jeudi 19 novembre 2009

Rapaces : l'intégrale

Encore une histoire de vampires ! Certes, mais celle-là date de 1998, soit bien avant la mode qui sévit actuellement. Dufaux et Marini sont en quelque sorte des précurseurs dans le domaine (sans oublier Swolfs qui avait abordé le sujet dans sa série Le prince de la nuit dès 1994).

Qui sont les rapaces ? Personne ne peut le dire. Les meurtres se multiplient en ville. Les victimes sont toutes vidées de leur sang. Toutes ont une épingle plantée dans un kyste situé derrière l’oreille droite. Et surtout, elles ont toutes des particularités physiologiques inexplicables selon le légiste : aucune séquelle de maladie, les organes et les viscères sont aussi sains que ceux d’un nouveau né.

Les inspecteurs Lenore et Spiaggi sont chargés de l’enquête. Très vite, ils découvrent que leur propre chef a lui aussi un kyste derrière l’oreille droite…

Infiltration des vampires dans les plus hautes sphères de la société, organisation secrète et trahisons, vengeance séculaire qu’un frère et une sœur cherchent à accomplir... Les auteurs mènent leur intrigue sur un rythme trépidant, mélangeant sexe et violence au fil des quatre albums qui composent la série.

Le scénario, parfois tiré par les cheveux et un peu léger n’est souvent qu’un prétexte pour laisser Marini s’exprimer à sa guise avec les pinceaux. L’atmosphère lourde et oppressante de la mégalopole décadente est très bien rendue. Sans compter que les filles mises en scène par le dessinateur italien sont toujours un régal pour les yeux !

Finalement, cette série est à prendre pour ce qu’elle est : un divertissement plein d’action et de rebondissements mâtiné de quelques scènes de sexe pour pimenter le tout. Surement pas indispensable, mais diablement récréatif.

PS : Cette édition intégrale en grand format est imposante et franchement pas facile à lire dans un lit. Pour ceux qui ne veulent pas coupler la lecture avec une séance de musculation, il est toujours possible d’acheter les quatre albums à l’unité.

Rapaces : L’intégrale, de Jean Dufaux et Enrico Marini, Éditions Dargaud, 2009. 39 euros.

L’info en plus : En 2007, Marini a lancé sa propre série en tant que dessinateur et scénariste. Les aigles de Rome, récit historique, débute en Italie en 11 av JC et raconte l’amitié de deux jeunes gens, l’un germain et l’autre romain.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !