dimanche 6 mai 2018

Québec Bill Bonhomme - Howard Frank Mosher

1932. L’hiver a été trop rude dans le Vermont. Alors que le printemps s’annonce timidement, le bétail affamé a un besoin urgent de nourriture. Sans le sou, Québec Bill Bonhomme se lance pour sauver le troupeau de sa femme dans un vol de whisky de contrebande qui va mettre à ses trousses la bande du terrible Carcajou. Accompagné de son fils Wild Bill et de son beau frère Henry, Québec Bill va tenter coûte que coûte d’échapper au mal qui rôde dans les bois et sur les eaux limpides du lac Memphrémagog pour ramener la marchandise à bon port. Avec sa malice, son optimisme à toute épreuve et une forme de folie qui lui permettra de franchir des obstacles plus insurmontables les uns que les autres.

Un roman furieusement délirant, où tout s’enchaîne pied au plancher. Un roman à dévorer sans se poser de question et à prendre pour ce qu’il est, une farce picaresque sans limite qui enchaîne les péripéties improbables et les scènes rocambolesques. Au menu, voiture déglinguée, mâchoire brisée, flic décapité à coup de canon, train de marchandises qui déraille et whisky à gogo, le tout porté par des dialogues aux petits oignons et des personnages inoubliables, à commencer par notre héros éponyme d’un mètre cinquante qui voit du positif dans toutes les situations, surtout les plus dramatiques. Mention spéciale également à son ennemi Carcajou, diable incarné ne cessant de revenir d’entre les morts, même lorsque l’on est certain de s’en être débarrassé.
   
Au-delà du picaresque (qui est décidément l’adjectif résumant le mieux ce texte), Howard Frank Mosher propose une construction tout sauf linéaire qui permet, à travers les yeux du narrateur Wild Bill, de découvrir l’histoire de la famille Bonhomme depuis le 18ème siècle jusqu’à nos jours, l’événement de 1932 faisant office d’axe central autour duquel tout gravite.

Une lecture divertissante, drôle, frôlant parfois l’absurde et le fantastique. Une lecture de vacances parfaite qui m’a accompagné sur les plages bretonnes la semaine dernière pour mon plus grand plaisir.

Québec Bill Bonhomme d’Howard Frank Mosher  (traduit de l’anglais par Brice Matthieussent). Cambourakis, 2018. 440 pages. 13,00 euros.










13 commentaires:

  1. Ah ben voilà du picaresque et te voilà remis en selle !
    Et des vacances par dessus le marché !
    Bisous

    RépondreSupprimer
  2. Ah ben te revoilà sur pied ! Au vu du résumé, ce roman avait de grandes chances de te plaire, et puis Cambourakis, c'est quasi une valeur sûre. J'aime bien le titre déjà.

    RépondreSupprimer
  3. Purée! Je signe tout de suite!

    RépondreSupprimer
  4. Ca fait plaisir de lire un billet enjoué !

    RépondreSupprimer
  5. Ben au moins tu auras eu du plaisir à lire ! parce que côté météo des plages, la semaine dernière, c'était la Sibérie dans ma Bretagne !

    RépondreSupprimer
  6. Il a l'air complètement dingue ce roman!

    RépondreSupprimer
  7. Ça va mieux, le p'tit coup de mou livresque?

    RépondreSupprimer
  8. Eh ben voilà ! C'est reparti ! On the road again, Jérôme :-)

    RépondreSupprimer
  9. J'espère qu'en plus les plages bretonnes étaient au diapason de ta lecture.

    RépondreSupprimer
  10. J'avais beaucoup aimé ce roman et je suis contente que sa sortie en poche lui donne une nouvelle visibilité, à lui et au terrible Carcajou !

    RépondreSupprimer
  11. Je vois qu'avec ce titre tu retrouves l'engouement perdu...

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !