mardi 23 février 2021

Comment tu m'as fait mourir ? - Gilles Abier

A la veille d’un séjour à Londres, Félix décide d’écrire dans un carnet un texte dans lequel il imagine la mort atroce de tous les tortionnaires qui lui font vivre un cauchemar au lycée. Avec force détails il décrit les décès accidentels de ses camarades, variant les situations avec un plaisir non dissimulé. Le lendemain, les premiers événements de la journée (météo capricieuse, remplacement d’un prof accompagnateur par un autre, trajet en bus plutôt qu’en train vers le ferry) correspondent parfaitement au début de son histoire. A tel point que Félix en vient à se demander avec horreur si la fiction ne va pas rejoindre la réalité…

J’adore l’idée, j’adore le titre si explicite, j’adore la façon dont le récit est mené, j’adore la façon dont le personnage tellement atypique de Félix est incarné, j’adore le réalisme des dialogues et des interactions entre les ados et j’adore le fait que Gilles Abier soit allé au bout de son délire. Je dis bien délire parce qu’il faut quand même être sacrément fou pour décrire des horreurs pareilles avec autant de naturel, au point de convaincre le lecteur que l’enchaînement des situations est aussi logique qu’implacable. 

Bien sûr le bouchon est poussé très loin et l’auteur de La piscine était vide n’y va pas avec le dos de la cuillère. On sent même le narrateur ravi de la tournure prise par les événements, ravi de voir les bourreaux devenir victimes, sans sadisme ni délectation particulière mais sans jamais non plus s’appesantir sur leur cas. Félix prend sa revanche et, plus on découvre à quel point ses harceleurs ont été horribles avec lui, plus on en vient à se dire (presque) sans état d’âme que ce qui leur arrive est bien fait pour eux.

Les amateurs de manga auront sans doute en tête la référence à la cultissime série Death Note, même si l’aspect psychologique et moral n’est pas aussi poussé chez Félix que chez Light Yagami. Au-delà de Death Note, il y a du Guéraud dans ce texte. Ce côté « sans pitié », jusqu’auboutiste, cette forme de cruauté assumée de la première à la dernière ligne, cette volonté de ne pas offrir d’échappatoire ou de subterfuge qui permettrait d’arrondir les angles, c’est cinglant mais tellement efficace. Merci pour ce moment de lecture un poil dérangeant monsieur Abier, je me suis laissé embarquer dans votre cauchemar du début à la fin !

Comment tu m'as fait mourir ? de Gilles Abier. Slalom, 2020. 230 pages. 14,95 euros. A partir de 15 ans.



Une nouvelle pépite jeunesse partagée avec Noukette







5 commentaires:

  1. En lisant les premières lignes de ton article, j'ai en effet immédiatement pensé à Death Note.

    RépondreSupprimer
  2. ça titille ma curiosité même si je n'ai jamais lu le manga. Pas indispensable pour comprendre le livre, je pense?

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup ce genre de films mais jamais lu alors je note.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai adoré cette croisière sanglante ! Et du coup je me dis qu'il faudrait que je m'intéresse à Death Note pour mes collégiens non ? Une chose est sûre, je n'ai pas pu lâcher ce roman avant la fin !

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !