samedi 21 novembre 2009

Le journal de Peter


Nous sommes à Londres en 1898. Peter a une dizaine d’années. Il vient d’arriver à l’orphelinat St James. Sa fiche d’admission stipule qu’il souffre d’amnésie permanente. Ses compagnons de chambrée se nomment Frison, Lebec, Laflûte, guigne, Poupin et flocon.


Peter veut retrouver sa mère. En parcourant les rues de Londres, il rencontre un marin qui lui dit qu’il ressemble à son patron, la capitaine Crochet. Peter se présente alors devant le capitaine qui l’embauche pour décharger les bateaux de pêche. Commence alors la véritable quête d’identité de Peter qui lui fera rencontrer la fée Clochette et le poussera à s’installer sur l’île des enfants perdus avec ses compagnons d’orphelinat.

En essayant d’imaginer les raisons qui ont poussé Peter Pan à ne pas vouloir devenir un adulte, Sébastien Perez et Martin Maniez ont réalisé un véritable tour de force. Sur le fond d’abord : l’intrigue est cohérente, les événements s’enchaînent de façon vraisemblable et le choix du journal intime renforce la crédibilité de l’ensemble. Sur le fond ensuite : voila un objet-livre comme on en voit rarement : photos, lettres, cartes postales, extraits de journaux… Tous les éléments collés dans le journal de Peter donnent l’impression d’être uniques. Et que dire des illustrations de Martin Maniez : sublimes, tout simplement.

La démonstration graphique et l’originalité de la mise en page suffisent à faire de ce livre un objet d’une rare beauté. Mais la qualité du texte confère à l’ensemble un statut d’œuvre majeure de la littérature pour la jeunesse.
Envoutant.

Le journal de Peter, de Sébastien Perez et Martin Maniez, Éditions Milan Jeunesse, 2009. 16,50 euros. Dès 8-9 ans.

L’info en plus : Sébastien Pérez sait s’entourer d’illustrateurs exceptionnels. En témoignent ses ouvrages publiés au Seuil avec Benjamin Lacombe : Grimoire de sorcières, La petite sorcière, Généalogie d’une sorcière, La funeste nuit d’Ernest.
 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !