mardi 6 novembre 2018

Loukoum mayonnaise - Olivier Ka

Avant de partir travailler en Égypte, son pays d’origine, le père de Victor le confie à ses grands-parents maternels, en pleine campagne belge. Ses grands-parents paternels, vexés de ne pas en avoir eu la garde, viennent souvent lui rendre visite et finissent par s’installer dans la maison juste en face. Les relations entre les deux grands-mères deviennent vite exécrables, les exactions se multiplient, la guerre est déclarée. Pris entre deux feux, Victor ne sait pas dans quel camp se ranger et vit de plus en plus difficilement sa double origine. Belge ou arabe, peu lui importe finalement, tout ce qu’il veut, c’est la paix !

Un roman qui m’a fait passer par plusieurs phases. D’abord un brin de scepticisme devant une intrigue cousue de fil blanc déjà vue cent fois. Un poil d’ennui aussi face à des situations répétitives et une intrigue qui semblait tourner en rond. La surprise ensuite en découvrant la tournure prise par les événements. La stupéfaction, enfin, en constatant à quel point Olivier Ka a su mener sa barque pour emporter mon adhésion.

Ce roman, qui aborde avec finesse les questions du racisme et de la haine ordinaire, montre à quel point la bêtise des adultes peut briser une enfance. D’abord otage de cette guerre des grands-mères à laquelle il ne comprend pas grand-chose, Victor en devient une victime. Finalement, il se rend compte qu’il n’était qu’une excuse pour déclencher les hostilités et qu’une fois ces dernières lancées, son cas personnel n’intéresse plus grand monde.

Il aurait été tellement plus simple, après le point culminant de l’affrontement, d’entrer dans une phase d’apaisement. Olivier Ka ne cède pas à cette facilité. Les points de vue demeurent irréconciliables et Victor comprend que chaque camp l’a manipulé, qu’il n’y en a pas un pour rattraper l’autre. Le cheminement de sa réflexion est superbement construit, la naïveté des premiers temps laissant place à la colère et à une forme de maturité qui force l’admiration. Surprenant et rondement mené.

Loukoum mayonnaise d’Olivier Ka. Le Rouergue, 2018. 150 pages. 12,00 euros. A partir de 11 ans.


Une pépite jeunesse évidemment partagée avec Noukette.








7 commentaires:

  1. Vous savez y faire toi et Noukette, pour nous donner très envie de le lire !!

    RépondreSupprimer
  2. Comme chaque mardi ou presque, je suis tenté !

    RépondreSupprimer
  3. Je l'avais repéré chez Choup (Y a de la joie) et il m'avait bien tentée déjà pour ses thématiques qui m'avaient l'air d'être judicieusement traitées. Peut-être un de mes prochains livres jeunesse (2019).^^

    RépondreSupprimer
  4. Une chose est sûre c'est qu'il sort des sentiers battus ce roman là ! J'avoue avoir été prise par surprise par la tournure des évènements !

    RépondreSupprimer
  5. C'était pas gagné au départ de ta lecture, pourtant.

    RépondreSupprimer
  6. le titre faisait penser à un livre drôle et finalement pas si drôle que ça!

    RépondreSupprimer
  7. Ah si c'est Olivier Ka, je ne peux qu'acquiescer!

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !