mercredi 29 janvier 2020

Senso - Alfred

Un gars qui arrive avec six heures de retard à son hôtel après une galère de train, qui perd la réservation de sa chambre parce qu’il ne l’a pas confirmée et qui se rend compte que le vernissage de l’expo pour laquelle il s’est déplacée a en fait eu lieu la semaine précédente ne pouvait que me plaire. Germano n’a vraiment pas de bol. Le voilà en fin de journée, prêt à passer la nuit sur une banquette devant la réception alors qu’autour de lui tout le monde s’active pour le mariage dont la cérémonie va bientôt commencer dans le parc de l’hôtel. La chaleur écrasante annonce un orage tonitruant et le pauvre Germano erre comme une âme en peine.

Quelle est belle cette nuit blanche passée avec un loser aussi attachant ! Un anti-héros un peu à côté  de la plaque, maladroit, rêveur, sans ambition particulière. La balade nocturne de Germano l’amènera à faire une belle rencontre, de celles que l’on n’attend pas, dont on n’attend rien et qui se transforme, comme une évidence, en doux souvenir pour toute une vie. La belle rencontre de deux êtres à la dérive, qui se demandent ce qu’ils font là, dont on ne sait pas grand-chose et dont on ne saura rien de la suite de leur rencontre.

Sans effet de manche inutile Alfred déroule une partition dominée par un minimalisme graphique au charme fou. Comme son personnage il prend son temps, il musarde, il déambule, se laisse aller, joue des silences et souligne le calme apaisant de la nature.

Le récit dégage une atmosphère sensuelle et poétique au rythme syncopé, entre lenteur et légers coups d’accélérateur. Senso est une ode au lâcher prise et à l’instant présent, un album intimiste où l’introspection prend le goût et la douceur d’une chaude nuit été. Absolument délicieux.


Senso d’Alfred. Delcourt, 2019. 158 pages. 20,00 euros.

Un grand merci à Mo qui a eu la gentillesse de me faire ce beau cadeau à Noël.




















38 commentaires:

  1. Tiens, ça, ça a tout pour me plaire. On ne résiste pas à une telle mise en scène de départ.

    RépondreSupprimer
  2. Ohhh, suis ravie que tu te sois régalé M'sieur ! ;)
    Quel bel album. Quelle belle échappée cet ouvrage nous offre !

    RépondreSupprimer
  3. T'y confirmes l'envie de le lire !

    RépondreSupprimer
  4. "Come prima" était aussi un bel album, tendre et souvent lumineux. Je note celui-ci.

    RépondreSupprimer
  5. Un album qui est sur le point d'arriver à la bibliothèque, chic !

    RépondreSupprimer
  6. Très tentée par celui-ci, j'avais adoré "Come prima" !

    RépondreSupprimer
  7. Ton dernier paragraphe me parle et le charme de cette BD opère déjà! Je pense la feuilleter prochainement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu tomberas à ton tour sous le charme.

      Supprimer
  8. Il faudra que je mette le nez dedans, je commence à être curieuse

    RépondreSupprimer
  9. Ah j'aime beaucoup aussi les anti-héros losers attachants. Il faudra que j'y regarde de plus près !

    RépondreSupprimer
  10. loser .. forcément que tu allais adorer ! je le note ;-)

    RépondreSupprimer
  11. je le lirai… j'avais commencé à le feuilleter en librairie avec ma fille de 11 ans à côté… pas bonne idée ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, les premières pages ne sont pas pour les enfants :)

      Supprimer
  12. Il a l'air trop bien! Je note le titre.

    RépondreSupprimer
  13. "Le goût et la douceur d'une chaude nuit d'été", je prends!!!

    RépondreSupprimer
  14. Il faut absolument que je la lise, hop encore un titre ajouté!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On n'arrête jamais d'en ajouter, c'est tout le problème.

      Supprimer
  15. Que je l'ai aimée cette BD ! j'avais l'impression d'être avec eux !

    RépondreSupprimer
  16. Une ode au lâcher prise et à l’instant présent... tout à fait, j'ai adoré cette parenthèse de lecture !

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !