mardi 24 novembre 2020

Les chroniques d’Hurluberland volume 3 - Olivier Ka

 

« Pas un jour sans qu’une nouvelle bizarrerie vienne perturber notre quotidien ! »

Voilà, tout est dit. À Hurluberland, rien ne se passe normalement. Les habitants se dédoublent, une baleine menteuse s’échoue sur la plage, une machine à écrire prédit l’avenir, un dromadaire rose à pois vert sort d’un rêve tandis qu’un oiseau invite au voyage. Le lecteur, quant à lui, se laisser emporter dans tourbillon où la surprise surgit à chaque coin de page. 

Toujours un bonheur de retourner faire un tour à Hurluberland, petit village perdu au fond d’un lointain royaume qui n’est pas sans rappeler celui des schtroumpfs. Comme chez les schtroumpfs, chacun possède un rôle bien spécifique, d’Hector Boulocarré le boulanger à Eugène Boitaclou le bricoleur en passant par Alphonse Sauçobeurre l’aubergiste et Casimir Lapatauge le paysan grognon. Comme chez les schtroumpfs, le chef du village prend les décisions importantes et si les querelles démarrent vite, elles se terminent toutes dans la bonne humeur et dans un esprit de réconciliation collégiale.

Depuis trois volumes, Olivier Ka déploie son imaginaire débridé avec une infinie malice. C’est loufoque, drôle, surprenant, poétique, et souvent non dénué d’une certaine morale. Dix histoires, dix bizarreries, dix moments d’évasion loin de la grisaille ambiante, il serait bête de s’en priver par les temps qui courent.

Les chroniques d’Hurluberland T3 d’Olivier Ka. Éditions du Rouergue, 2020. 168 pages. 9,90 euros. A partir de 8 ans


Une nouvelle pépite jeunesse partagée avec Noukette








mercredi 18 novembre 2020

#Balance Ta Bulle

Il y a ce gars qui te pelote dans la rue, celui qui tente de t’agresser dans les toilettes d’une boîte de nuit, celui assis à côté de toi dans le train qui te caresse les cheveux sans te demander ton avis. Il y a ce voisin qui fixe ta poitrine en silence dès que tu es seule avec lui dans l’ascenseur. Il y a ce collègue qui cherche à t’embrasser de force en salle des profs, celui qui te propose un plan à trois avec sa femme et t’insulte quand tu lui dis non. Il y a ce concert où on t’a droguée avec une bière frelatée. Il y a ton frère qui t’a violée, ton père qui a frappé ta mère. Il y a ton oncle, il y a l’ami de la famille, il y a ton petit copain. Et il y en a tant d’autres. Tous coupables de gestes ou de mots déplacés, de violences physiques ou psychologiques.    

Elles sont soixante-deux. Soixante-deux dessinatrices du monde entier à témoigner des violences et traumatismes sexuels qu’elles ont subis au moins une fois dans leur vie. Soixante-deux récits édifiants de deux à quatre pages, tous différents mais tous portés par la même force de rester debout face au traumatisme.

Rarement une lecture aura été pour moi aussi pesante. Rarement une lecture aura autant perturbé l’homme et le père de trois filles que je suis. Parce que toutes les situations présentées soulignent à quel point, partout sur la planète, la culture toxique du patriarcat est un terrible poison pour les femmes. Il m’a été impossible d’engloutir ce pavé d’une traite, j’ai dû y aller par petits bouts. Trop de souffrance, trop de mauvais souvenirs, trop de détresse. L’ensemble est malgré tout traversé par une énergie brute, une volonté de ne pas s’appesantir, d’aller de l’avant. Une volonté de changement également, une volonté de ne plus être des victimes désignées, de ne plus culpabiliser mais de se dresser devant l'agresseur et de le mettre face à l’insupportable atrocité de son comportement. 

La réponse à la violence est ici esthétique. Réalistes ou suggestifs, toujours profondément intimes, les récits témoignent d’une incroyable vitalité créative. En dehors d’Emil Ferris qui signe la dernière histoire du recueil, je ne connaissais aucune des autres dessinatrices. D’âges, d’orientations sexuelles et de nationalités différentes, toutes expriment à travers leur expérience traumatisante un désir d’émancipation par l’art. L’ensemble forme au final un appel collectif et solidaire à la lutte contre les violences et le harcèlement sexuels. Un magnifique exemple de sororité qui a remporté le prestigieux prix Eisner 2020 de la meilleure anthologie. 

#Balance Ta Bulle (ouvrage collectif). Massot éditions, 2020. 304 pages. 28,00 euros.








mardi 17 novembre 2020

Le journal de Gurty T8 : J'appelle pas ça des vacances - Bertrand Santini

Quelle bonne idée d’avoir fait revenir Myrtille dans le quotidien de Gurty ! Pour ceux qui n’auraient pas suivi les épisodes précédents, Myrtille est l’ex-petite amie de Gaspard, le maître de Gurty. Une ex qui avait essayé par tous les moyens de se débarrasser de la petite chienne, n’hésitant pas à utiliser les stratagèmes les plus radicaux pour parvenir à ses fins, heureusement en vain.

Si pour Gurty le retour de Myrtille n’est pas une bonne nouvelle, pour le lecteur c’est l’assurance de passer un excellent moment avec les facéties de ces deux ennemies jurées. Parce que si en apparence la jeune femme a totalement changé et est devenue adorable avec sa rivale, la réalité est bien sûr tout autre. Sous couvert de mamours et de gentillesse, la sorcière comme l’appelle Gurty, va multiplier les coups tordus : tentative d’empoisonnement à la saucisse et au chocolat, simulation de morsure, crotte déposée sur le lit, tout est bon pour maltraiter ou faire accuser la pauvre chienne.

Cette dernière n’est pas dupe et voit clair dans le jeu de Myrtille, ce qui n’est malheureusement pas le cas de Gaspard. Si son maître se révèle incapable de déceler le machiavélisme de la sorcière, c’est parce que l’amour rend aveugle, Gurty l’a bien compris : « Le problème quand on est amoureux, c’est que le cœur bat tellement fort qu’il aspire tout le sang comme un vampire, du coup, il n’y en a plus pour le cerveau, et c’est pour ça que les amoureux sont débiles ».

Comme d’habitude on se régale du début à la fin et l’affrontement entre la jeune femme et la petite bête va crescendo jusqu’à un bouquet final pétaradant. De l’humour, des situations improbables, des dialogues aux petits oignons, des personnages secondaires savoureux, un zeste d’absurde, une pincée de philosophie canine et une tonne de bonne humeur, ce huitième volume du journal de Gurty garde les ingrédients qui font le succès de la série sans pour autant donner l’impression de tourner en rond. Comme disent les sportifs, on ne change pas une équipe qui gagne !  

Le journal de Gurty T8 : J'appelle pas ça des vacances ! de Bertrand Santini. 200 pages. 10,90 euros. A partir de 8 ans.



Encore une pépite jeunesse partagée avec Noukette










mardi 10 novembre 2020

Sauveur et fils saison 6 - Marie-Aude Murail

Quand le moral de lecteur n’est pas au beau fixe, rien de tel qu’un passage dans le cabinet du psychologue Sauveur pour se refaire une santé. Toujours le même plaisir d’y retrouver des patients familiers comme les enfants Carré, Solo le gardien prison, Ella-Elliot la jeune fille qui sera bientôt un garçon ou Frédérique la vendeuse en bijouterie à la recherche du bonheur. Et comme c’est le cas à chaque nouvelle saison, de nouvelles têtes apparaissent. Dans ce sixième opus on découvre entre autres un PDG déboussolé, une victime de braquage traumatisée et une jeune fille persécutée par un démon prénommé Gilbert.

La prescription est toujours la même : des cas graves mais pas désespérés, un Sauveur souvent dépassé par les événements, un cocon familial recomposé qui ne cesse de s’agrandir, une grosse dose de bonne humeur, des dialogues savoureux, de la tristesse, de la joie, des coups durs, des coups de mou et des coups de fouet, le tout avalé sans temps mort à un rythme trépidant.

Le mélange de drame et d’humour fonctionne toujours aussi bien, la mécanique narrative permettant aux nombreux personnages d’évoluer de concert sans se marcher sur les pieds reste d’une redoutable efficacité et les pages défilent sans que l’on s’en rende compte. Le propos se veut positif, la lumière finit toujours par surgir des ténèbres mais la bienveillance ne s’enrobe jamais des excès de sucre d’une  indigeste guimauve, c'est une constante dont Marie-Aude Murail ne s'est jamais écartée depuis le premier tome.

Six saisons, six billets sur ce blog  et aucune lassitude pour cette série à l’univers et aux personnages tellement attachants. Vivement la suite ? Y a intérêt !

Sauveur et fils saison 6 de Marie-Aude Murail. L’école des loisirs, 2020. 340 pages. 17,00 euros. A partir de 13 ans.



Une nouvelle pépite jeunesse partagée avec Noukette


 

mardi 27 octobre 2020

Les ombres que nous sommes - Sandrine Caillis

- Mais toi, Camille, tu ne sais pas trop de qui tu es amoureux parce que tu ne sais pas trop encore qui tu es. 

Camille. L’ambivalence de son prénom et les railleries qui l’ont accompagnée dès l’enfance ne présageaient rien de bon. Aujourd’hui collégien, Camille voudrait devenir transparent. Fuir les contacts humains, être invisible aux yeux des autres. Garçon solitaire et renfermé, Camille va voir la carapace dans laquelle il avait trouvé refuge depuis des années se fissurer après un cours de théâtre. Le mur construit entre ses congénères et lui, qu’il pensait indestructible, s’effondre brutalement et l’ado se retrouve exposé comme jamais auparavant. Pour le pire ou le meilleur, il va faire face à une « succession de séismes et de répliques » dont il sera l’épicentre.

Difficile de savoir qui on est à 15 ans. Difficile de trouver sa place, de s’accepter et d’être accepté quand on se cherche comme Camille. Les événements vont le pousser à se questionner sur ses relations aux autres, ses amis, ses amours, ses désirs, sa sexualité. Sans trouver la moindre réponse définitive. La révélation d’une part de féminité le trouble et le pousse à la réflexion : « J’ai pensé que bien sûr, il y avait aussi mille et une façons d’être un garçon. La brutalité n’était pas nécessaire. L’indélicatesse non plus. La masculinité n’était pas synonyme de lutte acharnée pour la domination. » 

Un premier roman tout en finesse qui ne tombe jamais dans les clichés et n’enfonce pas de portes grandes ouvertes. Camille s’interroge, il ne sait pas qui il est. Le passage d’une enfance au cadre rassurant à une adolescence ayant tout d’un saut dans le vide sans élastique est une épreuve intense à surmonter. Il n’est pas simple d’avancer sans repères solidement ancrés, de naviguer à vue, de gagner en confiance quand tout semble aussi fragile. Beaucoup de subtilité et de sensibilité dans ce texte très joliment écrit, portrait touchant d’un ado en construction. Les ombres que nous sommes vient de remporter le prix Axl Cendres et c’est amplement mérité.

Les ombres que nous sommes de Sandrine Caillis. Editons Thierry Magnier, 2020. 204 pages. 12,90 euros. A partir de 15 ans.




Une nouvelle pépite jeunesse partagée avec Noukette







mercredi 21 octobre 2020

Pot-Bouille - Cédric Simon et Éric Stalner (d’après le roman d’Émile Zola)

Octave Mouret débarque à Paris à vingt-deux ans. Provincial d’aspect soigné et bien élevé, il s’installe dans une chambre au quatrième étage d’un immeuble bourgeois. Derrière l’impeccable façade, le jeune homme découvre des locataires aux mœurs moins policées qu’il n’y paraît. Loin de jouer les vierges effarouchées, il se sent vite comme un poisson dans l’eau parmi ce bal des faux-culs. Multipliant les conquêtes, jouant d’un cynisme à toute épreuve, cet opportuniste aux dents longues est prêt à tout pour grimper dans un ascenseur social semblant privilégier les âmes les moins pures. 

Une adaptation fidèle de Zola qui vaut à la fois pour la restitution du Paris Hausmannien et pour sa formidable galerie de personnages, tous aussi peu fréquentables les uns que les autres. On intrigue, on trahit, on manipule et on fornique à qui mieux mieux dans cet univers où le vernis de l’honnêteté saute aussi vite que les bouchons de champagne un soir de bacchanale mondaine.  

Un album qui montre à quel point le roman de Zola n’a rien perdu de sa modernité. A la fois manuel du parfait arriviste et violente dénonciation de l’hypocrisie des « honnêtes gens », Pot-Bouille frappe fort et sans gant. Pas étonnant qu’au moment de sa publication en 1882 le texte ait suscité les protestations indignées d’une bourgeoisie parisienne outrée de se voir ainsi mise à nu.

Pot-Bouille de Cédric Simon et Éric Stalner, d’après le roman d’Émile Zola. Les Arènes BD, 2020. 144 pages. 20,00 euros.




Les BD de la semaine sont toutes chez Moka





mardi 20 octobre 2020

Son héroïne - Séverine Vidal

Rosalie sauve Jessica d’une agression dans le tramway. Elle la raccompagne chez elle en taxi pour plus de sureté. Le lendemain, Jessica veut remercier celle qu’elle appelle « son héroïne » autour d’un verre, dans un café. Par pure courtoisie. Mais Rosalie voit les choses autrement. Elle pense que Jessica a besoin d’elle, que sa présence est nécessaire afin que la jeune fille s’ouvre au monde, à la culture, à une vie plus épanouissante. 

Pour prendre soin de sa protégée qui ne lui a rien demandé, Rosalie devient de plus en plus pressante, de plus en plus envahissante. Au point d’imaginer des stratagèmes de plus en plus inquiétants…

Le roman décrit avec une précision diabolique une forme de harcèlement qui fait de la vie de Jessica un véritable enfer. L’engrenage s’enclenche peu à peu, inéluctable, et la sauveuse devient étouffante, usant à la fois du chantage affectif et d’une redoutable manipulation psychologique. Pour autant Séverine Vidal ne donne pas dans le manichéisme basique, elle interroge sur les réelles motivations de Rosalie, puise dans son histoire personnelle douloureuse pour montrer qu’elle est à la fois coupable et victime, à la fois toxique et elle-même en grande souffrance. 

Un texte qui gratte. L’impression de malaise, d’abord diffuse, devient de plus en plus lourde, mais une fois encore les choses se déroulent en finesse, à tel point qu’au final, la harceleuse, dans toute sa fragilité, devient le personnage le plus touchant du récit.

Son héroïne de Séverine Vidal. Nathan, 2020. 60 pages. 8,00 euros. A partir de 15 ans.


PS : Son héroïne fait partie des premiers titres de la collection Court toujours, une collection destinées aux 15-25 ans qui offre, à travers l’achat de l’ouvrage « papier », les versions numériques et audio accessibles via une application dédiée. 



Une nouvelle pépite jeunesse partagée avec Noukette




mardi 13 octobre 2020

Et ta vie m’appartiendra - Gaël Aymon

Et si la peau de chagrin de Balzac avait vraiment existé ? Et si l’écrivain en avait été un des propriétaires, subissant la malédiction liée à ce funeste objet ? Et si la peau, passant de main en main depuis plusieurs générations, se retrouvait dans celles d’une jeune fille sans le sou, élevée par une mère indigne, que se passerait-il ? 

Irina, lycéenne vivotant comme elle peut dans une cité de banlieue, hérite suite au décès de sa grand-mère d’un mystérieux artefact capable d’exaucer ses vœux. Devenue richissime, Irina n’accède pas pour autant au bonheur. D’abord parce qu’une mystérieuse organisation semble prête à tout pour mettre la main sur la peau de chagrin. Ensuite parce que la jeune fille comprend vite que chacun de ses vœux, en se réalisant, réduit à la fois la surface de l’objet et son espérance de vie. 

Quel pari de proposer non pas une réécriture de La peau de chagrin mais bien une variation autour du roman de Balzac, une mise en contexte moderne de ce conte à la fois philosophique et fantastique. Comme Balzac, Aymon montre une forme de fatalité liée au destin et insiste sur le fait que la prospérité financière n’est en rien un accomplissement. Au contraire, elle est en permanence source d’angoisse et se traduit par une insondable misère morale. Irina cherche le sens de la vie, son utilité. Vaste question, évidemment, qui restera sans réponse et relèguera le pouvoir absolu engendré par la peau de chagrin au rang des futilités.

L’écriture est nerveuse, le texte vire au thriller et la tension ne cesse de monter sans pour autant laisser sur le chemin les aspects philosophiques et moraux de l’œuvre originelle. Un roman jeunesse aussi complexe que maîtrisé, sans concession, oscillant sans cesse entre suspens, drame et émotion. Bluffant !

Et ta vie m’appartiendra de Gaël  Aymon. Nathan, 2020. 330 pages. 15,95 euros. A partir de 13-14 ans.



Un billet qui signe le retour des pépites jeunesse partagées avec Noukette







mercredi 7 octobre 2020

B.O comme un dieu d’Ugo Bienvenu

B.O a 772 ans et est le dernier représentant de son espèce, le dernier robot sexuel de la galaxie. Ses congénères ont tous disparu parce qu’ils étaient devenus trop dangereux pour la survie de l’humanité. Tellement performants, tellement inépuisables, tellement prêts à se plier aux moindres désirs de ces dames qu'elles préféraient, et de loin, coucher avec des robots plutôt qu’avec des hommes. Résultat, la natalité avait chuté de manière dramatique, ce qui avait poussé les pouvoirs publics à ordonner l’interdiction puis la destruction de ses jouets sexuels aux capacités hors normes.

Sauvé par sa propriétaire qui l’avait caché dans sa cave, B.O. doit constamment agir dans la clandestinité. Sans affect, sans morale ni tabou, il se déplace en toute discrétion chez ses fidèles clientes. Programmé pour satisfaire les moindres désirs, il sait à chaque instant ce qu’il doit faire, quel rythme prendre et quelle méthode utiliser pour procurer du plaisir à sa partenaire. Jamais de baisse de régime, capable tenir toute la nuit et de faire tout ce qu'on lui demande avec efficacité, cette machine à faire jouir inusable est LE sextoy ultime.  

J’adore Ugo Bienvenu, j’ai lu tous ses albums depuis son adaptation de Sukkwan Island et je ne cesse d’être bluffé par sa maîtrise narrative. Il livre ici un récit de science-fiction dans la veine de l’excellent Préférence Système, en beaucoup plus concis et beaucoup plus « sexuellement explicite » (pas pour rien que cet album est publié dans la collection BD Cul des Requins Marteaux). Les parties de jambes en l’air de B.O ne donnent donc pas dans la suggestion mais plutôt dans le réalisme le plus cru, se gardant cependant de tomber dans la vulgarité grâce à une esthétique particulièrement léchée (et c’est rien de le dire, parce que niveau léchage, il sait y faire le B.O.). 

Après, au-delà du cul pour le cul, Bienvenu interroge le rapport entre le plaisir et les sentiments et fait de son robot sextoy un observateur avisé des méandres de la nature humaine. Je vous rassure, le propos ne tourne pas non plus au traité de philosophie, et plutôt que de grands discours, on se tamponne dans tous les coins et dans tous les orifices, ce qui est quand même l'intérêt principal d'un album de ce genre. Au final, un projet couillu et une BD de SF décalée qui, malgré son contenu sans équivoque, ne cède jamais à la facilité de sacrifier le fond pour la forme. C'est suffisamment rare pour être souligné. 

B.O, comme un dieu d’Ugo Bienvenu. Ed. Les Requins Marteaux, 2020. 128 pages. 14,00 euros.





Toutes les BD de la semaine sont chez Moka







mercredi 16 septembre 2020

Béatrice - Joris Mertens

Pour Béatrice, vendeuse dans un grand magasin, la vie a tout d’un long fleuve tranquille. Le Bonjour Tristesse qu’elle lit dans le métro résume bien son quotidien. Noyée dans la masse, son manteau rouge illuminant la grisaille de la foule, Béatrice la solitaire tombe un jour dans un hall de gare sur un sac abandonné, rouge lui aussi. Le lendemain, elle se rend compte qu’il est toujours là. Constatant à chacun de ses passages que le sac n’a pas bougé, semblant l’attendre, elle décide de s’en emparer. De retour dans son petit appartement, elle découvre à l’intérieur un album aux photos en noir et blanc. Un album dont elle va tenter de percer les mystères.


C’est toujours casse gueule la BD sans texte, surtout pour des récits au long cours. Il faut trouver le bon rythme, le bon équilibre dans la narration et surtout proposer un découpage à la lisibilité parfaite si on veut faire mouche. Un exercice d’équilibriste où le moindre faux pas peut perdre le lecteur en route. Grégory Panaccione est un maître du genre et son Océan d’amour sa plus éclatante réussite. Joris Mertens est parti pour suivre ses traces tant sa Béatrice est bluffante de maîtrise. Au-delà des aspects purement « mécaniques » de la narration qui fonctionnent à merveille, son tour de force est de parvenir à insuffler sans le moindre mot une émotion d’une rare délicatesse. 

Il y a du Modiano dans cet album. Le Paris du début des années 70, les bistrots, l’enquête menée à partir des souvenirs d’autrui, l’envie de remonter le fil du temps... les points communs sont nombreux. S’y ajoute une petite touche fantastique faisant basculer l’histoire dans une autre dimension. Mais une fois encore tout en finesse, sans jamais en rajouter. Une indiscutable réussite !

Béatrice de Joris Mertens. Rue de Sèvres, 2020. 112 pages. 19,00 euros.




Toutes les BD de la semaine sont à retrouver chez Noukette