enfuit sans demander son reste. Apprenant que le meurtre a été maquillé en suicide par ses patrons pour éviter un scandale, Charlie essaie de recoller les pièces du puzzle pour comprendre ce qu’il s’est passé au cours de la funeste soirée. Ce faisant, il met le doigt dans un engrenage qui risque de le broyer sans la moindre pitié.

Un noir serré, amer, sans un gramme de sucre. Il faut s’accrocher au départ pour s’y retrouver dans la foultitude de personnages (merci le trombinoscope présent au début de l’album !) mais une fois les repères trouvés, on se régale de bout en bout. L’atmosphère pesante de l’industrie du cinéma de la fin des années 40 avec ses stars ingérables, ses producteurs véreux et ses scénaristes alcooliques est rendue à la perfection. La dimension politique (chasse aux sorcières communistes dans tous les studios d’Hollywood) est un élément majeur de l’intrigue. Manipulation, corruption, règlements de comptes et secrets inavouables rythment une histoire sans temps mort aux nombreux rebondissements.

Les personnages ont tous une vraie densité, leur évolution psychologique est extrêmement crédible et leurs relations particulièrement  travaillées. Un vrai plaisir de se plonger dans ce polar poisseux à souhait, porté par les dessins aussi sombres que réalistes d’un Sean Phillips au sommet de son art. Bars miteux à peine éclairés, femmes fatales en robe fourreau, tapis rouge, chapeau en feutre, verre de whisky dans une main et cigarette dans l’autre, l’ambiance de l’époque, digne d’un roman de Raymond Chandler ou de Ross MacDonald, fascine autant qu’elle effraie.

Un album diaboliquement vénéneux à la mécanique sans faille. Efficace et  addictif.


Fondu au noir d’Ed Brubaker, Sean Phillips et Elizabeth Breitweiser. Delcourt, 2017. 380 pages. 39,95 euros.


Une lecture commune partagée avec Mo.



Toutes les BD de la semaine sont à retrouver chez Stephie









60 commentaires:

  1. Tout pareil comme toi, Monsieur ! Un brin décoiffée au début le temps de m'y retrouver mais ensuite, c'est un vrai régal. Je m'attendais à un dénouement encore plus trash cela dit !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le dénouement est à la hauteur du reste je trouve. Chouette lecture commune en tout cas !

      Supprimer
  2. Comme je disais chez Mo juste avant, je ne suis pas sûre d'accrocher mais j'ai bien envie d'essayer. Ton avis augmente d'ailleurs cette envie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est assez particulier il faut le reconnaître.

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Ah oui, pour un pavé c'est un vrai pavé !

      Supprimer
  4. Oh oh, une sacrée BD quand même... Presque 400 pages !!!! Toi qui n'aiment pas les pavés 😁

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les pavés en BD je ne dis jamais non ;)

      Supprimer
  5. Je ne suis pas étonnée que tu aies trouvé ton compte dans ce polar costaud ! Il était fait pour toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'étais dans mon élément on va dire ;)

      Supprimer
  6. 400 pages en plus ? Rah, non, sans façon ... Malgré ton billet très tentant ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si à la base ça ne t'attire pas plus que ça, ce n'est pas le nombre de pages qui va te convaincre ;)

      Supprimer
  7. Malgré vos avis plus que positifs, je passe!

    RépondreSupprimer
  8. le billet de Mo' est tentant, le tien confirme cette envie!

    RépondreSupprimer
  9. Réponses
    1. Mais un pavé qui s'avale d'une traite !

      Supprimer
  10. Je ne passe pas, j'adorerais m'y plonger !

    RépondreSupprimer
  11. Réponses
    1. Ce n'est pas très gai, je ne vais pas te dire le contraire.

      Supprimer
  12. encore une de plus à noter dans ma wish list, c'est pas malin, ça ;-)

    RépondreSupprimer
  13. Malgré ton enthousiasme et après avoir lu l'avis de Mo', ce titre ne m'attire pas vraiment.

    RépondreSupprimer
  14. J'ai adoré, moi aussi, ce "polar noir". En plus, j'ai al chance d'interviewer Mr Sean Phillips à Angoulême.

    RépondreSupprimer
  15. Pouh pouh pouh, ça a l'air très bon en effet ! 380 pages ? Wouahou ! Faut que je vois la bête en librairie. Ça m'étonnerait que je le trouve à la bib' pour l'instant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il va sans doute falloir attendre un petit peu en effet.

      Supprimer
  16. Bon. J'avais décidé de ne pas le lire suite au billet de Mo' mais là, je ne sais plus... peut-être que ça va arriver un jour à la bibliothèque. Un jour. Le temps que ça traverse l'océan.

    RépondreSupprimer
  17. Très tentant. J'ai un peu peur tout de même de l'épaisseur du truc koa ! Et pourtant ce n'est pas de moi (m'enfin, j'me comprends !)
    Des bises jeune homme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi qui pensais que tu n'étais jamais impressionnée par la taille:p

      Supprimer
  18. Déjà le titre et la couverture m'attirait diablement, alors avec vos avis en plus, je la lirai, c'est sûr !

    RépondreSupprimer
  19. Réponses
    1. Je ne suis pas polar mais j'ai quand même beaucoup aimé.

      Supprimer
  20. 3 auteurs/dessinateurs pour cet album, il doit en effet être bon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il fait bien ça pour concocter un tel pavé.

      Supprimer
  21. Comme dit à mo', votre enthousiasme ne sera pas suffisant cette fois ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sera pour une prochaine fois alors; )

      Supprimer
  22. Au début je croyais que c'était un roman ! Il semble un peu sombre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très sombre oui, une vraie histoire noire !

      Supprimer
  23. Moyennement tentée par cet album, je passe pour celui-ci, désolée

    RépondreSupprimer
  24. wouah, ça a tout pour me plaire ! merci pour la découverte !!!

    RépondreSupprimer
  25. Pas sûre que ce soit ma came même si l'addiction semble au RDV.

    RépondreSupprimer
  26. Un polar poisseux ? Mais c'est une BD pour moi !!!

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !