vendredi 11 mai 2018

The Promised Neverland - Kaiu Shirai et Posuka Demizu

Ça commence comme dans un rêve. Un orphelinat où les enfants s’épanouissent sous le regard attendri de celle qu’ils appellent « maman », où les lits sont douillets et les repas délicieux, où chacun a l’impression d’appartenir à la même famille et où l’on coule des jours heureux. Trente-huit enfants avec un numéro tatoué dans le cou qui ont pour seules consignes de ne pas s’approcher du portail et de ne pas franchir la barrière dans la forêt.

Tout s’écroule le jour où les trois pensionnaires les plus âgés découvrent que leur orphelinat chéri est en fait un élevage d’enfants destinés à finir dans l’assiette d’horribles monstres. Après le traumatisme de cette révélation, ils décident d’échafauder un plan pour s’évader en emmenant avec eux leurs camarades. Mais ils vont vite comprendre qu’il n’est pas simple de tromper la vigilance de leur « maman ».

LE manga de l’année. En tout cas le plus médiatisé, avec un premier tome tiré à 100 000 exemplaires et un démarrage en fanfare depuis son lancement le 25 avril. C’est ma grande fifille qui a absolument voulu le lire, je ne pouvais pas faire autrement que l’accompagner.

Verdict ? C’est drôlement bien fichu et drôlement addictif. Ce seinen (manga pour jeunes adultes) mêle habilement le fantastique, l’horreur et le suspens. Son pitch de prime abord simpliste ne cesse de gagner en profondeur, tournant dans les dernières pages à une partie d’échecs à huis clos où chaque camp avance ses pions en cachant son jeu.

Ça fonctionne parce qu’on se demande évidemment comment les choses vont tourner mais aussi parce que l’on se rend compte en même temps que les enfants qu’ils ne savent rien du monde extérieur, que les monstres auxquels ils sont destinés règnent peut-être sur toute la planète et qu’ils n’auront par conséquent aucune échappatoire s'ils parviennent à sortir de l'orphelinat.

Après, il faut voir ce que cela va donner sur la durée, un premier tome emballant ne présage en rien d'un avenir radieux mais dans son pays d'origine la série en est au huitième volume et ne cesse de voir son audience augmenter, ce qui est plutôt bon signe. De tout façon je me ferai ma propre idée puisque fifille compte bien lire la suite et que je vais évidemment l'accompagner.

The Promised Neverland de Kaiu Shirai et Posuka Demizu. Kazé, 2018. 192 pages. 6,80 euros.





12 commentaires:

  1. En voilà une belle idée de cadeau pour ma nièce! Merci!

    RépondreSupprimer
  2. Je n'arrive pas à me faire aux aspects conventionnels des dessins de Manga. C'est vraiment difficile pour moi car je sais que je passe à côté d'une génération de lecteurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne peut pas être sensible à tout en même temps.

      Supprimer
  3. Oooh je note de suite ! L'intrigue en partie d'échec sur la fin me parle beaucoup, et puis le pitch me dit bien aussi. Bon, je vais attendre qu'il en sorte quand même au moins 3 tomes avant de me lancer car rien de pire que le suspense sans autre choix que d'attendre la parution des tomes... Et sinon, je suis totalement passée à côté de la médiatisation de cette série ! Fou, ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jamais un manga n'a eu droit à une telle exposition médiatique, c'est vrai. Et le tome 2 sort aujourd'hui :)

      Supprimer
  4. J'ai beaucoup de mal avec les mangas, et en plus quand on ne sait pas combien de tomes il va y avoir ... je passe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La publication est toujours en cours au Japon donc on ne sait pas combien il y aura de tomes au final.

      Supprimer
  5. Il était en "tête de gondole" à la FNAC de Poitiers il y a quelques semaines, j'ai failli me laisser tenter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est en tête de gondole dans toutes les librairies j'ai l'impression !

      Supprimer
  6. Bon, bon, bon.... Pas ma came ça, à mon grand désespoir... J'essaye de me mettre un peu au manga mais pour l'instant c'est un échec cuisant :-D

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !