mardi 14 janvier 2020

San foi ni loi - Marion Brunet

Garett est un ado élevé par un père pasteur extrêmement sévère dans l’ouest américain de la fin du 19ème siècle. Lorsque le jeune homme croise la route de la hors-la-loi Ab Stenson, sa vie bascule. Kidnappée  par la pilleuse de banque, il est ramené par cette dernière après des jours de fuite à cheval dans la ville où elle a grandi. Garett découvre dans cette cité poussiéreuse des mœurs auxquelles il n’est pas habitué. Le saloon, les parties de poker, l’alcool qui coule à flot, les filles de mauvaise vie et les hommes à la gâchette facile. Il va y faire des rencontres  qui vont bouleverser son existence, trouver l’amour auprès de la belle Jenny, l’amitié auprès de Will et Sean et surtout le goût de la liberté.

Un western abrasif, incandescent, qui ne s’embarrasse pas de faux-semblant. Nulle question d’arrondir les angles pour Marion Brunet, le langage est cru, la violence bien réelle, les relations complexes. Mais au-delà des marqueurs du genre (action, aventure, grands espaces, chevauchées sauvages, cow-boys mal dégrossis, fusillades, ennemis à fuir ou à poursuivre, comptes à régler…), elle décline une partition subtile autour de sujets qui lui sont chers. A travers la figure emblématique de la fougueuse Ab notamment, incarnation de la femme de caractère, forte et indépendante, forcément inacceptable pour l’époque (et encore bien mal acceptée de nos jours d’ailleurs). Mais aussi avec des thématiques sociales et familiales telles que la misogynie donc, le racisme (envers les esclaves et les indiens), les liens indéfectibles de l’amitié ou encore la complexité des rapports parents-enfants.

Portrait de femme, hymne à la liberté, roman d’apprentissage et roman d’aventure fracassant, ce western crépusculaire est aussi beau que douloureux, aussi triste qu’émouvant. De la littérature jeunesse intelligente, sans concession, qui bouscule les lecteurs et, quelque part, les exhorte à prendre en main leur destin pour ne cesser d’en rester maître.

San foi ni loi de Marion Brunet. Pocket Jeunesse, 2019. 220 pages. 16,90 euros. A partir de 15 ans.




Une pépite jeunesse partagée avec Framboise et Noukette







20 commentaires:

  1. On me l'a conseillé quand j'ai demandé LE livre à lire en 2020... vous en rajoutez une course!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être pas LE livre de l'année mais c'est un excellent roman jeunesse.

      Supprimer
  2. Bon, je crois qu'il va finir sur ma PAL... :)

    RépondreSupprimer
  3. un western pour les ados ! l'idée est sympa

    RépondreSupprimer
  4. Bon encore un qui me tente mais mes affaires ne s'arrangent guère question retard ....

    RépondreSupprimer
  5. Et une pépite jeunesse 2020 ! Une !
    Merci pour cette présentation qui fait l'unanimité de votre quatuor !
    Bises

    RépondreSupprimer
  6. Mais nos ados connaissent le western ? Ce n'est pas trop as-been ?!

    RépondreSupprimer
  7. un roman d'aventure palpitant, je trouve qu'il n'y en n'a pas tant que ça en jeunesse justement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que c'est assez rare. De cette qualité surtout.

      Supprimer
  8. Tiens, un western jeunesse ? Intéressant ! Enfin, non pas que je me précipite habituellement sur les westerns adulte mais là ça m'intrigue.

    RépondreSupprimer
  9. Marion Brunet est un caméléon, elle arrive à se fondre dans n'importe quel paysage, j'adore !!

    RépondreSupprimer
  10. J'ai beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup aimé Frangines et j'aime ce que tu dis de ce livre. Donc je le note et te remercie.

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !