vendredi 1 avril 2011

Le garçon qui volait des avions

Vous vous souvenez de Colton Harris-Moore ? Cet adolescent américain a défrayé la chronique l’an dernier au moment de son arrestation. Surnommé le bandit aux pieds nus, il vivait de rapines dans les demeures cossues servant de maison de campagne aux riches habitants de Seattle. Pendant deux ans, il a nargué les forces de police, se cachant dans les bois, toujours en mouvement, insaisissable. Sa « carrière » a commencé lorsqu’il avait huit ans, le jour où il a cambriolé son école. Par la suite, ce furent des glaces, des pizzas, des consoles et des jeux vidéo chez les voisins. A dix ans, on le plaça en foyer. Il s’évada presqu’aussitôt pour passer à la vitesse supérieur : vol de voitures, de bateaux et, pour finir en beauté, les avions. Uniquement des Cessna, qu’il parvenait à faire décoller sans jamais avoir pris un cours de pilotage.

Colton Harris-Moore le sauvageon, honni par la population locale, est devenu une star adulée par des ados du monde entier et ayant des dizaines de milliers de fans sur Facebook. On imprima même des Tee-shirt à son effigie ! Sa cavale éperdue prit fin le 11 juillet 2010 après une spectaculaire poursuite en bateau dans un port de l'île des Bahamas.

Élise Fontenaille imagine les derniers jours de liberté du « héros ». Optant pour le mode choral, elle donne successivement la parole à la mère de Colton, à la policière censée l’avoir arrêté, à l’éducatrice qui l’a accueilli au foyer ou encore aux voisins qui se sont organisés en véritable milice pour traquer ce sale gosse venant piller leur congélateur. Le gamin s’exprime lui aussi. Il raconte son enfance très perturbée dans la caravane familiale. Une mère alcoolique, un père qui a tenté de l’étrangler lorsqu’il était bébé. Il parle de ses nuits passées seul dans les bois. Cette fatigue engendrée par le fait de devoir toujours se tenir aux aguets. Et la certitude que tout cela allait prendre fin un jour, peut-être pour son plus grand soulagement.

L’auteur prend parti et ne s’en cache pas. Son texte est un docu-fiction qui fait de Colton une victime, un héros : « Colton ressemble un peu à mon fils Rémi, qui, justement, pose en couverture du Garçon qui volait des avions. Bref, Colton m’a mis dans sa poche. Il avait toutes les forces de police des États-Unis à ses trousses, alors qu’il n’avait jamais agressé personne ! Personne ne l’avait jamais vu. Il ne volait que les riches (il entrait dans les belles maisons de vacances où l’on ne va jamais) et vivait dans les bois, seul, sans l’aide de quiconque, à quinze ans… ça aussi, ça m’épatait. Comme des milliers d’ados dans le monde entiers, et quelques adultes aussi, je suis devenue une fan de Colton sur Facebook, priant pour qu’il ne se fasse jamais prendre. Le jour où on l’a attrapé et jeté en prison en juillet 2010, j’ai écrit Le Garçon qui volait des avions en trois jours et trois nuits » (extrait du Making off du roman).

Le parti pris peut être discutable mais l’auteur l’assume avec franchise et lucidité. Pour le coup, l’exercice est parfaitement maîtrisé et nul doute que ce tout petit roman fera vibrer les lecteurs, petits ou grands, qui ont gardé une âme de sauvageon.

Le garçon qui volait des avions d’Élise Fontenaille, Le Rouergue, 2011. 60 pages. 8,00 euros. A partir de 13 ans.

4 commentaires:

  1. C'est un poisson d'avril Jérôme ? Ou alors je vis sur une autre planète, je n'ai jamais entendu parler de ce garçon....

    RépondreSupprimer
  2. Nan, le livre existe réellement... en tout cas, tout semble aller dans ce sens.
    Biz

    RépondreSupprimer
  3. Je n'avais même pas fait attention à la date. C'est histoire est absolument authentique. Il suffit de taper Colton harris Moore dans google et on accède à tous les articles publiés au moment de son arrestation en juillet dernier. Tous les journaux de France en ont parlé (mais bon, en plein mois de juillet, ce genre d'info peut facilement passer inaperçue...)

    RépondreSupprimer
  4. Je n'avais jamais entendu parler de cette histoire de dingue ! Dommage que ce soit un docu-fiction, je n'aime pas ça. Soit docu, soit fiction mais avec les deux on risque la confusion.

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !